Les huiles moteur, leurs rôles, le choix

Samedi 2 novembre 2013 à 7h25

Mono-grade, multigrade, de synthèse, de semi-synthèse ou minérale : toutes ces appellations sont utilisées pour décrire les huiles moteurs, auxquelles il faut ajouter des spécifications propres à chaque marque. Quelques explications ne peuvent que vous aidez pour faire le bon choix.

Mono-grade, multigrade, de synthèse, de semi-synthèse ou minérale : toutes ces appellations sont utilisées pour décrire les huiles moteurs, auxquelles il faut ajouter des spécifications propres à chaque marque. Quelques explications ne peuvent que vous aidez pour faire le bon choix.

L’huile : protection et refroidissement
Dans un moteur, il y a un nombre important de pièces mobiles (paliers, cylindres, arbre à cames, etc.). Pour éviter que ces pièces en mouvement ne se grippent par le contact du métal sur le métal, l’huile dépose entre elles un film protecteur et assure jusqu’à 40% de la fonction de refroidissement.

 

Comprendre les normes
Pour définir la qualité d’une huile, il existe des normes précises qui sont indiquées sur les bidons. Deux normes sont en vigueur : les américaines API (American Petroleum Institute) et les européennes ACEA (Association des Constructeurs européens d’Automobiles).
La norme API est caractérisée pour l’essence par la lettre S (comme spark qui signifie en anglais étincelle) et pour les diesels par C (compression). Ces lettres sont suivies d’une seconde lettre qui détermine le niveau de performance. Selon les normes API, nous avons :


• Pour les moteurs essence :
SG : Répond aux exigences des constructeurs depuis 1988
SH : SG plus assurance qualité
SJ : Depuis 1996 SH plus sévérisation en oxydation et phosphore.


• Pour les moteurs diesel :
CD/CF/CE : Pour moteur moderne avec ou sans turbo
CF4 : CD/CF/CE avec addition d’un test de micro-oxydation
CG4 : Pour moteur fortement sollicité


Selon la norme Européenne ACEA, trois lettres définissent les catégories de moteur : A pour les moteurs essence, B pour les moteurs diesel et E pour les moteurs européens à haut rendement. Le chiffre qui suit la lettre est lié à la qualité de l’huile : 1 (économise le carburant), 2 (rendement modéré) et 3 (rendement élevé) et les deux derniers chiffres donnent le millésime. Pour les moteurs diesel, on trouve également la lettre E, pour les moteurs turbo E1 (rendement modéré), E2 (rendement élevé), E3/E4/E5 (rendement très élevé, par exemple, une huile marquée B2-13 signifie une huile pour moteur diesel (B), rendement modéré (2), millésime 2013 (13).


Fluidité une affaire de température
Une huile est plus ou moins fluide en fonction de la température. Pour éviter les contacts métal sur métal, l’huile doit circuler très rapidement dans le moteur dès son démarrage. A chaud, l’huile ne doit pas être trop fluide pour éviter la rupture du film d’huile entre les pièces métalliques. L’indice de viscosité (le même dans toutes les normes) indique la fluidité de l’huile à froid et à chaud. Une huile marquée 10W-40 est une multigrade qui assure la lubrification à froid et à chaud. Plus le premier chiffre est petit, plus l’huile est fluide à froid et adaptée à une utilisation à basse température, plus le second chiffre est élevé plus l’huile est visqueuse à chaud et capable d’affronter de hautes températures. Pour une navigation en Manche-Atlantique, une 10W-30 est bien adaptée. En Méditerranée, on lui préférera une 10W-40 ou une 20W-50. L’huile mono-grade n’est pas recommandée sur un bateau.


Minérale, de semi-synthèse, de synthèse : les grandes familles
Une huile est dite minérale lorsqu’il n’y a pas de transformation du produit d’origine, on y ajoute simplement des additifs (jusqu'à 25%) qui ont pour but de la rendre conforme aux normes. Une huile de semi-synthétique reprend la même formulation avec en plus une base synthétique dans des proportions de 10 à 30%. Une huile de synthèse est, quant à elle, obtenue à partir du pétrole brut dont on modifie la molécule par traitement chimique (plus onéreuse). Les pétroliers affirment qu’une huile de synthèse a une structure chimique très stable qui permet d’obtenir un indice de viscosité élevé qui reste stable avec le temps.


Bien acheter
Les bons repères sont les normes. Les autres indications portées sur le bidon ne sont que commerciales. Toutes les huiles modernes sont miscibles entre elles. Vous pouvez sans danger mélanger une mono-grade avec une multigrade, un minérale avec une de semi-synthèse ou une de synthèse, et cela toutes marques confondues. Le résultat que l'on obtiendra, sera celui de l'huile la moins performante. Quant aux huiles spéciales marines, elles sont censées repousser les agressions de l’eau de mer ; interrogé sur ce point, la réponse d’un ingénieur chimiste est claire à sa connaissance toutes les huiles à base pétrolière éviteraient la corrosion et, pour lui, seules les normes font foi.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.