Neuf mois de prison pour le naufrage du Prestige

Mercredi 13 novembre 2013 à 13h00

Onze ans jour pour jour après le SOS lancé par le Prestige, la justice espagnole a rendu son verdict. Le commandant a été condamné à neuf mois de prison. Le naufrage du Prestige a provoqué la plus grave marée noire espagnole.

Onze ans jour pour jour après le SOS lancé par le Prestige, la justice espagnole a rendu son verdict. Le commandant a été condamné à neuf mois de prison. Le naufrage du Prestige a provoqué la plus grave marée noire espagnole.

Ce mercredi midi, le commandant Apostolos Mangouras a été condamné à neuf mois de prison pour "désobéissance grave à l'autorité". Aussitôt après l'avarie, il avait refusé de faire remorquer le navire vers le large comme le lui demandaient les autorités espagnoles. Toutefois, Apostolos Mangouras échappera à l'incarcération en raison de son âge, 78 ans.

Les accusés étaient également poursuivis pour les délits "d'atteinte à l'environnement et à des espaces naturels protégés". Le parquet avait requis des peines de 5 à 12 ans de prison. Mais le tribunal a estimé que les accusés ignoraient le mauvais état du navire. Le chef mécanicien du pétrolier, le directeur de la marine marchande espagnole de l'époque ont donc été acquittés. L'officier en second est actuellement en fuite. 

 

1.700 kilomètres nappés de fuel

 

Le naufrage du Prestige avait provoqué la plus grave catastrophe environnementale de l'histoire du pays. Pendant le procès, durant lequel le tribunal a entendu plus de 200 témoins et experts, le commandant et l'armateur du Prestige ont accusé le gouvernement espagnol d'avoir provoqué le naufrage en ordonnant au navire de prendre le large. "Il me semblait mieux que le bateau coule loin de la côte pour minimiser les dégâts environnementaux", a alors rétorqué le directeur de la marine marchande espagnole de l'époque. Un argument que le tribunal a retenu. Mais le commandant du Prestige a soutenu que les autorités l'avaient mis en danger en lui demandant de mettre le cap au nord-ouest. "Le navire a une voie d'eau et ils l'envoient au large, dans l'océan. C'était la pire option. Ils nous transformaient en un cercueil flottant et ils nous envoyaient à la noyade", avait-il ajouté, s'interrompant un moment en larmes. "Nous attendions une tempête pour le 15 novembre. Où allions-nous?", avait-il poursuivi, rappelant que huit marins restaient alors à bord après l'évacuation d'une partie de l'équipage. La dérive du pétrolier avait duré près d'une semaine.

 

Une si longue dérive

 

Le premier SOS du Prestige a été lancé le 13 novembre 2002, en pleine tempête. Le pétrolier libérien à coque simple, battant pavillon des Bahamas, subissait une voie d'eau au large de la Galice. Le bateau construit en 1976 transportait alors 77.000 tonnes de fuel. Puis, pendant six jours, le navire à la coque déchirée avait dérivé en pleine tempête. Après une première proposition de remorquage, les pouvoirs publics avaient pris la décision controversée de l'éloigner des côtes, au lieu de le faire rentrer dans un port, pour y contenir la fuite. Le pétrolier s'était finalement brisé en deux et avait coulé à 8 heures du matin le 19 novembre, à 250 kilomètres des côtes et à 4.000 mètres de fond. Il avait alors craché un fuel épais et visqueux qui avait pollué plus de 1.700 kilomètres de littoral, en Espagne, mais aussi au Portugal et en France. 1.500 plaignants s'étaient rassemblés pour le procès en 55 parties civiles.

 

La déception des associations écologistes

 

Les associations de protection de l'environnement quittent toutefois le tribunal avec un goût amer au fond de la bpouche. Ils n'ont cessé de dénoncer l'absence sur le banc des accusés des responsables politiques de l'époque. Parmi eux, l'actuel chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, qui en était alors le numéro deux et qui avait tenu des propos minimisant l'impact de la catastrophe. Il s'était refusé à parler de "marée noire" mais seulement de "filaments, comme de la pâte à modeler" pour désigner les amas de fioul noir qui, pendant plusieurs semaines, s'étaient déversés sur les côtes. Les écologistes estiment aujourd'hui que les leçons de la marée noire n'ont jamais été tirées.

 

 

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.