Koh Rong, une île paradisiaque au temps limité

Lundi 14 avril 2014 à 8h37

Nichée à 16 milles marins au large de la station balnéaire de Sihanoukville au Cambodge, l’île de Koh Rong fait figure de véritable paradis. Son parfum exotique sous une nature luxuriante se mêle parfaitement à l’aventure et attire de plus en plus de curieux. Le potentiel touristique incroyable de l’île risque malheureusement d’en limiter aussi sa durée de vie.

Nichée à 16 milles marins au large de la station balnéaire de Sihanoukville au Cambodge, l’île de Koh Rong fait figure de véritable paradis. Son parfum exotique sous une nature luxuriante se mêle parfaitement à l’aventure et attire de plus en plus de curieux. Le potentiel touristique incroyable de l’île risque malheureusement d’en limiter aussi sa durée de vie.

Koh Rong au Cambodge incarne tout ce que l’on s’imagine d’une île paradisiaque. Vous arrive-t-il de vouloir couper les ponts avec la vie occidentale en plein hiver pluvieux ? Un remède existe à 11 heures de vol de Paris : le Cambodge et plus particulièrement Koh Rong, île à la nature luxuriante encore authentique, sauvage et au climat séduisant (de 27° la nuit à 36° le jour, à l’ombre). Plonger dans une eau à 31° dans un cadre totalement dépaysant ou dormir dans de petits bungalows et des cabanes nichées en hauteur, à une dizaine de mètres du sable blanc, ne sont pas les seules réjouissances de l’île. De la baignade traditionnelle au snorkeling en passant par la randonnée et la pêche, tout est possible tant l’île recèle d’atouts.


43 kilomètres de plages souvent désertes


Du camping sauvage au plus cossu des hôtels, il y en a pour toutes les bourses. Avec ses 78 kilomètres carrés et ses 43 kilomètres de plages, impossible de se sentir oppressé. Une sélection naturelle s’opère dès le port de départ de Sihanoukville. Deux solutions s’offrent à vous : payer 15 $ l’aller retour en « slow ferry » (3 heures) ou investir le double pour atteindre le paradis en 40 minutes de « fast boat ». À Tui Beach, port d’arrivée, on trouve à se loger partout le long de la plage, de 5 $ la location de tente à 200 $ le bungalow, un peu à l’écart sur une seconde plage. Multiples sont les « guest-house » qui proposent des dortoirs à partir de 7 $. Ici tout est concentré et toutes les infrastructures proposent: restauration, bar, mini supérette, agence de tourisme.


Une minute d’eau par jour et électricité limitée


La moyenne d’âge de l’île oscillant entre 23 et 32 ans, le panel d’activités possible s’élargit de la sortie maque-tuba classique d’une heure à une journée trek et découverte de la jungle. De la plongée en bouteille dès les premières lueurs du matin au barbecue sur la plage au coucher du soleil, les 24 heures d’une journée au jardin d’Eden passent bien trop vite. Le soir, l’ambiance est assurée les pieds dans le sable, la musique actuelle dans les tympans et le matelas à seulement quelques mètres… La nuit est toujours plus calme, notamment en raison du black out à partir de minuit: l’électricité ne fonctionne que de 17h à minuit, ce qui impose de revoir ses habitudes terriennes. L’usage de l’eau étant rare, seule une minute (et encore) par jour et par personne est autorisée, sans pression ni chaleur.
Pour atteindre la plus fameuse et la plus grande plage de l’île, longue de 6 kilomètres, mieux vaut être en bonne condition physique et s’armer de courage. Mais le chemin qui traverse la jungle, où l’on vous met en garde contre les serpents, vous ouvre, après un périple d’environ une heure, les portes du « paradis sur terre » comme le stipule le slogan de l’île. En traversant cette forêt dense et abondante vous pourriez apercevoir des toucans, écureuils, singes, geckos et autres lézards qui parsèment l’île.


Des aventuriers solitaires aux candidats d’émission de téléréalité


Six kilomètres de sable blanc pour un espace naturel idéal. Un Norvégien et sa dulcinée en quête d’aventure et de nature y ont d’ailleurs élu domicile pour quelques jours. Au milieu de la plage de Long Beach se trouvent de curieuses installations aux trois couleurs distinctes mais pas vraiment naturelles. Plus loin, on signale qu’il n’est pas possible de passer à cause du tournage d’une émission de téléréalité. La production de l’émission « Survivor », l'équivalent de notre « Koh Lanta », filme une scène de jeux puis d’élimination. Finalement le passage est ouvert, sous couvert qu’aucune photo ne soit prise du candidat éliminé. En France, l’île de Koh Rong, et plus précisément cette plage de Long Beach, fut médiatisée après le décès d’un candidat de « Koh Lanta » en avril 2013.


Un filon d’or pour la télévision


Un expatrié belge, membre de la production ayant coupé net le cordon occidental, témoigne de son coup de foudre pour cette île : « Je n’en pouvais plus de Paris et du train-train quotidien alors j’ai décidé de changer d’air. Et quoi de mieux que de respirer tous les matins celui-ci ! ». Il avoue cependant que Koh Rong représente une manne financière importante pour les tournages des téléréalités du monde entier. « Cette semaine ce sont des Bulgares, puis nous accueillerons des Danois », explique-t-il tout en dévoilant les coulisses peu reluisantes de la production. « La télé bulgare n’exige pas autant de restrictions et de contrôle éthique que le dérivé français qui est le plus dur. Ces aventuriers d’un jour mangent mieux que la production, boivent de l’alcool et de l’eau à volonté et sont éliminés au gré de la volonté des responsables, qui n’hésitent pas à truquer les jeux d’élimination pour suivre le scénario qu’ils ont écrit », admet-il, un peu désabusé.


Les promoteurs immobiliers sentent l’appât du gain


Malgré ces quelques vices, Koh Rong reste une exception parmi les îles paradisiaques qui existent sur le globe. Pour combien de temps encore ? De nombreux promoteurs immobiliers ont flairé sur cet îlot une odeur de dollar qui les agite. De grands travaux sont prévus dans les prochaines années pour permettre à l’île d’élargir sa clientèle. Celle-ci est jusqu'à présent très jeune et sans grandes ressources financières. Accueillir plus de personnes avec un pouvoir d’achat plus élevé pourrait fermer l’île aux publics moins aisés, avides d’aventures et d’expériences sauvages. L’abattage d’arbres derrière le port d’arrivée représente les premiers coups de semonce d’une déforestation programmée de Koh Rong.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.