Quand le Sewol rappelle le Costa Concordia

Dimanche 20 avril 2014 à 11h43

Les causes sont peut-être différentes et le bilan sera sans doute beaucoup plus élevé, mais plusieurs similitudes apparaissent entre la tragédie du Sewol en Corée du Sud cette semaine et celle du Costa Concordia en 2012.

Les causes sont peut-être différentes et le bilan sera sans doute beaucoup plus élevé, mais plusieurs similitudes apparaissent entre la tragédie du Sewol en Corée du Sud cette semaine et celle du Costa Concordia en 2012.

"Un nouveau Schettino en Corée" : nombre de quotidiens italiens font le parallèle entre leur capitaine, poursuivi pour homicide et abandon de son navire lors du naufrage qui avait fait 32 morts, et Lee Joon-Seok, arrêté samedi matin avec deux autres membres d'équipage, après un drame dont le bilan s'élève pour l'instant à 28 morts et 268 disparus.

Voici cinq similitudes entre les deux catastrophes :

1. Capitaine responsable?

Le commandant Francesco Schettino était en train de boire avec des amis au moment où le paquebot de croisière a heurté un rocher. Il était sur le pont, mais au cours de son procès, toujours en cours, des témoins ont dit l'avoir senti distrait et ne donnant pas du tout l'impression de contrôler la situation.

Ses avocats affirment que c'est le timonier indonésien, qui a, à deux reprises, mal compris les ordres que lui étaient donnés. Mais les experts estiment qu'en tout état de cause, compte tenu de la vitesse de l'énorme navire si près des côtes, l'accident était inévitable.

Dans le cas sud-coréen, Lee a confirmé qu'il n'était pas à la barre au moment de l'accident -selon l'accusation, c'était le troisième officier- et est ensuite remonté de sa cabine vers le pont.

2. Accusations de retard:

Quant le Costa Concordia a heurté un rocher tout près de l'île toscane du Giglio et commencé à sombrer, consigne a été donnée aux passagers pris de panique de mettre leurs gilets de sauvetage mais de rester dans leurs cabines.

L'ordre d'abandonner le navire n'est venu que plus d'une heure plus tard lorsque ce dernier était quasiment couché sur le flanc, ce qui a rendu les opérations d'évacuation beaucoup plus difficiles, notamment parce qu'il n'était plus possible de décrocher certaines chaloupes de sauvetage.

Dans le cas du Sewol, les passagers ont reçu la consigne de ne pas bouger de leur siège ou leur cabine après que le ferry s'est immobilisé. Et ce, pendant 40 minutes. Interrogé à ce sujet, le capitaine Lee a affirmé qu'il s'agissait d'une mesure de sécurité car il n'y avait pas d'autres navires alentour. "J'ai pensé que les passagers seraient emportés et se trouveraient en difficulté s'ils évacuaient dans le désordre", a-t-il expliqué.

3. Navire abandonné par son capitaine?

Parmi les accusations qui pèsent sur Schettino figure "l'abandon de navire". Le capitaine a assuré qu'il avait glissé dans une chaloupe de sauvetage et était mieux à même de coordonner les secours depuis le rivage.

Captain Lee et ses 28 membres d'équipage, dont la plupart ont survécu à la catastrophe, ont été fortement critiqués pour avoir été, selon des témoignages, parmi les premiers à quitter le navire en détresse.

4. Navire renversé:

L'image du Sewol renversé sur le flanc au large de la côte sud-ouest de la péninsule coréenne ont ravivé le souvenir de l'énorme épave du Costa Concordia couchée devant le port du Giglio.

Des survivants des deux catastrophes ont fait le même récit terrifiant, racontant les difficultés pour se déplacer dans un bateau renversé à 90 degrés, avec les objets qui tombent, les murs qui deviennent des planchers, et des couloirs transformés en terribles toboggans.

5. Secours difficiles:

Tant en Italie qu'en Corée du Sud, les plongeurs ont eu énormément de mal à pénétrer à l'intérieur du navire et à se frayer un passage, avec une visibilité dans l'eau très limitée.

Les plongeurs sud-coréens ont finalement pu pénétrer dans le navire plus de 48 heures après le naufrage. Certains ont raconté : "on peut à peine voir sa main devant son visage".

Pour le Costa Concordia, les secouristes qui ont pu entrer dans l'épave utilisaient des cordes pour retrouver leur chemin au retour dans un "labyrinthe" où la visibilité n'excédait pas 10 cm. Parmi les 32 personnes qui ont trouvé la mort dans la tragédie, un serveur de nationalité indienne n'a jamais été retrouvé.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.