Ventes aux enchères pour le mythique Phocea

Jeudi 24 avril 2014 à 8h44

Ancien voilier de course devenu yacht de luxe, le Phocea a une histoire chargée. Il est passé entre les mains du skipper Alain Colas, de l'homme d'affaires Bernard Tapie et de la star de la jet set internationale, Mouna Ayoub, qui l'a redécoré à grands frais. Son mobilier passera par la maison Drouot en début de semaine prochaine.

 

Ancien voilier de course devenu yacht de luxe, le Phocea a une histoire chargée. Il est passé entre les mains du skipper Alain Colas, de l'homme d'affaires Bernard Tapie et de la star de la jet set internationale, Mouna Ayoub, qui l'a redécoré à grands frais. Son mobilier passera par la maison Drouot en début de semaine prochaine.

 

Le Phocea retrouve la lumière à l'occasion d’une vente aux enchères, les 28 et 29 avril à l'hôtel Drouot. Argenteries, bibelots, meubles, linge de bord mais aussi instruments de navigation anciens, comme des compas de relèvement, sextants ou longues-vues. La cloche de pont en bronze cherchera aussi un nouveau propriétaire avec un prix de mise en vente aux alentours de 400 euros. « La vente reflètera la plus haute expression du raffinement et de l'art de vivre, en présentant des objets de haute décoration provenant de maisons parmi les plus prestigieuses comme Baccarat, Bulgari, Christofle, Daum, Hermès et Puiforcat », souligne la célèbre maison Drouot. De croustillantes anecdotes accompagnent également certains lots. Mouna Ayoub a ainsi sauté dans la mer avec une robe couture de Jean Paul Gaultier, l'ensemble "Bateau-Lavoir", estimée entre 10.000 et 20.000 euros. "Un matin au réveil, j'ai cru que le Phocéa coulait, alors j'ai mis cette robe facile à enfiler", raconte-t-elle, amusée. Elle s'est retrouvée à l'eau en haute couture, avec un sac contenant l'équivalent de 7 millions d'euros de bijoux. Cette vente aux enchères est la nouvelle étape de la vie mouvementée du yacht de 72 mètres.

 

Un géant destiné à être mené par un homme seul

 

Le Phocea est né pour enjamber les vagues et collectionner les records. Le voilier, initialement baptisé Club Méditerranée, a été conçu par Alain Colas, impressionnant vainqueur de la Transat anglaise en 1972. Bien décidé à renouveler cette performance en 1976, le marin a misé sur ce géant de plus de 70 mètres à la pointe de la technologie. C’était alors le plus long et le plus rapide monocoque du monde. Mais sa première course ne s’est pas passée aussi bien que rêvé. Des avaries à répétition – ruptures de drisses dans la tempête - et une escale forcée de 36 heures à Terre-Neuve, ont compliqué la donne, mettant à rude épreuve le skipper à peine remis d’une grave blessure au pied. Alain Colas a franchi la ligne d’arrivée en second, sept heures après Eric Tabarly sur Pen Duick VI. Un bateau vainqueur près de quatre fois moins long que Club Méditerranée. Et Alain Colas n’était pas encore au bout de ses peines. Le comité de course l’a ensuite pénalisé pour avoir reçu de l’aide au départ de Terre-Neuve : des coéquipiers avaient aidé le marin à hisser les voiles du quatre-mâts. La déception est amère. Mais le voilier est toujours une très belle vitrine et il entre dans une période de démonstration, d’abord au bicentenaire des Etats-Unis, avec de vieux-gréements majestueux, puis sur les côtes françaises. Lorsqu’Alain Colas disparaît en mer, pendant la Route du Rhum 1978, le bateau s’endort le long d’un quai de Papeete. Il y restera quatre ans, jusqu’à ce que Bernard Tapie, jeune homme d’affaires, le découvre par hasard. C’est le coup de foudre. Le voilier entre alors en chantier pour revêtir ses habits de yacht de luxe, sans perdre ses capacités sportives. Il bat successivement le record de la distance parcourue en une journée – 900 kilomètres – et celui de la traversée de l’Atlantique avec passagers (non reconnu par le WSSRC). Son destin de coureur au large est derrière lui. Le Phocéa est désormais encombré de tableaux, jacuzzi et sauna. Avec ses nombreuses cabines invitées, le navire peut embarquer jusqu’à 37 personnes, dont 15 membres d’équipage. Il symbolise la réussite de son propriétaire en pleine ascension : président de l’Olympique de Marseille puis député et ministre. Mais il le suit aussi dans le tourbillon judiciaire. Le Phocea est saisi par le Crédit lyonnais en avril 1996 et il plonge à nouveau dans le sommeil dans le port d’Antibes. Son prix de vente de l’époque – 70 millions de francs - refroidit les potentiels acheteurs.

 

Coup de foudre pour un nouveau bijou

 

Nouveau réveil et nouvelle montée en gamme avec Mouna Ayoub, fraîchement divorcée de la trentième fortune saoudienne. La star de la jet set internationale, qui a expliqué lorgner sur le voilier depuis plusieurs années, l’achète aux enchères en 1995 pour l’équivalent de 7 millions d’euros (36.5 millions de francs). Avec cette nouvelle propriétaire, le Phocéa laisse derrière lui ses performances sportives et une partie de sa voilure. Depuis la Transat anglaise 1976, le Phocéa a doublé son poids. Finis les records de vitesse, bienvenus les stars du gotha et les têtes couronnées. Le Phocéa gagne un pont supplémentaire et une décoration si luxueuse que la richissime femme d’affaires doit vendre quelques diamants au passage. En contrepartie, le voilier, surnommé le « bateau Couture », remporte un Superyacht Award for best refit en 1999. Puis, après avoir reçu des dizaines de stars (Sandra Bullock, Naomi Campbell, Céline Dion, Jack Nicholson, Lionel Richie...), Mouna Ayoub offre son bijou des mers en location pour 200.000 euros la semaine, avant de le mettre en vente. En 2010, le Phocéa a rencontré un nouveau propriétaire. Une étape douloureuse pour Mouna Ayoub. "J'ai pleuré, j'ai tellement pleuré", assure-t-elle. Son fils aîné l'a vendu alors qu'elle était hospitalisée, soignée pour anorexie, assure la plantureuse brune, qui dit avoir 57 ans. Elle a découvert que le yatch ne lui appartenait plus à sa sortie d'hôpital.

Le luxueux bateau avait été vendu à un Franco-canadien puis à un Thaïlandais, relate Mouna Ayoub. Mais elle n'a pas renoncé au Phocéa. "Je garde le rêve de le racheter, c'est mon bateau. C'est ma deuxième fille. Quand j'ai une idée en tête, je sais que j'atteins souvent mon objectif", affirme-t-elle d'un air décidé.

L'argent qu'elle gagnera avec ces enchères puis, peut-être, une vente de ses vêtements de prêt-à-porter, l'aidera à atteindre son but, espère-t-elle.

 

Le catalogue de la vente est consultable en ligne à cette adresse.

 

 

 

 

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.