Escale de charme sur l’île de Ré

Par Figaro Nautisme
Mercredi 7 mai 2014 à 7h49

Reliée au continent par un pont, l’île de Ré est une destination où le temps semble s’être arrêté. Plus authentique que la Côte d’Azur, elle offre à ses visiteurs un petit havre de paix à quelques encablures des côtes charentaises.

Reliée au continent par un pont, l’île de Ré est une destination où le temps semble s’être arrêté. Plus authentique que la Côte d’Azur, elle offre à ses visiteurs un petit havre de paix à quelques encablures des côtes charentaises.

Petite île de 85 kilomètres carrés où il fait bon vivre, l’île de Ré attire chaque année de nombreux visiteurs. Il n’est d’ailleurs pas rare d’y croiser au milieu des anonymes certaines personnalités comme Patrick Bruel, Thierry Lhermitte, Fabrice Luchini, Philippe Sollers ou encore le chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus, qui y possèdent une maison. Le festival du livre, parrainé par Patrick Poivre d’Arvor, attire quant à lui chaque année, début août, un grand nombre d’écrivains. « De nombreuses personnalités possèdent une maison sur l’île de Ré ou viennent y passer des vacances en famille ou entre amis dans l’anonymat. Ici, les gens ne viennent pas pour se montrer comme sur la Côte d’Azur. Ils viennent y chercher la tranquillité et nous respectons cette volonté. Pour vivre heureux, vivons cachés, comme dit le dicton qui s’applique bien à l’Île de Ré », nous explique Christine Senand, directrice d’Île de Ré Tourisme.

 

De beaux mouillages abrités
Accessible par la route, Ré se découvre également par la mer. L’occasion de découvrir un autre visage de l’île et d’apercevoir au passage l’île d’Aix, uniquement accessible en bateau ou encore Fort Boyard, imaginé pour défendre l’arsenal de Rochefort. Possédant beaucoup moins d’anneaux que La Rochelle, l’Île de Ré a su conserver son côté authentique et son ambiance familiale propre aux petits ports. « Il existe quelques bouées autour de l’île qui sont, soit gérées par les municipalités, soit en accès libre. On en trouve notamment à Sainte-Marie, Rivedoux-Plage, à La Couarde ou à La Flotte, nous indique Hervé Bouchet, enfant du pays aujourd’hui directeur du centre nautique de La Flotte. Il y a également des zones de mouillages sauvages où l’on peut s’arrêter le temps d’un verre face à la plage, voire pour une nuit ». Si le mouillage sauvage n’est pas recommandé, il est néanmoins autorisé, sauf dans le Nord de l’île, dans cette zone on ne peut pas mouiller où l’on veut sans autorisation. Les mouillages sont relativement bien abrités des vents dominants. « On n’est pas dans une zone de navigation dangereuse, il n’y a ni rochers, ni courant fort, ni vent déchaîné. Le mouillage est sûr même s’il peut parfois être inconfortable. En général, les gens ne restent pas plus d’une nuit au mouillage. Ceux qui restent plus longtemps essaient plutôt d’avoir une place au ponton visiteur à Ars-en-Ré ou à Saint-Martin-de-Ré. Et puis à cause des marées, il n’est pas simple de rejoindre le rivage », poursuit-il.
L’île de Ré fait également la part belle aux régates. Une quinzaine de courses auxquelles participent bateaux de croisière et de course sont organisées entre juin et août par les centres nautiques de La Flotte, Saint-Martin-de-Ré et Ars-en-Ré. Et quand on parle de régates, on pense immédiatement au Tofinou, un type de voilier traditionnel de l’île, dont la flotte se réunit depuis plus de 20 ans lors de la traditionnelle Blue Wind Cup.


Le vélo, moyen de locomotion roi
Outre les loisirs nautiques comme la voile légère, le kayak, le stand up paddle ou le surf, l’île de Ré permet de pratiquer d’autres activités, à commencer par le vélo. « Sur l’île, on se déplace principalement à vélo. Il y a 100 kilomètres de pistes cyclables. Ce moyen de locomotion est idéal pour nos visiteurs qui ont envie de profiter tranquillement et sainement de notre territoire, sans polluer, souligne Catherine Senand. On peut se rendre à vélo dans les dix villages de Ré, qui ont chacun une ambiance différente. Il faut savoir que la partie nord de l’île est plus sauvage que la côte sud, où on retrouve le plus d’habitations ». L’été, les voitures sont d’ailleurs interdites dans certaines parties de l’île, afin de préserver la tranquillité des résidents et des vacanciers. « On peut aller en vélo à la réserve ornithologique, qui se situe à cheval sur Ars-en-Ré et Les portes, ou aller faire ses courses au marché. Ici, on prend le temps de vivre. C’est ce qui fait le charme de l’île de Ré », conclue-t-elle.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.