Protéger les baleines contre les collisions

Lundi 2 juin 2014 à 13h51

Préserver les baleines de Méditerranée des collisions en permettant aux gros bateaux de s'informer entre eux en temps réel : le projet Repcet, porté par l'association française Souffleurs d'écume, ouvre une piste pour épargner cette espèce protégée.

"Les collisions avec les bateaux sont, dans cette mer, la principale cause de mortalité des baleines", explique Denis Ody, responsable du pôle Océans à l'ONG WWF France et d'un programme de recherche sur les cétacés. Il y a deux semaines, un rorqual commun a ainsi été retrouvé mort sur une plage corse, le corps tailladé par les hélices d'un pétrolier-chimiquier.

Si une à deux collisions seulement sont enregistrées officiellement chaque année dans le nord de la Méditerranée, des études montrent en fait que 8 à 40 rorquals communs (type de baleine présente dans cette mer) sont tués tous les ans de cette manière, selon Pascal Mayol, directeur de Souffleurs d'écume. Ces chiffres sont à mettre en regard, souligne Denis Ody, avec une population globale limitée à 1.500 à 2.000 individus dans la partie septentrionale où se concentre la majorité des cétacés (cachalots, globicéphales noirs, dauphins, rorquals communs) de cette mer quasi fermée.

Ce faible nombre est une fragilité, selon les spécialistes également préoccupés par les autres agressions dont sont victimes les majestueux rorquals, qui peuvent atteindre jusqu'à 20 mètres et peser 40 à 70 tonnes : la pollution sonore - en forte augmentation à cause du trafic maritime - la pollution des eaux, notamment par les résidus de plastique, les perturbations parfois créées par l'observation des baleines par les touristes ("whale-watching"), la hausse de la température des eaux (1°C en 30 ans en Méditerranée) et ses impacts sur les écosystèmes.

 

D'où le projet Repcet, imaginé par Souffleurs d'écume et lancé en 2010: "Un officier de quart repère une baleine, la signale via un logiciel, un serveur calcule une zone de risques et diffuse l'information aux bateaux partenaires qui peuvent adapter leur conduite", explique Pascal Mayol.

Le système Repcet est aujourd'hui centré sur le sanctuaire Pélagos, qui s'étend du nord de la Sardaigne à la presqu'île de Giens (Var, sud de la France) et à Fosso Chiarone sur les cotes toscanes. Dans cette zone de 87.000 km2, où les baleines viennent s'alimenter et se reproduire, la France, l'Italie et Monaco ont déjà adopté des mesures de protection (interdiction des courses de bateaux, code de bonne conduite pour le "whale watching", etc.).

Actuellement, dix bateaux marchands ont adopté Repcet, dont ceux des compagnies SNCM et La Méridionale, mais l'objectif est un déploiement plus large pour que le système atteigne sa pleine efficacité. Il y a quelques jours, le projet s'est vu attribuer le prix de la Fondation Salins, doté d'une enveloppe de 20.000 euros. Cela "va nous permettre d'aller sensibiliser davantage de compagnies maritimes, notamment italiennes et espagnoles", se réjouit Pascal Mayol. "Nous avons besoin de changer d'échelle, notre objectif est d'avoir au moins 30 bateaux équipés à l'été 2015".

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.