La fin d’une longue bataille pour le trésor d’un galion

Vendredi 13 juin 2014 à 14h59

C’est un trésor sauvé deux fois : du fond des eaux d’abord, puis d’une longue bataille judiciaire en Espagne, aux Etats-Unis et jusqu’en Amérique du Sud. Les 23 tonnes de pièces coulées en 1804 au large de Gibraltar ont connu une histoire mouvementée.

C’est un trésor sauvé deux fois : du fond des eaux d’abord, puis d’une longue bataille judiciaire en Espagne, aux Etats-Unis et jusqu’en Amérique du Sud. Les 23 tonnes de pièces coulées en 1804 au large de Gibraltar ont connu une histoire mouvementée.

Il a patienté deux siècles au fond de l’eau, dans l’épave d’un galion espagnol, gisant par 518 mètres de fond, avant de retrouver la lumière du jour, en mai 2007, lors d’une expédition du géant américain de la chasse au trésor, Odyssey. Il s’agirait de la luxueuse cargaison du Nuestra Señora de las Mercedes, un galion espagnol coulé en 1804, au large de Gibraltar, à son retour du Pérou. A l’époque, la marine britannique, auteur des tirs fatals, craignait qu’il ne transporte un trésor destiné à alimenter les caisses de Napoléon. De fait, au moment de sa découverte, l’épave protégeait le plus important trésor sous-marin jamais découvert : 595.000 pièces d’or et d’argent, estimées à près de 500 millions de dollars ou 375 millions d’euros. Un franc succès pour Odyssey qui avait dépensé 2.6 millions de dollars pour localiser et remonter le trésor, grâce à un sous-marin télécommandé.

Le groupe américain avait alors rapidement transporté le butin jusqu’à son siège de Floride, après une escale à Gibraltar (sous juridiction britannique), et sans prévenir les autorités espagnoles, assurant que l'épave se trouvait dans les eaux internationales. Or, en apprenant cette découverte, l’Espagne a invoqué le principe de l’immunité souveraine et réclamé la reconstitution complète d’un patrimoine historique, « tombe des 250 marins et citoyens espagnols morts » dans le naufrage. Une demande contestée par Odyssey en raison du caractère marchand du navire. « Il est clairement prouvé que la majorité des pièces de monnaie transportées par le Mercedes appartenaient à des marchands privés », insistait la principale avocate d’Odyssey, Melinda MacConnel, en juin 2009. L’affaire était alors étudiée par la juridiction américaine. Cette même année, le Pérou entrait en scène en rappelant que le galion avait quitté un port péruvien, avant la Bolivie qui demandait une expertise sur la provenance des pièces, extraites en nombre dans les Andes à cette époque. Six descendants ont également revendiqué la propriété d’une partie du trésor. « Nous ne sommes pas motivés par l’argent, avait soutenu Mathilde Daireaux Kinsky, la descendante d’un général espagnol. Nous cherchons à honorer la mémoire de nos aïeux qui sont morts à bord. » Mais l’Espagne a finalement obtenu gain de cause et le musée archéologique de Madrid expose désormais une partie de ce trésor si convoité. Odyssey, dont les 2.6 millions de dollars mobilisés pour la recherche de l’épave n’ont pas été remboursés à l’issue des démarches judiciaires, a regretté une décision qui aurait pour conséquence de décourager l’exploration archéologique sous-marine. L’Espagne a intensifié ces dernières années ses efforts pour lutter contre le pillage des épaves.


Le trésor est arrivé à destination avec deux siècles de retard
 

Une partie du trésor est donc désormais présentée au public. Depuis jeudi, 30.000 pièces sont dévoilées dans une grande urne de verre, au musée archéologique de Madrid. Pour être présentées au public, la plupart des pièces ont été nettoyées et déposées dans l'urne, mais d'autres sont montrées dans l'état où elles ont été trouvées, enveloppées de boue. Environ 8.000 autres pièces sont exposées depuis le mois de mai au musée d'Archéologie sous-marine de Carthagène, dans le sud-est de l'Espagne, et une exposition raconte la bataille fatale Nuestra Señora de Las Mercedes, au musée naval de Madrid. "Une grande bataille a été gagnée, a expliqué Manuel Mortari, l'un des organisateurs de l'exposition madrilène, devant l’urne de verre. Cela servira d'exemple et aidera les gens à prendre conscience de la valeur de leur patrimoine. » Avant d’ajouter sur un ton léger : « C'est comme gagner le Mondial de football. Cela renforce la confiance en soi du pays. » Le secrétaire d'Etat à la Culture espagnol a lui voulu rappeler que ces biens culturels sont "le patrimoine de tous et pas le privilège de quelques-uns", concluant ainsi l'histoire mouvementée du butin.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.