Hugo Boss remporte la New York to Barcelona race

Dimanche 15 juin 2014 à 22h50

Hugo Boss remporte l’IMOCA Ocean Masters New York to Barcelona race. Le duo, composé de Pepe Ribes et Ryan Breymaier, a franchi la ligne d’arrivée à 20 h 54 m et 30 s heure locale à Barcelone.

 

Hugo Boss remporte l’IMOCA Ocean Masters New York to Barcelona race. Le duo, composé de Pepe Ribes et Ryan Breymaier, a franchi la ligne d’arrivée à 20 h 54 m et 30 s heure locale à Barcelone.

 

La paire Américano-Espagnole a remporté la course en 14 jours 2 heures 44 minutes et 30 secondes. Cependant, à en juger par leurs mines éreintées et les épreuves incessantes auxquelles ils ont dû faire face au cours de ces deux semaines, on aurait pu penser que la course avait duré un mois voire plus.

« La course a été très exigeante pour nous, il ne s’agissait pas seulement de courir, nous avons également eu beaucoup de problèmes à régler », raconte Pepe. « Moins vous avez de temps pour vous consacrer à la course, plus c’est stressant. »

Et Breymaier d’ajouter : “Lorsque l’on tire sur la machine, elle n’apprécie pas toujours. Nous n’avons pas eu de problème majeur, rien qui ne nous a vraiment stoppés – des problèmes de système informatique, et nous avons endommagé le système de récupération d’eau pour les ballasts, ce qui a affecté notre vitesse. »
Et les problèmes se sont succédés du départ jusqu’à l’arrivée. L’un des événements les plus marquants s’est produit sur le dernier jour de course, en approche de Barcelone, quand Hugo Boss s’est littéralement fait renversé par une monstrueuse rafale de vent.

Pepe Ribes : « Aujourd’hui c’est la première fois que j’ai vu le mât d’un IMOCA 60 sous l’eau. Nous avons traversé une risée, pensant qu’il s’agissait simplement de pluie, mais il y avait en réalité 50 nœuds, et nous avions les ballasts pleins et la quille basculée au maximum, le bateau s’est purement et simplement écrasé. Le mât est resté sous l’eau environ trois minutes. Le moteur a pris feu… On aurait pu rester collés là, sans moteur et sans batterie, donc on a eu beaucoup de chance. »

Et ce n’était qu’un de leurs jours compliqués.

L’autre grosse épreuve à laquelle ils ont dû faire face reste les conditions extrêmes qu’ils ont rencontrées lors de la traversée du Détroit de Gibraltar. « Le Détroit est toujours un endroit difficile à passer, il fout faire un effort considérable pendant une dizaine de milles en sachant que de l’autre côté il n’y aura que 10 nœuds », explique Pepe. « Ce n’est pas simple de tirer des bords avec ce bateau dans 45 nœuds de vent, c’est difficile à gérer, surtout après 13 jours de course sous pression et la fatigue que cela représente. C’est encore un jour de plus où vous n’avez pas une minute de sommeil. »

Hugo Boss a pris la tête de la course suite à la blessure de Marc Guillemot contraignant l’équipage de Safran à l’abandon à l’approche de Gibraltar.

« Ils ont fait une course exceptionnelle sur la traversée de l’Atlantique », reconnaît Pepe à propos de son adversaire. « Je ne sais pas quelle source de données météo ils utilisaient, mais ils ont choisi des trajectoires que je n’aurais jamais envisagées. C’est vraiment dommage que Marc se soit blessé parce qu’ils faisaient vraiment une belle course. Mais nous étions aussi prêts pour la bataille. »

Breymaier ajoutait que Marc Guillemot connaît bien son bateau après huit ans à la barre de Safran, quand Pepe et lui n’ont navigué que deux semaines avant le départ de la course à New York, et jamais en double. Sans parler des efforts fournis pour amener le bateau jusqu’à la ligne de départ après le démâtage lors du convoyage vers les Etats-Unis. Compte-tenu de tous ces éléments, Breymaier se serait même bien contenté de la deuxième place.

De plus Hugo Boss a passé les 10 derniers jours avec Guillermo Altadill et José Muñoz sur Team Neutrogena dans son rétroviseur. Mais Pepe admet qu’ils n’y ont pas fait attention. « Je n’ai jamais regardé derrière pour savoir ce qu’ils faisaient. J’ai dit à Ryan ‘on peut gagner cette course, et si Guillermo choisit d’aller à droite, on ne doit pas y aller, on doit se conformer à notre stratégie comme on l’a fait jusqu’à présent. Donc on ne le surveillait pas. »

Pour Breymaier, l’IMOCA Ocean Masters New York to Barcelona Race est une nouvelle étape de franchie dans son projet de campagne IMOCA US avec pour objectif la participation au Championnat du Monde IMOCA Ocean Masters et au Vendée Globe en 2016.

« Le circuit Ocean Masters est incroyable. L’organisation de cet événement a été de très grande qualité. Cette course est vraiment un pas dans la bonne direction. Plus la Classe IMOCA sera visible dans des endroits comme New York, plus l’intérêt se renforcera et on se développera. Il y aura de nouveaux partenaires qui participeront à l’ensemble des événements et ça deviendra un véritable circuit. »

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.