SNCM: Menace de grève en haute saison

Lundi 23 juin 2014 à 10h38

Après 17 mois de conflit parfois larvé, parfois ouvert, avec l’État et Transdev, l'actionnaire principal de la compagnie maritime, les syndicats de la SNCM dégainent le bazooka : la grève reconductible, à l'orée de la haute saison touristique.

Après 17 mois de conflit parfois larvé, parfois ouvert, avec l’État et Transdev, l'actionnaire principal de la compagnie maritime, les syndicats de la SNCM dégainent le bazooka : la grève reconductible, à l'orée de la haute saison touristique.

Il y a désormais peu de chance de l'éviter : le 24 juin à 06H00, marins et sédentaires arrêteront, pour la 3e fois cette année, le travail et cloueront à quai les navires de la SNCM, interrompant totalement les traversées vers le Maghreb et la Corse, à une petite encablure de la saison estivale.

Tous les syndicats, CGT - SAMMM - FO - CFE-CGC - CFDT - CFTC, ont appelé au mouvement, reconductible toutes les 24 heures, à l'exception du Syndicat des travailleurs corses (STC).

La date choisie correspondait à celle prévue pour l'assemblée générale des actionnaires de la SNCM, qui doit clôturer les comptes 2013 et entériner la reprise en main de la société par son actionnaire majoritaire Transdev (66%), avec la nomination d'un nouveau président du conseil de surveillance de la compagnie Jérôme Nanty, en remplacement de Gérard Couturier.

L'AG a été reportée au 3 juillet, mais la grève, elle, est maintenue au 24 juin. Une manière pour les syndicats de laisser une petite chance à "une grève rapide" et de sauver la saison d'été.

"Nous ne pouvons pas attendre septembre pour dénoncer les mensonges et les reniements de l'Etat", justifie le délégué CFE-CGC des officiers Pierre Maupoint de Vandeul.

"Nous réclamons que les actionnaires, dont l'Etat (25%, ndlr), respecte ses engagements (...) La grève, si elle se tient, sera de l'entière responsabilité du gouvernement", renchérit son collègue de la CGT Marin (majoritaire) Frédéric Alpozzo.

Le nouveau patron, choisi par Transdev avec l'appui de l'Etat, Olivier Diehl, déplore évidemment le moment de la grève et met en garde contre un mouvement qui pourrait conduire l'entreprise tout droit vers le tribunal de commerce.

 

L'Etat en ligne de mire

 

"La SNCM est sur un fil d'équilibre et nous pouvons verser à tout moment ans une situation préjudiciable. (...) Je pense que le timing n'est pas le bon", a-t-il déclaré à la Provence mercredi, annonçant une activité "en recul de 10,8% et de 13% sur la Corse" depuis le début de l'année.

Si l'entreprise est aujourd'hui en difficulté, Transdev y est pour beaucoup, pour M. Alpozzo : "ses patrons (ceux d'Olivier Diehl, ndlr) ont mis la SNCM dans toutes les pages des journaux pour la salir, c'est lamentable".

Mais dans leurs préavis, les syndicats s'en prennent surtout, et avec virulence, à l'Etat. Car depuis 18 mois, estiment-ils, l'ancienne direction avaient mis l'entreprise sur de bons rails en lançant un plan ambitieux avec deux volets principaux.

Ce plan, longtemps soutenu par le gouvernement, prévoyait un pacte social avec 500 suppressions de postes (sur 2600), l'augmentation du temps de travail et, en face, la commande de 4 navires plus performants, avec la clef des gains de productivité.

Si le pacte social a bien été enclenché - "j'ai fait signer le taux de congés le plus bas du pavillon français", souligne M. Maupoint de Vandeul -, la commande de bateaux a été stoppée net par la reprise de contrôle par Transdev, soutenue par l'Etat. "Un déni de la parole publique" pour la CFE-CGC.

"Leur financement n'est pas chose simple compte tenu des incertitudes liées à l'Europe et les résultats de la SNCM ne sont pas à la hauteur", justifie M. Diehl.

La double condamnation infligée par Bruxelles, qui a demandé le remboursement par la compagnie d'un total de 440 millions d'aides publiques, n'est qu'un "prétexte" selon les syndicats, qui voit, plutôt, une volonté de démantèlement de la compagnie dans les actions de Transdev.

"Un immense gâchis peut être évité", écrit la CFE CGC, qui appelle de ses voeux le traitement simultané des contentieux européens, des financements et du projet industriel, et du changement d'actionnariat, Transdev souhaitant sortir du capital de SNCM.

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.