Quel bateau pour les prochains Tours de France ?

Lundi 7 juillet 2014 à 11h57

Quinze bateaux au départ du Tour de France à la voile (TFV) en 2012, douze en 2013 et seulement neuf en 2014... On est bien loin des quarante concurrents de 2002. Les organisateurs étudient diverses formules pour sauver la grande classique estivale.

Quinze bateaux au départ du Tour de France à la voile (TFV) en 2012, douze en 2013 et seulement neuf en 2014... On est bien loin des quarante concurrents de 2002. Les organisateurs étudient diverses formules pour sauver la grande classique estivale.

"On doit donner une autre vie au Tour", reconnaît Jean-Baptiste Durier, directeur du TFV, une épreuve née en 1978 et qui a été reprise par Amaury Sport Organisation (ASO) en 2012.

"On ne s'interdit rien", ajoute-t-il dans un entretien avec l'AFP à Dunkerque (Nord), d'où partent dimanche soir les neuf monocoques M34 (10,34 m) du TFV 2014 pour leur première étape hauturière en direction de Dieppe (Seine-Maritime), un parcours de 130 milles (environ 240 km).

"On est partis d'une page blanche mais avec trois prérequis, souligne-t-il. Le successeur du M34 devra être un bateau existant, même très récent. Il ne devra pas servir seulement à courir le TFV et devra être accessible financièrement."

Une annonce officielle sera faite le 27 juillet à Nice (Alpes-Maritimes), à l'arrivée du TFV 2014.

Plusieurs options sont à l'étude, précise M. Durier, évoquant "le changement dans la continuité" (monocoque d'une dizaine de mètres comme le Figaro Bénéteau 2, le Melge 32, voire même le maintien du M34.) ou "des choses plus révolutionnaires comme l'adoption d'un multicoque".

"On a vu le succès de la Coupe de l'America, des Extreme Sailing Series, le côté spectaculaire pour le public et les médias, le plaisir qu'ont les marins à naviguer sur de telles machines", poursuit-il. Une chose est sûre, la monotypie sera reconduite car "c'est dans l'ADN du +Tour+ et cela facilite la compréhension du grand public".


L'option Diam 24 ?

 

Selon diverses sources, les organisateurs pencheraient pour l'adoption du Diam 24, un trimaran à trois équipiers de 7,25 m de long. Le bateau, doté d'une grand-voile de 22 m², d'un solent (foc) de 10 m2 et d'un gennaker de 32 m2, est vendu 50.000 euros, plus de trois fois moins cher qu'un M34 (150.000 euros sans ses voiles).

Jean-Baptiste Durier se refuse à toute confirmation, reconnaissant toutefois que la réflexion sur le choix du prochain bateau est bien avancée: "il y a une forte tendance, une très forte inflexion".

Il insiste aussi sur "la nécessité de s'appuyer sur un partenaire industriel solide, avec des bases de production solides. C'est au coeur de notre réflexion, on veut se donner toutes les garanties".

"Cela fait six mois qu'on réfléchit en consultant les marins et tous les acteurs de la voile, dont la Fédération française de voile, note encore le directeur du TFV. Ce sont ces gens là qui nous disent ce qu'on a le droit de faire et de ne pas faire. Ils nous nourrissent de leurs idées".

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.