Dernier voyage du Concordia ce mardi

Lundi 21 juillet 2014 à 10h21

Le Concordia, échoué depuis deux ans et demi devant le port du Giglio après son naufrage qui avait fait 32 morts, quittera définitivement cette île toscane mardi pour entamer son dernier voyage en mer, qui le mènera à Gênes (nord-ouest) où il sera démantelé.

Le Concordia, échoué depuis deux ans et demi devant le port du Giglio après son naufrage qui avait fait 32 morts, quittera définitivement cette île toscane mardi pour entamer son dernier voyage en mer, qui le mènera à Gênes (nord-ouest) où il sera démantelé.

Propriété de l'armateur italien Costa, qui appartient lui-même au groupe américain Carnival, le navire de 114.500 tonnes, redressé en septembre au cours d'une opération sans précédent de rotation de sa coque, y sera alors détruit.

Ce clap de fin aura été précédé par une semaine entière de renflouement du bateau, débutée le 14 juillet: cette opération délicate a vu le paquebot flotter à nouveau "tout seul" et ses différents ponts ressortir de l'eau. Lent et minutieux, le renflouement a pris plus de temps que prévu, notamment en raison de vents violents ayant soufflé en milieu de semaine.

C'est pourquoi le départ du paquebot du Giglio a été retardé à mardi, au lieu de lundi comme prévu initialement, a annoncé samedi après-midi Franco Gabrielli, le chef de la Protection civile italienne, en charge de la supervision des travaux. Deux remorqueurs, "l'un néerlandais, l'autre enregistré aux Vanuatu", tireront le géant des mers dont le dernier voyage jusqu'à Gênes à une vitesse "maximum de deux noeuds à l'heure", selon l'ingénieur de chez Costa, Franco Porcellacchia. Le dernier voyage du géant des mers, qui devrait durer quatre jours, le verra passer à 25 km de la Corse, près de l'île d'Elbe, et à 10 km de l'île italienne de Capraia.

"Seules douze personnes seront autorisées à monter à bord du bateau", a ajouté M. Porcellacchia, en précisant qu'un "plan d'évacuation était prêt en cas de feu". En tout, "quatorze embarcations escorteront" le bateau jusqu'à Gênes, parmi lesquelles "deux autres remorqueurs qui seront positionnés à l'arrière du convoi" afin de parer à toute éventualité, a précisé l'ingénieur.

Une fois arrivé à Gênes, le paquebot devra encore être surélevé, jusqu'à ce que sa ligne de flottaison atteigne les 18,50 mètres, afin de pouvoir être amarré aux docks du chantier où il sera dépecé. "C'est le point d'arrivée le plus attendu des habitants du Giglio, mais également des Italiens, voire du monde entier", a souligné le maire de l'île, Sergio Ortelli.

Menée par Costa et effectuée par le consortium américano-italien Titan-Micoperi, l'opération de sauvetage a un coût total de quelque 1,5 milliard d'euros. Ce montant recouvre le redressement du paquebot, son renflouement, sa stabilisation, son trajet jusqu'à Gênes puis son démantèlement.

A la tête d'une équipe de quelque 500 personnes expertes en sauvetage de bateau, le Sud-Africain Nick Sloane, pour qui le sauvetage du Concordia restera "son plus grand défi" en vingt ans de carrière, supervisera cette dernière étape. Il se permettra peut-être de fumer un cigare sur le pont du paquebot, comme il se l'était promis au début de l'aventure.

Le Concordia a fait naufrage le 13 janvier 2012 après avoir violemment heurté un rocher devant le Giglio, entraînant la mort de 32 personnes et faisant des dizaines de blessés sur les plus de 4.200 occupants de 70 nationalités, qui se trouvaient à son bord. Le corps d'un serveur indien, Russel Rebello, n'a toujours pas été retrouvé malgré d'intenses recherches.

Alors que d'autres membres de l'équipage ont négocié des peines à l'amiable, le commandant du paquebot, Francesco Schettino, est le seul à être actuellement jugé à Grosseto (centre) pour homicides par imprudence, naufrage et abandon de navire.

Aux premières loges depuis le drame, M. Ortelli a exprimé son "soulagement" à l'annonce de la date de départ du paquebot. "C'est clair que nous aimerions oublier ce qu'il s'est passé mais nous ne pourrons jamais. Nous porterons toujours en nous le souvenir de cet évènement", a-t-il affirmé. Ce n'est pas le souvenir du bateau qui restera, a-t-il ajouté, mais "celui des victimes".
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.