Retour sur l’épopée de La Santa-Maria de Christophe Colomb

Dimanche 3 août 2014 à 16h05

Premier épisode de notre série sur les voiliers mythiques avec la Santa-Maria. À partir de son départ en 1492, son destin sera scellé à celui de Christophe Colomb et à la découverte de l’Amérique dont elle ne reviendra jamais. Son épave aurait été retrouvée au large de Haïti ce printemps.

Premier épisode de notre série sur les voiliers mythiques avec la Santa-Maria. À partir de son départ en 1492, son destin sera scellé à celui de Christophe Colomb et à la découverte de l’Amérique dont elle ne reviendra jamais. Son épave aurait été retrouvée au large de Haïti ce printemps.

Elle avait fière allure lorsqu’elle a quitté le port de Palos de la Frontera en Espagne, ses voiles blanches ornées d’une croix rouge, cette nuit du 3 août 1492. La caraque La Santa-Maria, avec ses trois mâts et ses 29 mètres de long, était le plus grand des trois navires de la première expédition de Christophe Colomb, dont l’objectif était de traverser l’Océan Atlantique pour rejoindre les Indes Orientales. L’explorateur espagnol Juan de la Cosa était le capitaine et armateur de ce navire-amiral sur lequel étaient embarqués quarante marins. Tous surnommaient La Santa-Maria du petit nom La Gallega, ou La Galicienne, car elle avait été construite en Galice. À ses côtés voguaient les deux caravelles La Pinta et La Nina. Cette expédition novatrice comptait en tout 90 personnes.
La traversée ne serait pas longue, Christophe Colomb l’avait assuré à la reine Isabelle de Castille et au roi Ferdinand d’Aragon qui lui avaient donné les moyens de son ambition. Pour préparer son voyage, il s’était basé sur l’ouvrage encyclopédique de Pierre d’Ailly, cardinal et cosmographe français du début du XVe siècle. Ce dernier insistait sur l’étroitesse de l’Atlantique en se référant lui-même aux mesures d’un astronome persan du IXe siècle et aux cartes d’un géographe phénicien du Ier siècle. Mais tous avaient envisagé la circonférence de la Terre bien plus petite qu’elle n’était en réalité. Ainsi, deux mois après leur départ des côtes espagnoles, les équipages de La Santa-Maria, La Pinta et La Nina s’inquiétaient fortement de ne toujours pas apercevoir la terre à l’horizon, alors que les vivres et l’eau douce commençaient à manquer.

 

Les premiers pas d’une confusion historique
 

Début octobre, Christophe Colomb décida de changer de cap en se fiant aux oiseaux marins. Le 12 octobre, enfin, une île était en vue. Le navigateur italien la baptisa du nom du Christ, San Salvador, et la fit enregistrer comme nouvelle possession du roi d’Espagne. Il était persuadé qu’elle faisait partie de l’archipel nippon. Il s’agissait en réalité d’une île des Bahamas. La Santa-Maria et les deux caravelles l’abordèrent avec prudence mais les premiers contacts avec les indigènes furent pacifiques. Colomb, convaincu d’être face à des habitants des Indes Orientales, les nomma les Indiens. Ceux-ci lui indiquèrent d’autres îles où, paraît-il, se trouvait de l’or. Durant deux mois, les trois navires explorèrent ainsi la mer des Caraïbes, curieux de ces nouvelles terres qu’ils ajoutaient au royaume d’Espagne et dont le navigateur italien comptait bien s’attribuer sa part. La Santa-Maria, La Pinta et La Nina accostèrent notamment à Cuba, que Colomb prit pour le Japon, ou encore à Haïti qu’il nomma « L’Hispaniola » en raison de ses paysages qui lui rappelaient ceux de la Castille.

 

Le navire reconverti en fortin
 

C’est sur cette île d’Haïti que survint le drame. La nuit de Noël 1492, La Santa-Maria, laissée avec seulement un mousse à la barre, s’échoua sur un récif. Ce n’est que grâce à l’intervention d’une tribu locale que la plus grande partie de la cargaison put être sauvée. Christophe Colomb, Juan de la Cosa et leurs hommes parvinrent aussi à récupérer une partie du bois constituant le navire. Le marin italien décida de le recycler : comme il n’y avait pas assez de place à bord de La Pinta et La Nina pour accueillir l’équipage de La Santa-Maria, il l’utilisa pour construire un petit fortin qu’il appela La Navidad (Noël), tout près de l’actuelle ville de Cap-Haïtien. Il s’agissait du premier établissement européen permanent du continent américain mais Christophe Colomb ne le saura jamais. Parmi les 39 hommes laissés sur place, il y avait un charpentier, un tonnelier, un médecin et un tailleur. Les habitants de cette nouvelle « ville » reçurent des graines, des vivres, des armes et des outils pour s’organiser et tenir jusqu’au retour de Christophe Colomb qui promit de revenir les chercher. Peu de temps après, il repartit vers l’Espagne avec Juan de la Cosa et les deux bateaux restants. Un an plus tard, il fut de retour avec une flotte de dix-sept navires et environ 1 500 hommes avec pour objectif de construire cette fois une véritable colonie sur Hispaniola. Mais lorsqu’il arriva à la Navidad, il trouva le fortin incendié et tous ses anciens marins de La Santa-Maria décimés par les Indiens lassés de la violence et de l’avidité de ces colons.
Comme Christophe Colomb qui s’éteignit treize ans plus tard après quatre expéditions dans cette région, les marins de La Santa-Maria sont morts sur une terre dont ils étaient persuadés qu’elle était l’Asie.
Il aura fallu attendre plus de cinq siècles pour que le fantôme de La Santa-Maria réapparaisse. En mai dernier, des archéologues auraient retrouvé son épave au nord des côtes haïtiennes, non loin de l'emplacement du fort d’antan. Elle reposerait entre trois et cinq mètres de profondeur. En attendant les preuves qui confirmeront cette découverte, l’ancre de la caraque, de quatre mètres de hauteur, est visible au Musée du Panthéon national haïtien à Port-au-Prince. Une réplique de La Santa-Maria flotte également paisiblement dans le port de Barcelone.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.