Non-voyant et marin, des sensations à apprivoiser

Jeudi 25 septembre 2014 à 10h05

Il est possible de naviguer sans voir, en faisant confiance à ses sensations. Récit d'une initiation à la navigation pour les non-voyants en Pologne.

Il est possible de naviguer sans voir, en faisant confiance à ses sensations. Récit d'une initiation à la navigation pour les non-voyants en Pologne.

"Je ne peux pas observer les voiles, mais qu'importe ! Sur mes joues et dans les oreilles je sens d'où vient le vent, je sens sa force quand je tire sur les cordes." Malvoyante depuis sa naissance, Walentyna Koziol tient fermement la barre d'un ketch au milieu d'un lac dans l'est de la Pologne.

Sur les eaux calmes et brumeuses du plan d'eau de Siemianowka, à la frontière polono-bélarusse, des handicapés de la vue vivent leur initiation à la voile, invités par la fondation polonaise Imago Maris. Leur objectif est infiniment plus ambitieux: se lancer dans la navigation maritime. "Ici, c'est ma première sortie sur l'eau, sur un voilier", déclare Piotr Sokolski, jeune magasinier de Bialystok (nord-est), quasi aveugle et souffrant de nystagmus, oscillation involontaire du globe oculaire. "Je ne savais pas que le voilier penchait autant. Au premier tournant, je pensais que le bateau allait se retourner. Après, j'ai appris que c'était normal", raconte-t-il en évoquant ses premières sensations et émotions."Je ne savais pas non plus que l'eau était si proche quand on était assis sur le côté du bateau, et qu'on pouvait la toucher", ajoute-t-il en serrant l'écoute du foc dont il a la charge.


Courage et confiance


Après un cours de théorie portant sur la construction d'un voilier et sur les mesures de sécurité sur l'eau, une douzaine d'aveugles et malvoyants partent à la découverte de l'élément qui a l'air encore moins facile à affronter que leur réalité quotidienne.

"Nous pensons que grâce à ce genre de projet, on peut aider des personnes aveugles ou malvoyantes à trouver le courage nécessaire et la confiance en elles", explique Ewa Skrzecz, présidente d'Imago Maris. "Face à l'inconnu, l'attitude de ces gens ne diffère en rien de celle des autres gens : il y en a qui sont anxieux, d'autres sont ouverts et veulent bien goûter à quelque chose de nouveau. Il y a ceux qui ont perdu la vue et qui ont peur de sortir de chez eux... Nous tentons de les y encourager et de leur dire que la vie n'est pas finie, qu'on peut continuer à faire des choses intéressantes", ajoute cette jeune femme dont la thèse de doctorat porte sur la navigation maritime pour handicapés de la vue.

La Pologne en a une belle tradition. Des croisières en voilier en mer Baltique y sont organisés depuis plusieurs années, notamment dans le cadre d'un projet "Zobaczyc morze" (Voir la mer), sur le trois-mâts Zawisza Czarny. Des stages de formation pour des aveugles et malvoyants se tiennent aussi sur les grands lacs de Mazurie, dans le nord-est du pays. Walentyna Koziol en a suivi un et affiche des compétences de timonier.

Désormais, "nous voulons transmettre notre savoir-faire et notre tradition à d'autres pays", déclare Ewa Skrzecz.


D'Alicante à Barcelone


Sa fondation organise du 11 au 18 octobre une croisière internationale en voilier sur la Méditerranée, d'Alicante, via Majorque et Ibiza, jusqu'à Barcelone, sur la goélette polonaise "Kapitan Borchardt". Aux côtés de malvoyants polonais vont embarquer des Allemands, Lituaniens et Lettons. "Les handicapés font toujours partie intégrale de l'équipage. C'est le principe de base. Ils ne peuvent pas être considérés comme de simples passagers. Ils tirent les cordes, ils font de la cuisine, ils prennent leur quart et sont de toutes les corvées, 24 heures sur 24", souligne Ewa Skrzecz. Le voilier est adapté pour les accueillir, notamment avec le gouvernail pourvu d'indicateur vocal du cap et d'allure, un GPS sonorisé et des cartes en relief et en braille.

"Pour assurer la sécurité d'une telle expédition, il faut bien évidemment une assistance de personnes voyantes. L'expérience dit que la bonne proportion entre les voyants et non-voyants doit être de 1 à 1, et ils font tout ensemble", précise-t-elle. Sur le lac de Siemianowka on entend des chants de marins. Walentyna les connaît déjà.
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.