Route du Rhum: un tiers d'amateurs au départ

Mercredi 29 octobre 2014 à 7h51

La magie du Rhum, ce sont aussi ces amateurs qui viennent relever le défi de traverser l’Atlantique en course et de se frotter aux meilleurs navigateurs du moment. Sur la 10e édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, ils seront près de 30 marins sur les 91 inscrits, non professionnels et de tous horizons, à prendre le départ. Garagiste, journaliste, vétérinaire, éducateur sportif, expert comptable, médecin… tous ont dû gérer un métier, un budget, une préparation pour pouvoir être à Saint-Malo.

La magie du Rhum, ce sont aussi ces amateurs qui viennent relever le défi de traverser l’Atlantique en course et de se frotter aux meilleurs navigateurs du moment. Sur la 10e édition de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, ils seront près de 30 marins sur les 91 inscrits, non professionnels et de tous horizons, à prendre le départ. Garagiste, journaliste, vétérinaire, éducateur sportif, expert comptable, médecin… tous ont dû gérer un métier, un budget, une préparation pour pouvoir être à Saint-Malo.

« Je suis surbooké par mon travail, je n’ai pas beaucoup navigué, j’ai surtout passé du temps à préparer mon bateau âgé de 30 ans » raconte Etienne Hochédé, 58 ans, skipper du Multi50 PiR2 – CCI de Fécamp. Amateur pure souche, garagiste de père en fils, Etienne a posé un mois de congé sans solde pour participer à La Route du Rhum-Destination Guadeloupe.

Ne demandez pas à Olivier Roussey (Obportus –Conseil Régional de Lorraine, Class40) ce qu’il vient faire sur la ligne de départ de la 10e Route du Rhum-Destination Guadeloupe. « La passion ne connaît pas de frontières et elle ne s’arrête certainement pas à la ligne bleue des Vosges », répond tout de go cet expert comptable à la tête d’un cabinet de 300 personnes, né et installé depuis toujours en Lorraine.

 

 

Travailler pour s’offrir son rêve

 

Dans la semaine d’Hervé de Carlan, skipper de Délirium (Multi50), le seul catamaran de la course, les journées de 14 heures sont légion. « C’est le prix à payer pour s’offrir son rêve » chuchote ce médecin généraliste qui ne devra pas traîner sur la route de la Guadeloupe pour être de retour au cabinet le 2 décembre ! Quant à Erik Nigon (Multi50, Vers un Monde Sans Sida), directeur technique chez Axa Assurances, il rentre la semaine prochaine à Paris pour travailler trois jours… avant le grand départ dimanche prochain. Pour la préparation de son bateau, Erik a fait appel à sa bande de copains, pour son entraînement physique, il a choisi le vélo pour aller au boulot, plutôt que le métro, et pour sa préparation mentale, il a offert aux malouins un superbe concert avec son groupe Take a Break, samedi.

 

 

Objectif : tout donner

 

A 60 ans, Jean-Yves Chatelain s’apprête à participer à son troisième Rhum sur son bateau de croisière amélioré, un RM 13,50 baptisé Destination Calais (classe Rhum). « Sur la dernière édition, j’ai du abandonner suite à des soucis électriques, mais j’ai constaté que mon bateau marchait fort. Alors, cette année, secrètement, j’espère faire dans les dix premiers. Je vais tout donner » raconte Jean-Yves, professeur d’éducation physique. « Secrètement », c’est souvent le terme employé par ces amateurs, qui en plus de réaliser leur rêve, n’osent pas imaginer mieux, c’est-à-dire faire un bon résultat. Fabrice Amedeo, journaliste et skipper du Class40 SNCF-Géodis-Newrest, confie avoir beaucoup progressé et se verrait bien, sans l’avouer complètement, terminer dans les 15 premiers. « Mon objectif est d’arriver de l’autre côté, de raconter une belle histoire et si possible faire mieux qu’il y a quatre ans. Ce serait déjà un belle réussite, je vais me faire mal et me donner à 200% ».

Métro-boulot-bateau-dodo, le quotidien de ces amateurs n’est pas une sinécure mais un choix de passionnés. A travers eux, le public s’identifie, s’imagine lui-aussi pouvoir traverser l’Atlantique en course. C’est plus que jamais la spécificité de La Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Ce qui fait de cette épreuve une course de légendes et d’histoires d’hommes.

 

 

Ils ont dit sur les pontons de Saint-Malo :

 

Pierre-Yves Chatelin (Classe Rhum - Destination Calais), professeur d’EPS :

« C’est ma deuxième Route du Rhum avec mon RM 13,50, et la troisième fois que j’y participe. Ce sera cette année ma dernière, car je pars à la retraite l’an prochain et je projette de faire pour un tour du monde sur mon bateau. Mon objectif ? Faire bien, arriver au bout proprement, sereinement, même si secrètement j’aimerais faire dans les dix premiers ! ».

 

Etienne Hochédé (Multi50 - PIR2 CCI de Fécamp), garagiste :

« Ce sera ma première Route du Rhum parce qu’on a décidé de la faire avec mon ami Hervé de Carlan qui est aussi en Multi50 avec un catamaran. J’ai besoin de bouger, de me motiver, de me tirer vers le haut. C’est pour cette raison que je m’engage sur une course comme La Route du Rhum. Je suis garagiste surbooké, j’ai donc posé un mois sans solde. Mon objectif est de mettre moins de 20 jours pour traverser. »

 

Fabrice Amédéo (Class40 - SNCF-Geodis-Newrest), journaliste :

« Cette année, j’ai essayé de naviguer le plus régulièrement possible. Dès le mois de février, j’ai passé 15 jours en solitaire, puis je me suis astreint à naviguer une semaine par mois. J’ai réussi à cumuler des RTT pour être sur l’eau à mi-temps depuis septembre. Quand je suis à Paris, après le travail je me prépare physiquement. Mon objectif est d’abord de raconter de belles histoires à ceux qui restent à terre et sportivement de terminer dans les 15 premiers. »

 

Olivier Roussey (Class40 - Obportus - Conseil Général de Lorraine), expert comptable :

« C’est un challenge de tous les jours pour parvenir à prendre le départ d’une telle course, un projet de longue haleine qui exige de faire en sorte que le temps consacré à sa passion ne prenne pas le pas sur les obligations professionnelles. En 1978, j’ai assisté au départ de la première édition. J’avais 18 ans et je me suis alors dit : «un jour, je ferai le Rhum ». Nous y sommes, ou presque. Je ne réalise pas vraiment encore que dans une semaine je vais concrétiser ce rêve de gosse. »

 

Hervé de Carlan (Multi50 - Délirium), médecin généraliste :

« Je viens d’abord pour vivre une aventure initiatique seul à bord de ce bateau familial pendant un peu plus de deux semaines. Je ne viens pas pour gagner la course, mais à la barre du seul catamaran de la flotte, j’ai la garantie de pouvoir au moins faire premier de quelque chose. Après ma participation en 2010 où j’ai malheureusement été contraint à renoncer sur avarie technique, j’ai une revanche à prendre. Mon objectif est d’arriver au bout afin de remercier et saluer les 200 personnes qui depuis la mise à l’eau du bateau ont donné de leur temps et de leur énergie pour me permette d’aligner Délirium au départ de grandes courses océaniques. »

 

Erik Nigon (Multi50 - Vers un monde sans sida), directeur technique chez Axa :

« Je pars du principe qu’on n’a qu’une vie et qu’il s’agit de la vivre à fond, pour soi comme pour les autres. Depuis plusieurs années déjà, je consacre mes grandes vacances à une transat. C’est ma deuxième participation au Rhum à bord de ce bateau et j’espère faire mieux qu’il y a quatre ans. Si le sportif est incertain, j’ai la garantie de vivre une formidable aventure humaine. Plus que le classement, j’espère surtout, si la météo le permet, aller plus vite. Je dédierai ma course à Delphine, la coordinatrice d’Aides Guadeloupe et Guyane, brutalement décédée il y a quelques semaines. »

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.