Paquebot "France" : début des travaux en 2016

Dimanche 7 décembre 2014 à 7h49

Le paquebot "France"

Le projet de nouveau paquebot "France", appelé à devenir la vitrine du savoir-faire et de l'art de vivre français tout comme l'était son prédécesseur inauguré en 1962, est en cours de finalisation et sa construction pourrait démarrer dès 2016.

"On a prévu de boucler la phase de financement avant fin 2015 et on a bon espoir de tenir ce calendrier de façon à ce que la construction puisse démarrer en 2016 pour un lancement en 2018", a assuré à l'AFP Didier Spade, l'armateur fluvial à l'origine de cet ambitieux projet initié en 2009.

L'objectif de départ était un lancement en 2015, mais pour assurer sa rentabilité un pont supplémentaire a été ajouté. Le paquebot disposera ainsi de 400 cabines (300 dans le projet initial), ce qui permettra l'embarquement de 800 passagers, loin des plus de 5.000 croisiéristes pour le plus gros au monde actuellement.

Le navire, dont la maquette au 1/160e a été présentée pour la première fois lors des Assises de l'économie de la mer mardi et mercredi à Nantes, mesurera 260 mètres de long (316 pour son prédécesseur) et 32 mètres de large. Il sera construit, comme son prédécesseur, aux chantiers STX de Saint-Nazaire.

Avec des lignes épurées et futuristes, celui qui est appelé à devenir le successeur du fleuron de la Compagnie générale transatlantique, disposera de deux fausses cheminées, habitées, et peintes en rouge et noir comme le "France" des années 1960/70.

Toutes ses cabines, d'une superficie allant de 36 à 200 m2, disposeront d'un balcon. Un pont promenade ceinturera le navire, tandis que plusieurs restaurants --gérés en partenariat avec le chef Alain Ducasse--, salons et bars prendront place au sommet de la "cheminée" avant ou encore au coeur même de l'étrave.


- Ambassadeur des talents -

Le navire comptera également une école de cuisine, un centre de thalassothérapie ou encore... une tyrolienne installée entre les deux "cheminées" permettant aux passagers les plus téméraires de survoler la palmeraie de 1.500 m2 et ses vasques relaxantes.

L'objectif est que le navire "puisse jouer vraiment le rôle d'ambassadeur des talents de la France partout où il ira dans le monde", a indiqué Didier Spade, précisant qu'il avancera à la vitesse maximum de 21 noeuds et disposera d'une motorisation hybride gasoil/gaz naturel liquéfié.

"C'est un très beau projet, c'est formidable", a jugé le havrais Michel Deschamps, qui a bien connu le "France". "Il faudra cependant que les gens fassent leur deuil avant de pouvoir accueillir ce nouveau paquebot", a assuré l'ancien marin de 73 ans, la gorge nouée à l'évocation du bateau mythique. "Trop de souvenirs, trop de tristesse, le +France+ c'est notre identité", a-t-il expliqué.

Le coût du nouveau paquebot a été évalué à 450 millions d'euros. Son modèle économique repose sur une prévision de 40 croisières par an avec un taux de remplissage de 85% pour un chiffre d'affaires compris entre 140 et 150 millions d'euros.

Le navire, qui arborera le pavillon français, sera financé en partie (entre 150 et 200 millions d'euros) par du capital-investissement (apport de fonds propres à une société en échange d'une participation à son capital). Le solde sera apporté via des prêts bancaires.

Un premier investisseur français a rejoint le projet en juillet, a assuré Didier Spade, qui dans la foulée a lancé un club des investisseurs français avec un ticket d'entrée de trois millions d'euros. Objectif: arriver à une vingtaine de participants, soit au moins 60 millions d'euros.

Des fonds étrangers (États-Unis et Moyen-Orient essentiellement) semblent aussi intéressés par le projet et prêts à investir dans ce créneau des croisières de luxe.

"Le France doit appartenir aux Français", a en outre estimé le PDG de Seine Alliance, société qui exploite des bateaux de réception à Paris, indiquant que lors du lancement du navire tous les Français qui le souhaiteront pourront en devenir les actionnaires, via un financement participatif.

"Je suis très confiant sur l'avenir du France", a avancé l'homme d'affaires, rappelant que le marché de la croisière était "en train d'exploser", notamment en Asie.

sf/gvy/mml

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.