Ile de Sein : bientôt 100% verte ?

Samedi 17 janvier 2015 à 10h15

Une guerre sourde fait rage sur la petite île bretonne de Sein, particulièrement vulnérable au changement climatique, entre partisans d'une énergie 100% verte et opposants soutenus par EDF.

 

"Le changement climatique fait monter le niveau de la mer et ici on est directement menacés", explique Serge Coatmeur, gardien du phare de ce petit bout de rocher posé au large de la pointe du Raz (Finistère), et sur lequel ne résident au creux de l'hiver que quelque 120 personnes. L'homme fait partie de la quarantaine de Sénans qui veulent se passer du fioul, nécessaire au fonctionnement des groupes électrogènes de l'île. Objectif : ne plus dépendre que du vent, des courants marins et du soleil. En 2014, "nous avons eu cinq tempêtes successives et la mer a encore grignoté de la terre", explique François Spinec, l'un des derniers pêcheurs de Sein, lui aussi favorable au projet.

L'altitude moyenne de l'île culmine à 1,5 mètre. Pour faire face à la houle, près de trois kilomètres de digues y ont été construites.

"On ne peut pas rester les bras croisés, on doit faire quelque chose, même si à notre échelle ça peut paraître dérisoire", proteste M. Spinec, de son regard bleu azur. De cette prise de conscience a germé en 2008 l'idée de remplacer par une éolienne, quelques petites hydroliennes et des panneaux solaires les trois groupes électrogènes fonctionnant au fioul et dont la combustion produit du gaz carbonique (CO2), l'un des gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement climatique.

 

Chaque année, ces moteurs brûlent 420.000 litres de fioul, portant le prix du KWh produit à 45 centimes, huit fois plus que son prix de vente, fixé réglementairement à 5 centimes. La différence, 450.000 euros par an, est financée via la contribution au service public de l'électricité (CSPE), une taxe prélevée au niveau national sur les factures d'électricité (entre 10 et 13% du montant de celles-ci).

Pour l'ensemble des îles dont le réseau électrique n'est pas relié au continent comme Sein, mais également Ouessant, la Corse ou les DOM, EDF a dépensé 1,65 milliard d'euros en 2014 pour acheter du fioul (ou du charbon), soit près de 27% des recettes de la CSPE -davantage connue comme étant un soutien aux énergies renouvelables-, selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

"Le fioul va être de plus en plus cher au cours des prochaines années, c'est catastrophique", regrette François Spinec, qui, avec une quarantaine de Sénans, a créé en juillet 2013 l'entreprise Ile de Sein Energies (IDSE) avec la volonté de faire de l'île un territoire alimenté à 100% par des énergies vertes, ce qui serait une première en France. Les auteurs du projet dénoncent cependant l'opposition d'EDF, à qui la loi a confié l'exclusivité du service public de l'électricité sur les îles non raccordées au réseau électrique continental, de la production à la fourniture.

"On ne peut pas considérer qu'on s'oppose à leur projet puisqu'on n'a été saisi d'aucune demande", répond l'électricien, qui indique être en train de plancher, en lien avec la mairie, sur un projet d'installation d'une ou deux éoliennes, couvrant de 40 à 50% des besoins. Mais pas davantage, car la réglementation sur les territoires insulaires limite à 30%, selon EDF, la puissance d'énergie dite intermittente (éolien, photovoltaïque...), en raison d'un risque de coupure. D'où la nécessité, selon l'électricien, de prévoir des installations de stockage d'électricité lorsque la production dépassera ce seuil.

"C'est un système mis en place par EDF et verrouillé", regrette Serge Coatmeur, qui réclame un droit à l'expérimentation, expliquant que pour soumettre le projet à EDF il faudrait réaliser des études d'un coût de 400.000 euros. "On veut avoir l'assurance qu'ils ne s'y opposeront pas avant de réaliser de telles études", abonde Patrick Saultier, ingénieur à la tête d'IDSE et à l'origine, à Plélan-le-Grand, près de Rennes, d'un des premiers parcs éoliens citoyens en France.


100% : "ce n'est pas possible"

La ferme éolienne "n'a jamais été autorisée à produire à pleine capacité", regrette Jérôme Billerey, directeur général de Quadran, dénonçant l'usage prioritaire des groupes électrogènes d'EDF, qui de son côté met en avant la "sécurité du réseau".

"EDF craint de perdre le monopole du réseau de distribution sur les îles non connectées", juge M. Saultier, fervent défenseur des projets locaux impliquant la population.

Une île 100% verte "ce n'est pas possible", assure également l'actuel maire Dominique Salvert, lors d'un bref échange. "On tendra vers une énergie renouvelable le plus qu'on pourra, mais on ne sera jamais à 100%, ceux qui disent ça disent des mensonges", assure-t-il.

Les porteurs du projet IDSE sont persuadés du bien-fondé de leur entreprise, qui pourrait voir le jour selon eux dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique, récemment adopté en première lecture à l'Assemblée nationale et prochainement en débat au Sénat.

Un amendement rejeté par les députés mais qui pourrait refaire surface à la haute assemblée vise à donner aux îles non connectées de moins de 2.000 habitants -à savoir Sein, Molène, Ouessant et les Glénans (Finistère) mais aussi Chausey (Manche) - la possibilité d'opter pour un autre opérateur qu'EDF. Cet opérateur pourrait y mener des expériences alternatives en matière d'énergies vertes. Il accepterait en contrepartie les contraintes du service public, mais bénéficierait de la CSPE.

"Tous les territoires insulaires doivent avoir le droit de monter des projets d'autonomie énergétique", a récemment assuré la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, interrogée sur le projet IDSE. "On va regarder", a-t-elle ajouté, laissant entendre qu'elle se pencherait sur le rêve de ces insulaires de faire de leur rocher une vitrine de la transition énergétique en France, tout comme le sont devenues trois autres îles, de taille similaire, en Europe: El Hierro (Espagne), Eigg (Ecosse) et Samso (Danemark).

 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.