Dans les trous bleus des Bahamas

Par Nautisme.com
Dimanche 8 février 2015 à 7h19

C'est une expérience de plongée unique, un voyage dans le temps géologique et les entrailles de la Terre. Andros en a fait sa spécialité : c'est ici, dans cette île des Bahamas, que l'on trouve la plus grande concentration de trous bleus au monde.

C'est une expérience de plongée unique, un voyage dans le temps géologique et les entrailles de la Terre. Andros en a fait sa spécialité : c'est ici, dans cette île des Bahamas, que l'on trouve la plus grande concentration de trous bleus au monde.

La plongée s'est développée professionnellement aux Bahamas sur l'île d'Andros, en 1960. Le Small Hope Bay Lodge (toujours en activité ) ouvrait alors ses portes aux plongeurs suffisamment audacieux pour s'enfoncer dans les « trous bleus » de l'île, ces dolines d'effondrement totalement noyées sous la surface de l'océan, s'ouvrant sur un monde de grottes, de tunnels, de labyrinthes… Plus qu'une plongée d'exploration, une aventure sous-marine au cœur de la Terre.

C'est un peu toujours le cas, même si les trous bleus d'Andros ont gagné en notoriété. L'île en compte près de 250, des trous bleus océaniques (« ocean blue holes ») et une cinquantaine de trous bleus terrestres (« inland blue holes »), peut-être les plus impressionnants. Sur cette île de forêt tropicale, de marais et de mangroves, qui affiche une densité de population de deux habitants au kilomètre carré, où l'on ne croise pas grand monde quittées les trois villes principales de Nicholls Town, Congo Town et Andros Town, on évolue « vers son trou » bloc sur le dos en pleine forêt dense ; une marche d'approche de quelques minutes ou plus qui vous fait déboucher sur une clairière, avec, en son centre, un trou d'eau circulaire, généralement sombre et peu engageant. Il faut aussi parfois oser le saut droit de deux à trois mètres pour s'immerger. Tout est ici atypique ; l'environnement, l'ambiance, l'architecture sous-marine, l'élément liquide même : plonger dans un trou bleu terrestre, c'est traverser plusieurs couches d'eau successives, eau douce, salée, chargée de sulfure d'hydrogène (issu de la décomposition de matières végétales), passer de l'eau cristalline au bleu puis au vert, trouble, opaque, et au noir absolu, avec des différences significatives de température.

 

À l’origine, des phénomènes karstiques

Les îles des Bahamas reposent sur un vaste plateau calcaire, épais de plusieurs kilomètres et vieux de millions d'années ; elles en sont la partie émergée. Les trous bleus se sont formés durant la période de dernière glaciation (de - 110 000 à - 11 000 ans environ) ; le niveau de l'océan était alors 130 m plus bas qu'à l'heure actuelle. Ils sont nés de l'érosion et de la dissolution des calcaires de surface, alors exposés à l'atmosphère, via la circulation des eaux de pluie dans les diverses fractures et cassures du plateau, créant de vastes cavités souterraines. Avec le temps, les plafonds de ces cavités se sont effondrés ; ces gouffres ont été par la suite noyés lors de la déglaciation (de - 21 000 à - 11 000 ans environ), avec l'élévation du niveau des mers tel qu'on le connaît aujourd'hui.
Le calcaire s'est parfois reprécipité sous forme de stalactites et stalagmites dans ces excavations, comme dans le Guardian Blue Hole, sans doute l'un des plus spectaculaires trous bleus terrestres d'Andros, avec son tunnel d'une centaine de mètres de longueur à explorer, paré de magnifiques stalactites. À peine un kilomètre plus au sud se trouve l'entrée de Little Frenchman : un trou bleu plus technique (pour plongeurs confirmés), dont on suppose qu'il fait partie du même système de ligne de faille que le Guardian, bien qu'aucune liaison n'ait été établie par des plongeurs entre les deux trous bleus. Stargate Blue Hole est également un incontournable, offrant de spectaculaires formations calcaires, concrétions, et jeux de lumière.

 

Dans le bleu de l'océan

Côté océan, la vision d'un trou bleu est surprenante, et tout aussi impressionnante. En surface le contraste des bleus est saisissant, entre le bleu marine des profondeurs et le bleu turquoise des récifs cerclant le trou. Sous l'eau, le système est le même : un puits d'une trentaine de mètres de diamètre, aux parois verticales, qui s'enfonce plus ou moins profondément dans l'océan (souvent à plus de cent mètres) et s'ouvre sur de vastes salles et cavernes ou conduit à un réseau dense de tunnels sous-marins. Certains sont parfois connectés entre eux et forment de véritables labyrinthes. L'Ocean Blue Hole, par exemple, s'ouvre à une douzaine de mètres sous la surface et descend jusqu'à quarante mètres, permettant de multiples explorations selon son niveau de plongée, parmi d'énormes blocs calcaires truffés de crevasses et de failles profondes, ou dans des tunnels pour les plongeurs les plus confirmés. Le Great Blue Hole, plus profond, accessible à partir d'une trentaine de mètres, est relié à un trou bleu terrestre et se visite en fonction des marées (notamment au moment du reflux, qui induit un apport d'eau sulfurée à l'eau de mer ; un difficile mélange, observable par la formation de deux couches d'eau bien distinctes).

 

Le plus profond se nomme Dean

Si l'île d'Andros affiche la plus forte concentration de trous bleus au monde, c'est à Long Island, située à quelque 300 km au sud-est, à cheval sur le tropique du Cancer, que l'on trouve le trou bleu océanique le plus profond, le Dean's Blue Hole : 202 m ! Il présente une ouverture relativement circulaire et un diamètre moyen de 76 m (diamètre d'une trentaine de mètres au départ, puis après 20 m d'une centaine). Le Trou bleu de Dean est un spot mondialement connu des plongeurs, comme des apnéistes (il a notamment servi de décor à de nombreux exploits sportifs en apnée : des tentatives de record du monde en poids constant, ou la réalisation du film « Free Fall »*).
D'autres îles des Bahamas offrent de superbes possibilités de plongée dans les trous bleus. Les plongeurs confirmés apprécieront Abaco, pour sa série de trous bleus terrestres, notamment Treasure Cay Blue Hole et Dan’s Cave. Les Exumas sont également bien pourvues. Elles répondront aux néophytes et à tous les curieux qui rêvent de vivre une telle expérience avec l'Angel Fish Blue Hole, un trou bleu océanique situé au large de George Town. L'entrée est à 9 m de profondeur et la plupart des passages à explorer à moins de 30 m. Certaines de ses grottes sont décorées de délicates stalactites et stalagmites. Ici, on ne perd jamais de vue la lumière du jour. Un site idéal pour une première approche de ce type de configuration.


Infos pratiques

L'archipel des Bahamas est l'un des seize royaumes du Commonwealth, fidèle à sa Reine Elisabeth II depuis son indépendance en 1973. Il accueille 5 millions de visiteurs par an, essentiellement des Américains, mais aussi depuis quelques années de plus en plus de voyageurs en provenance d'Europe, en particulier de France.

 

Accès
5 vols / semaine Paris (Bruxelles, Genève) - Nassau, via Londres (British Airways), sinon vols quotidiens via les Etats-Unis (Air France/Delta, American Airlines). Andros est à 50 km à l'ouest de Nassau (vol intérieur). Possibilités de séjours combinés Floride-Bahamas auprès de l'Office du tourisme.
Formalités
Passeport valable 6 mois après la date de retour, accompagné du billet de retour ou de continuation. En cas de transit via les Etats-Unis, se conformer aux formalités en vigueur dans le pays. Pas de vaccination exigée.
Climat
Tropical tempéré doux, les températures varient de 25°C à 32°C toute l’année. Une courte averse quotidienne rafraîchit agréablement les fins de journée ou les nuits. La température de l’eau varie de 24°C l’hiver à 29°C l’été.
Décalage horaire
Moins 6 heures toute l’année.
Monnaie
Dollar bahaméen (à parité avec le dollar US, les deux s'utilisent indifféremment).
Liaisons inter-îles
Elles sont nombreuses, par avion, ferry ou bateau courrier.
Electricité
110V, prises américaines (prévoir un adaptateur).
Plus d'informations sur : www.bahamas.fr

* Free Fall sur www.guillaumenery.fr/production.php
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.