Un monocoque pour lutter contre les marées noires

Lundi 4 mai 2015 à 11h05

Un "aspirateur" flottant pour nettoyer les mers des hydrocarbures: la société bretonne Ecocéane, basée à Paimpol (Côtes d'Armor), a mis au point le Spillglop-250, un bateau capable d'aspirer une nappe de pétrole flottant à la surface de l'océan et ce en haute mer et par gros temps.

"Le Spillglop est un faux monocoque de 25 m de long et de 7 m de large, explique Robert Gastaldi, fondateur, bailleur de fonds et président du conseil de surveillance de la SAS Ecocéane. Il s'agit d'un catamaran dont les deux coques sont reliées au-dessus et en dessous. La proue s'ouvre pour laisser entrer l'eau à l'intérieur et, pour en capter davantage, deux mâchoires auto-flottantes s'abaissent à l'avant". Ainsi le Spillglop ratisse plus large et améliore ses capacités de nettoyage: jusqu'à 50.000 m2 par heure, la récupération jusqu'à 100% des hydrocarbures flottants et ce même par vent de force 6 à 7.

"Le Spillglop-250 est l'unique bateau au monde à pouvoir travailler par ces conditions météorologiques, appuie Eric Vial, directeur d'Ecocéane. Les autres ne peuvent évoluer que par temps calme. C'est d'ailleurs la raison d'être de cette PME, savoir ramasser le pétrole en mer, alors que des catastrophes comme l'échouage de l'Amoco Cadiz ont démontré notre incapacité".

A l'intérieur du bateau, l'eau passe dans une sorte de canal entre les coques. Le pétrole étant plus léger que l'eau, celui-ci se retrouve en surface où il est aspiré par une pompe et stocké à bord, dans une limite de 120 m3, ou directement envoyé via une conduite dans un cargo à proximité pour travailler en continu. Même lorsque les hydrocarbures et l'eau se sont mélangés en une émulsion, le "Spillglop" peut encore oeuvrer: "Lorsque cette émulsion se développe, le bateau s'arrête pendant environ une heure, le temps de chauffer l'eau à bord à 35°C pour séparer les éléments et pouvoir aspirer le pétrole", détaille Eric Vial.


- Toute une gamme de bateaux -

Ecocéane a ainsi créé toute une gamme de "bateaux-aspirateurs": le Cataglop, destiné au nettoyage portuaire des déchets solides et liquides, le Workglop, bateau de travail et de récupération des mêmes matériaux aux abords des plateformes pétrolières et dans les grands ports commerciaux, et, enfin, le Spillglop, pour les mêmes tâches mais en haute mer. Chacun de ses navires existe en plusieurs gabarits. Ecocéane a déjà vendu plus d'une centaine de Cataglop et deux Workglop.

Le tout premier Spillglop-250 l'a été à Taïwan. Il a été lancé le 30 avril à La Rochelle, en présence de plusieurs délégations internationales: Taïwan, Nigéria, Egypte, Angola, Qatar et Russie. Mais sans représentant français ou européen.

"Nous sommes confrontés à un paradoxe administratif français, se désole Robert Gastaldi. Depuis 2009 et le tout premier prototype de Spillglop, nous sommes invités à des voyages avec le président de la République. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, nous a présentés au président de l'Angola. Le ministère de l'Ecologie nous parraine mais nous ne sommes pas reconnus en France par les organismes chargés de la lutte contre les pollutions, le Cedre (Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux) et le Ceppol (Centre d'expertises pratiques de lutte anti-pollution)."

Pourtant le Cedre a validé le Cataglop. Mais il n'en a pas fait autant pour le Spillglop et n'a dont rien transmis à l'Union européenne, en l'occurrence à l'European Maritime Safety Agency (EMSA), parce que son bassin d'essai serait trop petit pour l'accueillir, alors qu'il est basé sur la même technologie. Le Cedre aurait toutefois conseillé à la société bretonne d'aller se présenter à l'Homsett, son homologue américain. Ce dernier a reconnu le concept comme unique au monde, ce qui a permis à Ecocéane de survivre.

Aujourd'hui Ecocéane emploie 25 personnes et a développé un chiffre d'affaires de cinq millions d'euros. "En 2016 nous tablons sur 25 à 30 millions et en 2019 sur 150 millions d'euros de chiffre d'affaires. D'ici là, nous aurons créé environ 1.200 emplois dont 800 en France", souligne Robert Gastaldi.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.