La brise, une mécanique subtile

Jeudi 2 juillet 2015 à 6h14

Voilà de retour nos douces navigations estivales, d’autant plus délicieuses qu’elles se trouvent rythmées par les brises.

La mécanique est subtile, qui met en place ces vents légers et pleins de saveurs, mais elle nous rassure par son caractère prévisible et fiable.

Voilà de retour nos douces navigations estivales, d’autant plus délicieuses qu’elles se trouvent rythmées par les brises.

La mécanique est subtile, qui met en place ces vents légers et pleins de saveurs, mais elle nous rassure par son caractère prévisible et fiable.

« La brise mollit un peu et hâla le sud-est. » C’est Jules Verne qui nous le dit dans Le Tour du Monde en 80 jours et c’est ce que nous répétons à nos équipiers à l’approche du port en fin de journée. A haute voix pour la sonorité de la belle sentence ou dans notre tête pour le plaisir de voir s’accomplir l’inéluctable. Il suffit d’adapter la direction en fonction de l’orientation de la côte et la brise glisse comme attendue.


Comme de tout vent, pour jouir pleinement de la brise, il faut en comprendre son essence, sa nature, son caractère.


On s’en doute, l’apparition de la brise est d’abord liée à la différence de température entre la terre et la mer. De jour, l’air qui surplombe un sol qui chauffe rapidement au soleil va s’élever. L’absence créée en surface va être comblée par un appel d’air venant de la mer.
Mais l’humidité joue un rôle primordial aussi. Parce que en s’élevant une particule d’air humide se refroidit, se refroidissant elle se condense (formation nuageuse), se condensant elle dégage de la chaleur (au contraire de l’évaporation qui absorbe de la chaleur), se réchauffant elle s’élève, s’élevant elle se refroidit…. c’est ça l’instabilité ! Une bande nuageuse s’installe alors le long de la côte. Vu du large c’est magnifique, vu d’un satellite, encore plus. Petit cumulus peut devenir grand. Par beau temps cette bande de nuages qui marque son territoire est un vrai révélateur de brise. Attention tout de même à la déception, un beau temps anticyclonique trop sec empêchera le déclenchement de la brise. Le charme de l’anticyclone a vraiment ses limites.


Le plus favorable à l’installation de la brise est d’ailleurs un vent de fond (on dit synoptique pour avoir l’air savant) qui, venant de la terre améliore en altitude le tirage de la cheminée « cumulus » et permet de rendre au large ce qui lui a été arraché en surface par la brise de mer. Bref, une sorte de cellule où le vent d’altitude est contraire à la brise de surface, et qui boucle la boucle avec de l’air devenu plus frais redescendant vers la surface de la mer à 10 ou 15km au large.


Alors, avec ces quelques règles dans la tête, avec l’observation de l’épanouissement des nuages à la côte et du vent de fond, nous voilà armés pour profiter des belles journées d’été.


Dans le vocabulaire marin, la brise peut être légère, petite, jolie, bonne, parfois forte. On la trouve aimable parce qu’elle apporte un peu de fraîcheur du large lors de journées trop chaudes. Surtout, lorsqu’on a pris le temps de bien la connaître, on peut l’attendre, elle est toujours au rendez-vous. Elle sait aussi se faire discrète au moment des couchers et levers de soleil pour laisser place à la contemplation.


Dans la nuit elle revient, plus légère encore, apportant vers le large le parfum de la terre.


"Aux bords des mers, à l’heure où la brise se tait..." Avec la brise, même Victor Hugo en oublie de trouver sombre la mer.
 

Merci la Brise.
 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.