Eric Terrien – « Une planche, une pagaie et c’est parti ! »

Mardi 21 juillet 2015 à 7h47

Eric Terrien, professionnel de Stand Up Paddle, nous dévoile les coulisses de sa discipline, encore peu connue du grand public. Entretien avec l’un des membres de l’équipe de France.

Eric Terrien, professionnel de Stand Up Paddle, nous dévoile les coulisses de sa discipline, encore peu connue du grand public. Entretien avec l’un des membres de l’équipe de France.

Nautisme.com - Comment êtes-vous arrivé au stand up paddle (SUP) ?


Eric Terrien - Je pratiquais de nombreux sports nautiques dont le windsurf et le surf. J’ai découvert le SUP en feuilletant un magazine qui traitait de cette nouvelle discipline à Hawaii. En 2007, je suis parti en Australie et j’ai sauté sur l’occasion pour essayer. J’ai tout de suite accroché.

 

Quel élément appréciez-vous le plus dans ce sport ?


La simplicité. Nous partons, la planche sous le bras, et nous pouvons faire 15 min, 30 min ou 1 h d’exercice et tout en prenant du plaisir. Nous ne sommes pas obligés d’attendre des conditions météo particulières.

 

Quelle image se fait-on du SUP en France ?


C’est une discipline très dynamique. Depuis sa création, elle ne cesse de progresser. Le SUP se développe et se structure aux cotés de la Fédération française de surf. Une première génération a débuté en même temps que moi en 2007-2008. Aujourd’hui, une vague de jeunes est en train d’émerger. Ils apportent de nouvelles pratiques et un aspect plus sportif et extrême à notre discipline. De plus en plus d’amateurs se mettent au SUP et recherchent une pratique de loisir et de bien-être. La France est l’un des pays comptant le plus de pratiquants au monde. Aujourd’hui, un jour de beau temps, il n’est pas rare de voir des groupes faire du Stand Up Paddle. Cela s’est démocratisé que ce soit en bord de mer ou sur des lacs. Il y a quelques années, c’était complètement marginal.

 

Quel regard les gens portaient-ils sur vous lorsque vous avez débuté ?


Ils étaient curieux et me posaient beaucoup de questions. Lorsqu’on croisait quelqu’un sur une planche on le rejoignait pour échanger. C’était très convivial. Il y a une véritable philosophie autour du paddle, et cela participe à son essor.

 

Quelles sont les qualités d’un bon stand up paddleur ?


Pour le pratiquant « loisir », aucune qualité n’est requise, si ce n’est de savoir marcher et nager (Rires). Avec quelques bons conseils sur la technique de rame et un matériel adapté, n’importe qui peut débuter et prendre du plaisir en SUP. Lorsqu’on s’oriente vers la compétition, il faut être endurant, puissant et posséder d’excellentes connaissances de navigation.

 

Le SUP se professionnalise, comment le vivez-vous en tant que sportif ?


Aujourd’hui, le SUP est une discipline sportive à part entière. On commence à voir de plus en plus d'athlètes sponsorisés et certains deviennent professionnels.

 

Comment se déroulent les compétitions ?


Il y a deux grandes types de compétitions : le SUP surf, jugé d’après l’évolution du sportif sur la vague et le SUP race, qui suit un principe simple, le premier à franchir la ligne d’arrivée a gagné.

 

 

Vous êtes spécialiste de SUP Race, quelles sont les spécificités ?


Nous avons deux types de courses. Lors des formats longue distance, nous évoluons en peloton, comme dans une course cycliste, et parcourons entre 15 et 50 km. Une stratégie liée à la course se met en place : rester positionné, faire attention aux attaques et aux relances. Le deuxième format de course se déroule en bord de plage, dans les vagues. Nous partons par petits groupes, nous devons passer les vagues à l’aller, sans chuter, tourner aux bouées et revenir en surfant. Avoir de solides connaissances en navigation est fondamental, pour lire le plan d’eau et anticiper les vagues. J’affectionne particulièrement ces courses. Elles sont spectaculaires, dynamiques, intenses et très stratégiques.

 

De quel résultat êtes-vous le plus fier ?


Trois courses m’ont particulièrement marqué. Ma troisième place lors des championnats du monde au Pérou en 2012 et au Nicaragua en 2014 en longue distance (18 km). Je suis également fier d’une cinquième place obtenue en 2012 et 2013 à la Molokai 2 Oahu. C’est une course océanique légendaire de 50 km reliant deux iles hawaiienne. J’ai aussi décroché une 8ème place en 2011 et 2014 sur une course mythique, The Battle of the Paddle, en Californie, qui malheureusement ’existe plus. Elle se déroulait dans de puissantes vagues et de nombreux spectateurs étaient présents sur les rivages. Ce sont des moments inoubliables dans la vie d’un sportif.

 

Dans quel état est-on après 50 km d’effort ?


Nous terminons épuisés ! Mon record sur 50 km est de 4 heures 30 minutes soit une moyenne de 12 km/h.

 

Comment se déroulent vos sessions d’entrainements ?


En hiver, j’effectue deux entrainements par jour. J’alterne entre la préparation physique et technique. En fonction des conditions météo, je travaille en mer ou en salle. En été, je participe à des courses chaque week-end. Les semaines entre deux compétitions, je me concentre sur la récupération et la reconnaissance du parcours. Je me déplace énormément pendant la saison. Dans les semaines à venir, je vais à Barcelone, en Finlande, en Italie, au Japon et à Hawaii.

 

Quels sont les meilleurs spots de stand up paddle en France ?


Tout dépend de la spécialité et des envies de chacun. Pour travailler la technique, je me dirige vers des spots abrités pour naviguer sur une mer plate. Par contre, quand j’ai envie que ce soit mouvementé, je vais en pleine mer sur un spot océanique. La côte de Jade, près de Nantes en Loire Atlantique est une zone que j’affectionne particulièrement. Mais, si je dois garder un seul endroit, ce serait Fuerteventura, aux Canaries. Mais, du moment que ma planche flotte, cela me convient.



Quel est l’endroit le plus insolite où vous avez pratiqué le SUP ?


J’ai participé à la traversée de Paris. C’était à la fois insolite et amusant de naviguer sur la Seine.

 

Quels sont vos prochains objectifs ?

Pour l’instant, j’ai la chance d’évoluer au plus haut niveau donc je mise tout sur la compétition. Par la suite, j’ai envie de m’orienter vers de nouveaux défis, notamment des traversées.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.