Guillaume Néry – «En bas, aucune envie de respirer»

Vendredi 17 juillet 2015 à 13h15

Semaine de la plongée – Avec un record à -125m, Guillaume Néry est le spécialiste français de l’apnée. Il nous présente sa discipline à la fois intrigante et passionnante.

Semaine de la plongée – Avec un record à -125m, Guillaume Néry est le spécialiste français de l’apnée. Il nous présente sa discipline à la fois intrigante et passionnante.

Nautisme.com - Quelle est la philosophie liée à l’apnée?

Guillaume Néry - L’apnée apporte une forme de sérénité. Nous essayons de nous tenir éloignés de toutes sources de stress. Nous avons également une forme de respect et d’humilité face aux éléments qui nous dépassent. Nous ne cherchons pas à prendre le contrôle sur la nature.

 

  

Que ressent-on lorsque l’on plonge à près de 100m de profondeur ?

La pression de l’eau s’exerce sur l’ensemble de notre corps. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de beaucoup de temps pour nous adapter. Nous devons être patients pour progresser.



Ressentez-vous l’envie ou le besoin de respirer au cours de vos plongées ?

Au fond de l’eau, je n’ai jamais cette envie. C’est pour cela que je continue à descendre. Ce sport exerce une grande attraction sur ses pratiquants. Après les 30 premiers mètres de la descente, je me laisse tomber comme une pierre. Nous sommes dans une zone de confort où nous consommons peu d’oxygène. Par contre, lors de la remontée l’envie de respirer se fait sentir. Nous fournissons un gros effort et nous avons envie d’atteindre la surface. Je ne pense pas que cela soit diffèrent d’une course ou d’un marathon. A la fin d’un effort physique, il y a toujours une certaine souffrance. Cela ne nous pousse pas pour autant à une pulsion de mort.

 

Etes-vous lucide tout au long de la plongée ?

Oui, même s’il existe une phase entre notre marque et la remontée à la surface appelée l’ivresse des profondeurs, la narcose, qui nous amène dans des univers un peu particulier.

 

Avez-vous un rituel avant de plongée ?

J’insiste sur une seule chose : la respiration. Je calme mon rythme cardiaque pour être dans une économie totale d’énergie. Je rentre dans une forme d’hibernation pour être dans les meilleures dispositions pour faire l’apnée la plus longue et donc la plus profonde.

 

Quelle qualité possédez-vous pour plonger à de telles profondeurs ?

Je possède certaines prédispositions naturelles. J’ai un métabolisme très bas. Naturellement, j’ai des fibres musculaires qui consomment peu d’énergie. J’ai des facilités pour équilibrer la pression. J’ai également eu la chance d’être au bon endroit au bon moment. A Nice, j’ai été entouré par les meilleurs. Ils m’ont permis de progresser beaucoup plus vite que la normal.

 

A quoi pensez-vous pendant vos plongées ?

J’utilise une méthode de méditation. Je me focalise sur l’évolution de mon corps, c’est à dire la manière dont il se transforme avec la pression. Toute mon attention est portée là-dessus. Tout le reste est inexistant. Je vis l’instant présent sans penser aux soucis qui m’attendent à la sortie, tout est au ralentit. Je suis dans la seconde qui est en train de passer. Cette pratique est thérapeutique. C’est une pause dans la frénésie de la vie de tous les jours où le mental est en suractivité.

 

Comment se déroulent les compétitions ?

Nous avons une seule tentative. En apnée, nous n’établissons pas une marque au hasard, lors de la descente. Nous devons annoncer notre performance avant de plonger. Nous ne prenons pas de décisions pendant la plongée. L’annonce de notre profondeur est faite de manière individuelle et sans connaissance du choix des adversaires.

Que se passe-t-il lorsque la marque n’est pas atteinte ?

Plusieurs scenarios sont possibles. Il arrive que pendant la plongée nous n’atteignons pas les marques à cause de soucis techniques ou parce qu’on le sent pas tout simplement. L’autre scénario possible est d’aller en bas mais d’avoir annoncé une marque trop ambitieuse et de faire une syncope, une perte de connaissance, en remontant à la surface. Cela invalide totalement la performance. D’où l’importance de faire une annonce intelligente.

 

Cela arrive-t-il souvent ?

Cela est assez rare. On met en place énormément de chose pour éviter d’y être confronté. Une perte de connaissance a un impact sur notre physique. Une syncope : prise en charge rapidement n’est pas grave en soi, mais cela reste dangereux même si on est très bien encadré. Ce n’est jamais complètement anodin. Cela a un impact physiologique et psychologique. Lors d’une apnée on recherche la maîtrise et le contrôle de soi faire une syncope est synonyme de perte de contrôle. On peut perdre confiance et être totalement déstabilisé pour le reste de la saison.

 

En termes de compétition de quel résultat êtes-vous le plus fier ?

J’ai battu 4 fois le record du monde ce sont des accomplissements dont je suis fier mais la plus belle satisfaction reste le championnat du monde que j’ai remporté en 2011. J’avais vraiment l’impression d’être allé au bout de quelque chose.

 

Aviez-vous fait l’annonce la plus importante ?

Non, j’avais annoncé 117 m. Deux compétiteurs avaient annoncé 118 m. L’un n’est pas allé jusqu'à la marque et l’autre a fait une syncope en surface. Tenter le tout pour le tout est une stratégie qui marche rarement dans notre milieu.

 

Le Grand Bleu a-t-il véhiculé une fausse image de l’apnée ?

Le Grand Bleu n’est pas un reflet exact de l’apnée d’aujourd’hui. Cependant, ce film a été le déclencheur et nous devons tous remercier Luc Besson. L’apnée a été portée aux yeux du grand public grâce à ce film et non grâce aux performances des sportifs. Inclinons nous et remercions Luc Besson (Rires).

 

L’apnée No Limit ne correspond plus à l’apnée d’aujourd’hui, d'après vous.

Le grand Bleu a montré une certaine facette de l’apnée, qui était une réalité dans les années 80. A l’époque, ce n’était pas un sport mais une aventure. Nous étions dans de l’expérimentation. Aujourd’hui le No Limit a montré ses dangers. Cette discipline est amenée à disparaître. C’est une vitrine montrant ce qu’a été l’apnée.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.