Phare hanté de Tévennec : la météo retarde l’expérience

Vendredi 6 novembre 2015 à 12h38

Le phare réputé hanté de Tévennec devait être habité depuis mi-octobre. Cependant, les mauvaises conditions météo en mer n’ont pour l’instant pas permis à Marc Pointud de débarquer sur l’île.

 

Le phare réputé hanté de Tévennec devait être habité depuis mi-octobre. Cependant, les mauvaises conditions météo en mer n’ont pour l’instant pas permis à Marc Pointud de débarquer sur l’île.

 

L’opération «Lumière sur Tévennec» n’a pas été abandonnée, mais a pris un mois de retard. «La météo instable de l'été n'a pas permis de faire les sorties de préparation des lieux comme prévu. Ce n'est qu'à partir de septembre que nous avons pu aller plusieurs fois sur le phare» explique l’association «Société Nationale pour le patrimoine des Phares et Balises». L’état de la mer est très important : «pas plus d’un mètre de houle sinon le débarquement impossible, les coefficients de marée ne doivent pas être supérieurs à 80/85 et le tout doit avoir lieu soit un samedi ou un dimanche car les bénévoles ne sont pas bien sûr libres en semaine. Or il n'y a que quatre week-ends par mois dont au moins un en grande marée». L’organisation doit aussi faire face aux difficultés de communication sur cette île reculée et exposée aux pires conditions météo : «nous devons y installer un moyen de communication performant avec notre partenaire Orange, ce qui sera fait d'ici quelques temps, le but principal de l'opération étant de communiquer». Le départ a donc été reporté à la deuxième quinzaine de novembre.


Selon Régis Crépet, météorologue spécialistes des prévisions saisonnières pour METEO CONSULT/La Chaîne Météo, «un mètre de houle c’est vraiment le minimum dans cette zone. Il y a quand même une chance de calme en milieu de semaine prochaine, vers le 13 novembre. Ensuite, peut-être à nouveau une période anticyclonique vers le 23/24 novembre. Ensuite, et entre temps, ce sera un défilé de perturbations avec du vent et une houle de 2 à 3 mètres régulièrement».

 

Morts inexplicables, coups de folie, étranges accidents et événements paranormaux ont rendu célèbre ce phare dans le monde entier. Laissé à l’abandon depuis 1910 après une série de malheurs difficilement explicables, le phare va à nouveau être habité cet automne. Le président de la «Société nationale pour le patrimoine des phares et balises», Marc Pointud, y séjournera pendant deux mois. Le but ? Faire parler de ce lieu historique et récupérer des fonds pour le restaurer. Une campagne de financement participatif a donc été lancée sur Mymajorcompany.

 

L'aventure : humidité, vent et solitude

 

Le budget de l'aventure de Marc Pointud, le futur résident, pour ses deux mois sur place, est estimé à 6200 euros (transports, équipement du lieu de séjour, matériel de sécurité et de communication...). Les responsables du projet précisent que la vie dans le phare, à cette époque de l'année, humide et ventée, sera particulièrement rude : «La maison, d'une trentaine de mètres carrés au sol, est construite solidement sur la roche. Son intérieur est délabré. Les anciennes boiseries ont disparu et l'humidité y règne. L'étage, auquel on accède par la tour du feu, présente cinq pièces dont une réservée au service du phare. Une seule pièce, au rez-de-chaussée sera utilisée pour vivre pendant le séjour et une autre servira au stockage des vivres et du matériel qui devront tous être apportés. L'accès à Tévennec par voie de mer est particulièrement difficile et aléatoire car soumis aux conditions de navigation. La houle entoure l'îlot presque tout le temps. Son ressac rend tout débarquement impossible à moins qu'elle ne soit très faible.»
L'homme entend bien écrire un livre à l’issue de ses 60 jours à l’intérieur du phare, s’il en ressort indemne. Un DVD d'un format de 50 mn environ sera également réalisé à partir des images tournées lors de l'opération.



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.