Le passage du Nord-Ouest, ultime route polaire ouverte à la navigation

Dimanche 13 décembre 2015 à 7h31

Les aurores boréales dansent depuis longtemps dans la nuit arctique quand, cet automne, un pétrolier croise sans égard le brise-glace Amundsen avant de s'engouffrer dans le dédale de détroits et hauts-fonds du passage du Nord-Ouest.

Les aurores boréales dansent depuis longtemps dans la nuit arctique quand, cet automne, un pétrolier croise sans égard le brise-glace Amundsen avant de s'engouffrer dans le dédale de détroits et hauts-fonds du passage du Nord-Ouest.

Encore impossible à imaginer il y a quelques années, le recul prononcé de la banquise permet désormais aux navires marchands de s'aventurer aux beaux jours dans ce raccourci entre l'Asie et l'Europe, autrefois infranchissable.

Alors que le navire rouge des garde-côtes canadiens Amundsen s'enfonce dans le Golfe de la Reine-Maud, son commandant Alain Lacerte est aux aguets. Les cartes de la zone datent des années 1950 et sont encore en brasses - une ancienne mesure -, avec une marge d'erreur d'une centaine de mètres sur les relevés GPS. "Quand c'est blanc, ça veut dire qu'il n'y a pas eu de relevés", explique le marin, penché sur une carte où cette couleur prédomine. "Beaucoup de régions n'ont pas encore été sondées, c'est aléatoire." A mesure que le bateau progresse, les officiers scrutent les relevés croisés du radar et du sonar : "On ne veut pas de hauts-fonds à notre nom", plaisante le commandant Lacerte, portant lunettes et barbichette de vieux loup de mer.

Quasiment aussi vaste que l'Union européenne, l'Arctique canadien demeure peu cartographié. S'éloigner des chenaux principaux peut être fatal. Même sans glace l'été, ce passage reste périlleux à traverser. Il est néanmoins tentant d'économiser un mois de mer et des dizaines de milliers de dollars de gazole en gagnant 7.000 km entre Londres et Tokyo...

Situation hallucinante

Tant recherchée depuis la découverte de l'Amérique, cette ultime route a été traversée pour la première fois en 1906 par le voilier norvégien Gjøa. La navigation y a été quasi nulle au XXe siècle, avec en moyenne un navire par an. Mais ces cinq dernières années, plus de 100 navires l'ont empruntée.

Depuis 2010, le Canada impose aux gros tonnages de déposer leur plan de navigation avant de s'y risquer, même si Américains et Européens considèrent ces eaux comme un détroit international. Rares sont les bateaux qui font la traversée complète. La plupart du trafic est constitué de pétroliers et de cargos ravitaillant çà et là les villages inuits et les exploitations minières.

Depuis la timonerie de l'Amundsen, le météorologue Roger Provost observe cette situation "hallucinante" : autour du navire, nulle trace de glace naissante, encore moins d'icebergs. "Ceux qui doutent du réchauffement climatique font l'autruche, ce sont des aveugles !" s'énerve l'officier chargé de l'observation des glaces.

Après 37 ans passés à explorer l'archipel arctique canadien, "je ne pensais pas voir ça", avoue-t-il, éberlué par les relevés satellites. Cartes après cartes, le golfe de la Reine-Maud et le canal de M'Clintock, vers lesquels se dirige l'Amundsen, apparaissent totalement ouverts.

Il y a 112 ans, le Gjøa de l'explorateur Roald Amundsen, qui a donné son nom au brise-glace canadien, avait été bloqué ici-même pendant deux années par la banquise. Et en 1979, raconte M. Provost, un brise-glace des garde-côtes avait dû couper court à son voyage inaugural, incapable d'aller plus loin.

La couverture de glace se réduit comme peau de chagrin depuis la dernière décennie et 2015 devrait être l'année la plus chaude depuis les premiers relevés météo en 1880, selon l'agence océanographique américaine (NOAA). Le précédent record de 2014, avait vu une hausse de 1°C sur la terre ferme, mais dans l'Arctique, c'est +3°C, au minimum.

Moins prévisible et plus instable

Habituée de l'Amundsen depuis 2008, la glaciologue Lauren Candlish juge qu'"on est entré dans la phase de transition : on passe des étés avec de la vieille glace à un Arctique libre de glace à cette saison".

Dans le salon de l'équipage où elle poursuit ses recherches, cette scientifique de l'université du Manitoba explique que "l'Arctique est différent désormais, moins prévisible, plus instable". Un tel réchauffement à ces latitudes ne s'était pas observé depuis la période précédant le dernier âge de glace (-110.000 à -10.000 av. J.-C.).

Cette nouvelle ère verra-t-elle, comme l'estiment des experts, le quart du trafic maritime entre l'Europe et l'Asie transiter par le passage du Nord-Ouest en été ? Beaucoup en doutent à bord de l'Amundsen. Avec la disparition de la banquise, la météo est toujours plus imprévisible, les tempêtes plus puissantes. "Avant, quand il y avait de la glace, la nature n'était pas menacée", remarque Roger Provost. Avec ses colonies de baleines, de phoques, d'ours polaires et d'oiseaux en tout genre, l'Arctique constitue encore une réserve de biodiversité unique. "Quand on voit la marée noire qui a frappé le golfe du Mexique en 2010, il ne faudrait pas que ça arrive dans l'Arctique", s'inquiète le vieux marin. "Les conséquences seraient beaucoup plus graves."

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.