Alain Thébault, de l'hydroptère aux Sea bubbles

Jeudi 24 décembre 2015 à 9h13

En 20 ans, le pilote de 53 ans, aussi opiniâtre que fantasque, amateur de risque et de vitesse sur les vagues comme dans les bureaux d'études, a su obtenir - épuiser parfois - l'enthousiasme et la générosité de grands industriels français autour de son projet novateur hydroptère.

En 20 ans, le pilote de 53 ans, aussi opiniâtre que fantasque, amateur de risque et de vitesse sur les vagues comme dans les bureaux d'études, a su obtenir - épuiser parfois - l'enthousiasme et la générosité de grands industriels français autour de son projet novateur hydroptère.

Alain Thébault est allé au bout du rêve de son mentor Eric Tabarly : faire voler un bateau. Aujourd'hui, l'Icare des océans s'attelle à un autre "rêve d'enfant" : un projet de "bulles volantes électriques" auquel il croit autant qu'à l'hydroptère.

Ce bateau "vole" jusqu'à quatre mètres au dessus des flots, ne reposant plus que sur deux ailes porteuses (foils), et un gouvernail de profondeur. "L'aile devient couteau et le bateau devient oiseau" résume Alain Thébault. Son nouveau projet pionnier, qu'il veut citoyen et écolo, réutilise le même principe : quatre ailes implantées sur une coque arrondie qui pourra accueillir quatre passagers. "Ces bulles sont à zéro émission, elles volent au dessus des fleuves ou des lacs : idéal pour désengorger le trafic routier, sur la baie de San Francisco, sur la Tamise, ou sur la Seine, qui sont sous-utilisées" dit-il. "A Paris, on pourrait sans doute utiliser les pontons des batobus!", dit-il en montrant la lettre d'encouragement reçue de la maire de Paris, Anne Hidalgo.


Les sea bubbles sur la Seine ?

"Je souhaiterais, si possible, que Paris soit la première capitale à tester les deux premiers prototypes de vos bulles volantes électriques sur la Seine, dès le printemps", écrit Mme Hidalgo dans une lettre.

Insubmersibles, dotées de deux petits moteurs électriques, ces futurs taxis fluviaux ont un nom déposé : "sea bubbles", bulles de mer.

Sorti de l'école sans diplôme, mais avec un rêve d'enfant, "faire voler des bateaux", le jeune surfeur a su se rendre indispensable au navigateur Eric Tabarly, qui avait le même rêve que lui. Il lui a fait confiance pour pousser le projet d'hydroptère. Son premier "vol" a lieu en 1994. Le skipper l'a ensuite mené de record en record malgré nombre d'avaries techniques et financières. En 2005, il réussit une traversée de la Manche après onze tentatives. Puis vient le record du monde de vitesse à la voile en septembre 2009. Ces 20 années s'accompagnent du mécénat technologique et financier de grands groupes aéronautiques et maritimes, d'institutions scientifiques et de collectivités locales. Dassault quitte le navire en 1998, après la rupture d'un des foils, que l'avionneur refuse de refinancer. Ce qui manque tuer le projet. Airbus prend le relais, avec la région Pays de la Loire. D'autres suivront, Alstom Marine, DCNS, puis un banquier genevois.

 

"Des bulles partout dans 20 ans"

Comme lors des débuts de l'aviation, d'autres casses surviendront, chaque fois très coûteuses. Dans son livre "Pilote d'un rêve", Alain Thébault estime le coût du premier prototype à 800.000 euros. "Mes filles m'ont dit : C'est bien d'être le plus rapide en voile, mais il faudrait que tu mettes ton inventivité au service de la collectivité pour que tout le monde ait la chance de voler sur l'eau", raconte le navigateur, en évoquant son nouveau projet de bulles volantes.

Reste à trouver un financement. Trois maisons de luxe ont été contactées pour le design, dont Courrèges. Coqueline, la veuve d'André Courrèges qui crée des voitures électriques, "a investi 100.000 euros dans la start-up pour lancer les premiers prototypes", dit Alain Thébault. Henri Seydoux, patron du groupe de drones Parrot, est aussi de l'aventure, le fonds d'investissement Blackstone a marqué son intérêt, selon le navigateur. D'autres investisseurs sont contactés à Paris, San Francisco, Londres et Genève. Alain Thébault préférerait que le projet reste français. Selon lui, chaque bulle ne devrait pas coûter plus de 12.000 euros l'unité : "Dans 20 ans, il y aura des bulles partout" prédit-il.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.