A la découverte des Magic Maldives

Samedi 19 décembre 2015 à 7h43

À leur seule évocation, nous révons déjà de lagon très bleu, d'îles bordées de fins palmiers, et de la douceur de la lumière. 

À leur seule évocation, nous révons déjà de lagon très bleu, d'îles bordées de fins palmiers, et de la douceur de la lumière. 

Les Maldives représentent la partie émergée d’une vaste chaîne de montagnes sous-marines. Ce sont les récifs coralliens installés sur les crêtes qui constituent ces territoires disséminés sur l’océan Indien : une double ligne de vingt-six atolls naturels, longue de 820 km, large de 130 ; 1200 îles et îlots et autant de lagons à explorer.  Les terres ne représentent que 0,3 % de la superficie du pays ! Autant dire que le choix de la croisière est certainement le plus adapté, même s'il est le plus onéreux, pour avoir un aperçu de l’archipel.


Celle à laquelle nous avons participé nous a conduit d’est en ouest, de Male à Ari Atoll. Nous l'avions choisie car c'était la seule croisière réservée aux randonneurs palmés. Nous étions sept snorkeleurs à bord, nourris d'un même rêve : nager avec les raies manta.
Si la navigation d'atoll en atoll appelle à la quiétude, sous l’eau c’est l’exubérance de la vie : une palette de couleurs infinie, des milliers de poissons qui s’agitent le long du récif. Nous pouvions sillonner de vastes lagons, entourés de poissons aux couleurs électriques. Traverser des jardins de corail. Mais le plus sensationnel, c'était les longues dérives dans les passes étroites : requins, napoléons, perroquets géants, barracudas, tortues glissaient avec nous, ou nous croisaient dans le courant. Les parois abruptes de coraux centenaires bordant le chenal abritaient, bien sûr, une abondance irréelle de poissons.
Puis un jour, Hassan le matelot s'est écrié depuis le pont "Manta, manta !" en pointant l'horizon. Trois groupes d’une quinzaine d’individus virevoltaient dans le fourrage poissonneux. Les belles ne se sont pas éloignées, nous ont acceptés avec bonhommie dans le grand cirque. Elles passaient devant nous à grande vitesse, vrillaient, éclataient puis reformaient les bancs en ordre serré, sondaient pour réapparaître aussi brusquement, et reprenaient le spectacle. Le ballet a duré plus de deux heures. C'était magnifique.

 

Sur le chemin du plancton

Les moussons créent des courants océaniques qui traversent l’archipel d'est en ouest de décembre à avril, et dans le sens contraire de mai à novembre. La meilleure période est celle qui correspond à la mousson sèche (iruvai), de janvier à avril. C'est la haute saison, la plus chaude, peu de pluie, pas de vent, une mer d'huile et une eau translucide. À partir de mai, des vents assez violents provenant du sud-ouest amènent les nuages et la pluie, c'est la mousson dite humide (hulhangu), qui culmine entre août et novembre.
Les courants sont importants pour prévoir les rencontres les plus impressionnantes. Les raies manta suivent le plancton en fonction de ces courants saisonniers. De janvier à avril, portées par le courant est – ouest, elles se rencontrent souvent à l’ouest des atolls (notamment au sud-ouest de l’atoll d’Ari). De mai à décembre, vous les croiserez sur le versant est des atolls de Malé nord, Malé sud ou Vaavu.

Le gouvernement déclare officiellement 1190 îles, mais si l’on inclut les bancs de sable et les affleurements coralliens, on atteint rapidement les 2000 îles. Enfin, ce chiffre ne cesse d’évoluer : certaines disparaissent, d’autres apparaissent, certaines se scindent en deux quand d’autres fusionnent. Les îles sont toutes petites et très plates. Le plus haut sommet (naturel !) des Maldives est une butte de 2,40 mètres sur l’île de Vilingili, dans l’atoll d’Addoo. L’île la plus grande, Fua Mulaku, s’étend sur 3,2 km de longueur et 1,6 km de largeur. La géographie du pays est par conséquent caractérisée par l’absence de rivières, de montagnes ou de collines, ce qui n’est pas commun.

 

Beauté fragile


Si vous choisissez de séjourner sur une île, beaucoup possèdent leur récif « maison », accessible depuis le bord. En fin de journée en partant de la plage, il n’est pas rare de voir dans à peine un mètre d’eau des espèces pourtant réputées pélagiques : comme des requins pointes noires juvéniles en train de fureter, ou encore des raies aigles. A l’extérieur du lagon, des sorties en bateau sont également organisées au départ des hôtels. Elles sont le plus souvent gratuites.

L'archipel compte 200 îles de pêcheurs et une centaine d'îles-hôtels réservées aux touristes. Le reste est inhabité. Les touristes ne peuvent côtoyer la population locale qu’à Malé ou lors des visites réglementées des îles de pêcheurs. Il en est de même pour les Maldiviens qui ne peuvent aller sur les îles-hôtels à l’exception du personnel de ces complexes hôteliers. Cette séparation est faite pour protéger les Maldiviens des influences occidentales et éviter un choc culturel. Mais surtout parce qu’à l’époque où les îles étaient « mixtes », la consommation d’eau, à l’européenne, à partir de nappes phréatiques minuscules, tarissait les réserves d’un village en très peu de temps. Ne restait plus que l’exode. Et puis c’est peut-être un moyen extraordinaire de maîtriser le tourisme dans un pays où chaque confetti est un diamant fragile.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.