Le tour du monde du Beligou, de 1966 à 1968

Jeudi 25 février 2016 à 12h09

Dans les années 60, certains marins rêvaient de construire leurs bateaux en ferrociment, en bois ou en acier, mais combien sont arrivés au bout de leur rêve ? Parfois ces constructions ont été des réussites, quant aux autres, les plus nombreuses, elles n’ont jamais vu la mer. On ne s’improvise pas architecte naval et encore moins constructeur. Alors quelle est la solution ? De nos jours, on se tourne vers le marché de l’occasion qui propose un large choix, mais dans les années soixante, ce n’était pas le cas. C’est pourquoi, conscients de ce fait, trois marins ont opté pour une construction dans un chantier professionnel.

Dans les années 60, certains marins rêvaient de construire leurs bateaux en ferrociment, en bois ou en acier, mais combien sont arrivés au bout de leur rêve ? Parfois ces constructions ont été des réussites, quant aux autres, les plus nombreuses, elles n’ont jamais vu la mer. On ne s’improvise pas architecte naval et encore moins constructeur. Alors quelle est la solution ? De nos jours, on se tourne vers le marché de l’occasion qui propose un large choix, mais dans les années soixante, ce n’était pas le cas. C’est pourquoi, conscients de ce fait, trois marins ont opté pour une construction dans un chantier professionnel.

Trois marins déterminés

Deux marins, Guy Quiesse (capitaine qui commanda des navires de commerce) et Jean Claude Bazin (officier radio) ainsi que Claude Quiesse (peintre photographe) ont décidé au début des années 60 de partir faire le tour du monde sur un voilier. Restait à le trouver. Après avoir écumé la côte de Dunkerque à Bayonne sans trouver le bateau pouvant leur convenir, ils ont opté pour une construction dans un petit chantier traditionnel. Après différentes recherches, le chantier retenu a été celui de Maurice Cadou à Saint Hilaire de Riez. Quant au bateau, c’est un cotre Norvégien gréé Marconi de construction classique (bordés en iroko de 30 mm sur membrures de chêne de 10 x 10 cm) qui a été choisi. Ses dimensions étaient une longueur de 10.75 m pour une largeur de 3 m et 1.65 m de tirant d’eau. La mise en chantier a commencé début 1964. La mise à l’eau a eu lieu en octobre 1964 pour un grand départ en aout 1966.

L’instrumentation

Aujourd’hui, pour un plaisancier, traverser l’Atlantique ne pose guère de problèmes. Bien sûr, cela reste une aventure, il faut préparer le bateau, trouver un équipage, choisir la bonne période, les escales, etc. Mais, côté navigation les aides électroniques sont là : GPS, cartographie, téléphone par satellite sans oublier le pilote automatique. Il y a 50 ans, toutes ces aides n’existaient pas. Pour connaître sa position, on faisait appel à l’astro (sextant et tables) ; pour la météo, un récepteur radio permettait de la recevoir mais en graphie (morse), la hauteur d’eau était donnée par une sonde à mains, quant au pilote, il n’y en avait pas en plaisance. Nos navigateurs ont réalisé, une fois arrivés aux Antilles, un régulateur d’allure en s’inspirant de celui conçu par Moitessier.

Le parcours

Partis en aout 1966 de Saint Gilles Croix de vie, le périple s’est achevé en juillet 1968 dans le même port. Durant ces deux années, ils ont parcourus 32.000 milles en faisant 95 escales pour visiter la cote ibérique, les Antilles, les Galápagos, la Polynésie, la Nouvelle Calédonie, la Réunion, l’Ile Maurice, l’Afrique du Sud, Ascension et un retour en Vendée en passant par les Açores.
Le récit de ce voyage est disponible en lecture ou chargement sur le site www.beligou.fr. L’ouvrage de 300 pages, préfacé par J.Y Le Tourmelin, contient plus de 400 photos, les croquis de construction du bateau et un livre d’or de plus de 160 signatures. Actuellement, le Beligou navigue toujours.

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.