Phare de Tévennec : assez de vent pour entendre les fantômes

Jeudi 3 mars 2016 à 12h33

Le débarquement sur le phare réputé hanté de Tévennec a enfin eu lieu samedi 27 février. Celui-ci devait être habité depuis mi-octobre pour une expérience de deux mois. Cependant, les mauvaises conditions météo en mer n’avaient pas permis à Marc Pointud, le chef du projet, de débarquer sur l’île. L'aventure sur place s'annonce désormais rythmée par un vent fort. 

Le débarquement sur le phare réputé hanté de Tévennec a enfin eu lieu samedi 27 février. Celui-ci devait être habité depuis mi-octobre pour une expérience de deux mois. Cependant, les mauvaises conditions météo en mer n’avaient pas permis à Marc Pointud, le chef du projet, de débarquer sur l’île. L'aventure sur place s'annonce désormais rythmée par un vent fort. 

Le phare le plus hanté du monde est désormais habité, après plusieurs décennies d'absence humaine. Tous les gardiens du lieu ont péri dans d'étranges circonstances, souvent emportés par la folie après avoir entendu des voix. Des voix qui sont, au moins en partie, causées par le sifflement des vents dans les murs délabrés.

L’opération « Lumière sur Tévennec » était en stand-by pour cause de météo, comme l’expliquait Marc Pointud, président de la «Société Nationale pour le patrimoine des Phares et Balises», dans ses derniers billets de blog : «Depuis la dernière sortie du 03 octobre pour les préparatifs, l’état de de mer n’a pas permis d’accoster l’îlot. Il faut dire qu’à partir d’une houle de plus d’un mètre de haut et d’une période supérieure à cinq secondes les conditions de débarquement passent de difficiles à impossibles». Cela a rendu les parages de Tévennec inabordables, obligeant actuellement les responsables du projet à imaginer d’autres moyens pour débarquer : la voie maritime étant impossible, c’est la voie aérienne qui a finalement été retenue, par hélicoptère.


Le début de l’aventure a donc officiellement été lancé samedi : «Une belle journée venteuse mais ensoleillée. Nous nous sommes réunis à la baie des Trépassés, plus exactement à l’hôtel éponyme qui nous a reçus, fort bien, et qui dispose d’un terrain pour hélicoptère. De là, Tévennec, que l’on voit au large, n’est qu’à quelques minutes de vol. Le fret, les divers colis, une fois arrivés en contrebas de l’îlot ont dû être transportés dans la maison du phare. Entassés dans le couloir d’entrée, c’est progressivement et tardivement que j’ai procédé à un premier rangement. Puis la nuit est arrivée. Une lampe, un dîner rapide et frugal et un bon repos mérité. Mon installation a continué aujourd’hui dimanche. Branchement du panneau solaire en priorité, qui charge bien – ouf !-, essai du groupe électrogène de secours, neuf mais qui fuyait et que j’ai dû réparer».


Une météo perturbée en prévision


Jusqu’à lundi, le nouvel habitant du phare devra affronter un régime de giboulées. Cela veut dire, pour Tévennec, de puissantes averses accompagnées de vents forts (parfois plus de 100 km/h) avec de violentes précipitations. La mer est également «très mauvaise», avec des vagues de 6 à 7 mètres au large, et le restera jusqu’en début de semaine prochaine. Les conditions en mer s’amélioreront ensuite car les dépressions seront moins violentes, mais la situation ne sera pas calme pour autant. Après une accalmie ensoleillée mardi, les conditions météo s’installeront durablement dans une situation de «bordure anticyclonique» : ni calme, ni trop perturbé, et cela jusqu’à mi-mars au moins. Le passage successif de petites perturbations de faible intensité donnera tout de même lieu à de forts vents d’ouest/sud-ouest, jusqu’à 90 km/h. Assez pour entendre les fantômes murmurer dans le phare…

 

L'homme entend bien écrire un livre à l’issue de ses 60 jours à l’intérieur du phare, s’il en ressort indemne. Un DVD d'un format de 50 mn environ sera également réalisé à partir des images tournées lors de l'opération.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.