Marc Pointud a quitté le phare de Tévennec et alerte sur l'état de l'édifice

Dimanche 8 mai 2016 à 7h38

Il a passé deux mois seul sur Tévennec, ilot rocheux au large du Finistère sur lequel se dresse un vieux phare. Marc Pointud, ardent défenseur de ces édifices empreints d'histoire, en est revenu jeudi avec la fierté d'avoir alerté sur l'urgence de leur restauration.

Il a passé deux mois seul sur Tévennec, ilot rocheux au large du Finistère sur lequel se dresse un vieux phare. Marc Pointud, ardent défenseur de ces édifices empreints d'histoire, en est revenu jeudi avec la fierté d'avoir alerté sur l'urgence de leur restauration.

"Bonjour, ici Marc Pointud, je quitte Tévennec", annonce-t-il via VHF au sémaphore de la pointe du Raz, quelques instants après avoir quitté l'îlot à bord d'un zodiac, non sans mal cependant en raison d'une forte houle.
"Ca a été une très belle expérience!", assure à son arrivée à Audierne le président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises (SNPB), après avoir passé 69 jours à la merci des éléments. "Le monde entier connaît Tévennec maintenant", ajoute-t-il, alors que l'aventure de cet homme de 64 ans à été largement relayée dans les médias. "C'est un endroit extraordinaire. C'est difficile d'y aller et d'en revenir. Mais une fois qu'on y est, c'est le paradis sur mer", assure-t-il encore sans se départir d'un large sourire.

Allumé en 1875 pour baliser les approches du raz de Sein, une zone de violents courants parsemée d'îlots à fleur d'eau où de nombreux marins ont perdu la vie, le phare de Tévennec se dresse à 17 mètres au-dessus du niveau de la mer.
L'édifice, une maison d'une cinquantaine de mètres carrés, entourée d'une terrasse et dotée d'un four à pain, n'était plus habité depuis 1910 lorsque qu'il fut automatisé. Il s'agit de l'unique maison-phare construite en pleine mer en France. Un lieu que la légende dit hanté.

"Je n'ai vu personne. Pas de fantômes, mais j'ai entendu des bruits trois-quatre nuits de suite", relate très sérieusement Marc Pointud, avant d'assurer que ces bruits ont forcément une explication. Vingt-trois gardiens se sont succédé sur Tévennec en 35 ans. Beaucoup ont démissionné, certains y sont morts et d'autres sont devenus fous. Cinq couples y ont résidé tour à tour à partir de 1897. L'un d'entre eux, les Quéméré, y vécut cinq ans, de 1900 à 1905, avec une vache laitière. "Les hivers étaient effrayants et c'est maintes fois que nous dûmes hisser le pavillon noir afin de demander du secours pour des barques en détresse. L'hiver 1903 fut particulièrement terrible (...). Tout autour de nous ce n'était qu'un bouillonnement de lames et d'écume", témoigna l'épouse.

"Les vagues passaient par-dessus la maison, il y avait de l'eau sur la terrasse et des bruits et des explosions partout", se souvient Marc Pointud au sujet de la tempête vécue sur l'îlot le soir de Pâques, avant de poursuivre sur le mauvais état des lieux. "Tout est en mauvais état, mais le gros problème c'est le toit qui fuit", détaille-t-il, disant avoir été contacté par des mécènes potentiels. "L'eau passe dans les murs, qui sont pleins d'eau. Il y a de l'humidité tout le temps. Donc les poutres ont commencé à pourrir, les planchers pourrissent petit à petit. Le bâtiment s'en va si on ne fait rien", prévient-il.

Pour tenir deux mois, Marc Pointud avait apporté de la nourriture, de l'eau potable et même un panneau solaire, pour avoir de l'électricité.

"Je suis admiratif de ce qu'il a fait pour sensibiliser les gens au fait qu'il faut entretenir les phares, même s'ils ne sont plus gardiennés", a témoigné Michel Plouhinec, 60 ans, ancien gardien de phare, notamment celui d'Ar-Men, à l'ouest de l'île de Sein.

Une convention d'occupation du phare de Tévennec a été signée en 2011 pour une durée de 10 ans entre l'Etat et la SNPB. Une fois restauré, Marc Pointud rêve d'y installer une maison d'artistes.


L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.