The Transat bakerly : la victoire pour François Gabart !

Par Nautisme.com
Mercredi 11 mai 2016 à 9h02

Les 300 derniers milles de The Transat bakerly ont été laborieux, mais François Gabart n’a pas chômé sur le pont pour s’imposer à New-York… A l’issue d’un mano a mano qui a duré une semaine avec Thomas Coville, le skipper de Macif s’est imposé magistralement devant Sandy Hook après 8 jours 08 heures 54 minutes 39 secondes de course !
 

Les 300 derniers milles de The Transat bakerly ont été laborieux, mais François Gabart n’a pas chômé sur le pont pour s’imposer à New-York… A l’issue d’un mano a mano qui a duré une semaine avec Thomas Coville, le skipper de Macif s’est imposé magistralement devant Sandy Hook après 8 jours 08 heures 54 minutes 39 secondes de course !
 

C’est donc à 18h 24’ 39’’ locales (00h 24’ 39’’ heure française, le mercredi 11 mai) que Macif, le premier voilier de cette quatorzième édition de The Transat bakerly a franchi la ligne d’arrivée devant Sandy Hook. François Gabart ajoute donc une ligne importante à son palmarès déjà étoffé, mais surtout confirme qu’il est de plus en plus à l’aise sur son nouveau trimaran mis à l’eau l’an passé et optimisé cet hiver.

« Cela a été dur, mais je sais que j’ai fait une super course : je suis super heureux. Je suis fatigué et content d’arriver, ça me réjouit. Il y avait un dernier gros obstacle qui était la dorsale et a priori, je pense que je suis passé du bon côté. Ce n’est pas rien de traverser l’Atlantique sur un bateau comme ça : je suis content de l’avoir fait !
Je crois que c’est le truc le plus dur que je n’ai jamais fait, parce que mine de rien, tu progresses d’année en année. J’apprends des choses tous les ans, et dans l’engagement et l’investissement, j’en mets de plus en plus à chaque fois. C’est hyper exigeant. Il faut aller jusqu’au bout. Je ne me suis jamais autant impliqué physiquement. Je suis cramé !
Je ne sais pas combien de temps je vais mettre à m’en remettre, mais il faudra longtemps. Je ne suis pas capable d’en faire deux dans l’année des courses comme ça. Ça demande un tel investissement…
» déclarait François Gabart quelques heures avant son arrivée.

Un temps de référence sur une traversée Est-Ouest de l’Atlantique en solitaire

Macif aura donc mis 8 jours 08 heures 54 minutes 39 secondes pour parcourir les 3 050 milles du parcours direct entre Plymouth et New-York, à la moyenne orthodromique de 15,18 nœuds. Mais en réalité, François Gabart par sa route Sud, a effectué 4 643 milles sur l’eau à la moyenne ahurissante de 23,11 nœuds ! Car la trajectoire du vainqueur, tout comme celle de son poursuivant Thomas Coville (Sodebo) attendu dans une dizaine d’heures, fut totalement atypique : plongeant dès le départ d’Angleterre plein Sud pour passer à l’intérieur de Ouessant, pour venir jusqu’au cap Finisterre et continuer vers Madère sur le boulevard des alizés, cette route est une première pour un vainqueur de transat anglaise !

Cette trajectoire Sud, descendant jusqu’au 27° Nord, soit 1 000 milles en dessous de la route directe (orthodromie) a été possible grâce au potentiel exceptionnel de ce trimaran de trente mètres. En alignant jusqu’à plus de 600 milles quotidiens, ce détour a aussi été l’occasion d’un duel au couteau avec Thomas Coville qui avait repris la tête lors de cette grande courbe, après le cap Finisterre. Mais François Gabart avait gardé l’initiative tactique en se positionnant à l’extérieur du « virage », bénéficiant alors d’un peu plus de pression. Et c’est lors de la remontée vers New-York que Macif a pu faire le break, d’abord avec 50 milles de marge, puis 100 et jusqu’à 160 milles d’avance…

Les 300 derniers milles ont en revanche été poussifs, dans un magma vélique très instable et variable qui a mis le skipper en mode ultime afin de conclure avec un delta d’une centaine de milles sur Thomas Coville qui devrait terminer deuxième demain matin, Yves Le Blévec (Team Actual) étant trop éloigné pour jouer les trouble-fêtes.

Le grand chelem : Vendée Globe, Route du Rhum, The Transat bakerly

À 33 ans, le jeune prodige de la voile française formé au dériveur et à la voile olympique (champion de France d’Optimist en 1997, champion de France de Moth en 1999, champion du monde junior de Tornado 2004), puis au Tour de France à la Voile et à La Solitaire du Figaro, devient rapidement la coqueluche des marins expérimentés qui apprécient non seulement ses compétences véliques, mais aussi son approche technique. Il embarque avec Kito de Pavant sur un monocoque IMOCA dès 2009 pour terminer deuxième, est sacré champion de France solitaire Figaro en 2010, finit quatrième de la Transat Jacques Vabre avec Seb Col sur son tout nouveau bateau aux couleurs de Macif…

C’est avec ce monocoque IMOCA qu’il s’impose lors du dernier Vendée Globe après une bataille mémorable face à Armel Le Cléac’h, avec le temps canon de 78 jours 2 heures 16 minutes ! Puis il enchaîne les victoires avec le même bateau sur la Route du Rhum 2014 après avoir été sacré champion de France en catamaran Class A. Et pendant ce temps, son nouveau trimaran prend forme : il s’élance sur la Transat Jacques Vabre 2015 alors que le bateau n’est pas encore totalement opérationnel (un foil absent), et pourtant gagne cette longue transat Nord-Sud avec Pascal Bidegorry. Le trimaran Ultime est alors optimisé pour la navigation en solo et François Gabart multiplie les entraînements en vue de The Transat bakerly, la plus dure des solitaires. Cette victoire est donc la troisième du jeune skipper sous les couleurs de Macif en solitaire, une sorte de grand chelem que seul Michel Desjoyeaux détenait auparavant…
 

L'équipe
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier
Guillaume Fourrier est un vrai passionné de la mer. Il pratique la pêche en mer depuis l'âge de 13 ans et a aujourd'hui à son actif près de 20 records de France, d'Europe et du Monde pour la prise de gros spécimens. Originaire de Boulogne-sur-Mer, il a sillonné les eaux de la façade Atlantique mais également celles de la Méditerranée. Il a également trempé ses lignes sur des contrées exotiques comme la Nouvelle-Calédonie, où il séjourna plusieurs mois à la recherche de gros poissons du lagon. Il pêche aujourd'hui en Normandie, son nouveau port d'attache.