Une éolienne flottante va être installée au large du Croisic

Lundi 6 juin 2016 à 10h00

La France ne compte pour l'heure aucune éolienne en mer mais tente de combler son important retard en misant sur l'innovation, comme la construction d'une éolienne flottante, une première européenne confirmée mercredi à Biarritz lors du salon Seanergy dédié aux énergies marines renouvelables.

La France ne compte pour l'heure aucune éolienne en mer mais tente de combler son important retard en misant sur l'innovation, comme la construction d'une éolienne flottante, une première européenne confirmée mercredi à Biarritz lors du salon Seanergy dédié aux énergies marines renouvelables.

D'une puissance de 2 mégawatts (MW), cette éolienne baptisée "Floatgen" sera installée au large des côtes du Croisic (Loire-Atlantique). L'eau y est profonde de 33 mètres, mais contrairement aux éoliennes marines ailleurs dans le monde, ce premier exemplaire français ne reposera pas sur les fonds marins : il flottera à la surface de la mer.

"Nous installons notre première éolienne quand il y en a déjà 3.000 en mer du Nord. Nous avons un certain retard que nous souhaitons combler en essayant d'être un leader mondial sur l'éolien flottant", résume Paul de la Guérivière, fondateur et PDG d'Ideol, PME implantée à La Ciotat (Bouches-du-Rhône) qui coordonne le projet Floatgen.

Après trois ans d'études, les différents éléments pour le montage seront réceptionnés à Saint-Nazaire la semaine prochaine pour une mise en service prévue mi-2017. Il offre, selon son promoteur, une solution économique à l'exploitation des énergies éoliennes offshore.

"Cette technologie permet en effet de contourner les contraintes de profondeur. Là où les éoliennes posées sur les fonds marins étaient limitées à des profondeurs maximales de 40 mètres, nous pouvons aller dans d'autres zones, plus loin des côtes, pour augmenter les rendements, mais aussi limiter l'impact sur les paysages et les usagers de la mer", expose fièrement Paul de la Guérivière.

Associée à Bouygues Travaux Publics pour ce projet de 18 millions d'euros financé par des investisseurs privés et publics (Ademe, Banque publique d'investissement, fonds européens), Ideol a aussi répondu à un appel à projets pour quatre parcs pilotes, dont trois en Méditerranée et un au large de la Bretagne.

La PME française s'active aussi à l'étranger. "Nous avons signé un gros contrat au Japon pour y installer deux démonstrateurs", indique le PDG, "l'idée étant de poursuivre notre apprentissage avant de se lancer à grande échelle".

Même prudence du côté de l'entreprise Sabella, pionnière de l'exploitation de l'énergie hydrolienne en France. A la fin 2015, cette start-up bretonne a inauguré au large de l'île d'Ouessant la première hydrolienne (1 MW) produisant de l'électricité en France.

"On étudie à travers cette expérience l'impact environnemental et les rendements de cette filière pas encore mature. On ne va pas débarquer avec 500 hydroliennes d'un coup, mais la France rattrape son retard", assure Diane Dhomé, chef de projet dans cette PME d'une quinzaine de salariés. Dans la foulée de Sabella, le leader mondial du naval de défense DCNS a depuis immergé deux hydroliennes au large de Paimpol (Côtes-d'Armor).

"Cette année a été très riche pour le développement des énergies marines renouvelables", estime Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) lors des 3èmes assises nationales du secteur, qui se sont tenues mardi à Biarritz à la veille du salon Seanergy, tout en appelant à "accélérer cette dynamique".

Pour atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique fixant à 32% la part d'énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2030, le SER propose que les énergies marines produisent 15.000 MW à cette date.

En Europe, les éoliennes en mer produisaient en 2014 un total de 8 gigawatts, uniquement issus des technologies "posées" sur les fonds marins. La France, qui en est encore totalement dépourvue, mise aussi sur une nouvelle dynamique politique pour combler ses retards.

Fin avril, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal a nettement revu à la hausse les ambitions de son ministère pour la filière : les objectifs de production à l'horizon 2023 ont été portés à 6.000 MW pour l'éolien offshore et à 2.000 MW pour l'éolien flottant et l'hydrolien.



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.