Les fonds marins sont bien moins connus que le sol lunaire

Mercredi 8 juin 2016 à 10h15

Le relief des fonds marins, contrairement au sol lunaire, reste très peu connu, regrettent des experts internationaux qui, à l'occasion de la Journée mondiale de l'océan aujourd'hui, plaident pour des investissements publics dans ce domaine.

Le relief des fonds marins, contrairement au sol lunaire, reste très peu connu, regrettent des experts internationaux qui, à l'occasion de la Journée mondiale de l'océan aujourd'hui, plaident pour des investissements publics dans ce domaine.

"C'est quand même un peu fort qu'on ne sache pas comment est fait le fond de l'océan aujourd'hui", peste Françoise Gaill, une chercheuse française membre de la plateforme Océan et Climat, alliance d'ONG et de scientifiques chargée de défendre les enjeux des océans auprès des politiques. Actuellement, moins de 10% du relief des fonds marins, au-delà de 200 mètres de profondeur, est connu, selon l'Organisation hydrographique internationale (OHI), alors que près des deux tiers des terres de la planète sont couvertes d'eau. "Il n'y a pas de raison qu'on connaisse mieux la Lune que le fond des océans", estime Françoise Gaill. "Acquérir une telle connaissance coûterait cher, mais ce n'est qu'une question de priorités", juge-t-elle, indiquant que le sujet sera cette année au centre de la Journée mondiale de l'océan, organisée par sa plateforme et l'Unesco.

Selon une étude américaine de 2001, il serait possible de cartographier l'ensemble des fonds marins, au-delà de 500 mètres de profondeur, au moyen d'un seul navire exploité pendant 200 ans. "Avec 40 navires, cela prendrait 5 ans!" s'enthousiasme Walter Smith, géophysicien à l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), estimant le coût d'une telle opération à 2 ou 3 milliards de dollars. "Ca peut sembler beaucoup, mais c'est moins que ce que prévoit de dépenser la Nasa pour sa future mission d'exploration d'Europa, la mystérieuse lune de Jupiter", assure le scientifique.

"On a une vue globale des fonds marins grâce aux satellites, mais elle n'est pas très précise", relève Thierry Schmitt, expert en bathymétrie (science de la mesure des profondeurs des océans et de leur relief) auprès de la Marine française. "Seule l'acquisition de données en mer par sondeurs acoustiques permet de disposer d'une meilleure précision. Mais ces techniques sont généralement lentes", estime le chercheur. Conséquence : les boîtes noires du vol Air France AF447 Rio-Paris, disparu en mer le 1er juin 2009, ont été récupérées après 23 mois immergées à 3.900 mètres de profondeur, dans une zone particulièrement chaotique de l'océan Atlantique. "Quand une personne tombe à la mer, un navire est en détresse ou un avion s'abîme en mer, il faut pouvoir estimer le mouvement des courants. Mais ceux-ci sont difficiles à modéliser dans les zones où le relief marin n'est pas ou peu connu", explique Walter Smith. "Attendre qu'un avion s'écrase pour commencer à cartographie une zone, c'est trop tard."

Une meilleure connaissance des fonds marins permettrait également d'en savoir davantage sur les ressources marines disponibles dans l'optique de leur exploitation et/ou préservation, sur l'origine des glissements de terrain sous-marins et le déferlement de vagues occasionnées par des tsunamis et des ouragans.

Les disparités en matière de connaissance de fonds marins sont importantes dans le monde. Ainsi, plus de 95% des zones de 0 à 200 mètres de profondeur du Sud-Ouest du Pacifique et des régions polaires ne sont pas du tout ou mal connues contre 19% pour la France métropolitaine, 30% pour le Royaume-Uni et 40% pour les Etats-Unis, selon des données de 2013 de l'OHI.

Cette dernière alerte par ailleurs sur la réduction en 25 ans de 35% des moyens nautiques des Etats côtiers pour mener à bien des campagnes de recueil de données bathymétriques.

"Les priorités nationales budgétaires sont ailleurs que dans l'investissement dans des moyens navals ou des infrastructures de recherche", regrette Yves Guillam, du secrétariat de l'OHI. Et pour cause, souligne-t-il: "les bénéfices ne sont visibles en terme économiques environnementaux et sociétaux que sur le long terme."



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.