Chaleur et humidité : humidex de 36 à Paris

Par Figaronautisme.com
Lundi 20 août 2012 à 0h05

Un épisode de très fortes chaleurs concerne la France de mercredi à vendredi. Il peut être une source de danger pour les personnes les plus sensibles. La Chaîne Météo fait le point sur l'indice Humidex.

©La Chaîne Météo
Un épisode de très fortes chaleurs concerne la France de mercredi à vendredi. Il peut être une source de danger pour les personnes les plus sensibles. La Chaîne Météo fait le point sur l'indice Humidex.

De l'air d'origine saharienne remonte du Maghreb en passant par l'Espagne. Il concerne la France entre mercredi et vendredi et s'accompagne du premier épisode de fortes chaleurs de l'année.

 

Un ressenti de 36° à Paris !

A Paris, il fera 32° à 33°C jeudi après-midi. Mais en raison de l'humidité laissée par les pluies des derniers jours, le ressenti sera de l'ordre de 36. C'est dans la région de Clermont-Ferrand que la chaleur sera la plus éprouvante avec 34° au thermomètre et un ressnti de 38.

 

L'humidex : un indice d'évaluation du risque

Afin de mieux évaluer ce risque, l'indice humidex a été développé au Canada en 1979 par les météorologues Masterton et Richardson pour le Service météorologique du Canada. A cette époque, on dénombrait chaque année une vingtaine de morts directement causée par la chaleur. Partant du fait qu'une chaleur intense, associée à un fort taux d'humidité, créent un inconfort, voire un malaise physique, l'humidex a été conçu dans le but d'évaluer le degré de risque pour le corps humain. Pour cela, il se base sur la température ambiante, la pression de vapeur et le point de rosé.

L'humidex est principalement utilisé au Canada, mais il l'est également de plus en plus en Europe. Il ne tient pas compte de l'exposition de la peau au soleil, ni des vents qui aident au rafraîchissement. Il s'agit d'une indication des réactions physiologiques, et non d'une mesure absolue.

 

Comment interpréter l'indice Humidex ? Pour en savoir, plus regardez les explications de notre prévisionniste Régis Crépet dans cette vidéo

© La Chaîne Météo