Martinique : participez à la protection des tortues marines !

Dimanche 3 juillet 2016 à 6h00

Cinq espèces de tortues marines (sur les sept connues dans le monde) fréquentent les eaux de la Martinique, dont trois sont régulièrement observées en mer ou en ponte sur de nombreuses plages de l'île. Depuis l'été dernier aux Anses d'Arlet, les adeptes de snorkeling - habitants de la commune, simples visiteurs ou touristes -, sont invités à participer à leur étude scientifique ; en nageant avec elles, ils contribuent à leur protection !

Cinq espèces de tortues marines (sur les sept connues dans le monde) fréquentent les eaux de la Martinique, dont trois sont régulièrement observées en mer ou en ponte sur de nombreuses plages de l'île. Depuis l'été dernier aux Anses d'Arlet, les adeptes de snorkeling - habitants de la commune, simples visiteurs ou touristes -, sont invités à participer à leur étude scientifique ; en nageant avec elles, ils contribuent à leur protection !

La tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), la tortue verte (Chelonia mydas) et la tortue luth (Dermochelys coriacea) sont les espèces les plus observées en Martinique. Comme toutes les tortues marines, elles sont protégées aux niveaux national et international, et pourtant toujours menacées d'extinction, inscrites sur la liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) : la destruction des habitats et des sites de ponte, la pollution océanique (notamment par les déchets plastiques), le braconnage ou la capture accidentelle par les filets de pêche compromettent l'existence des reptiles, pourtant présents dans les océans du monde depuis plus d’une centaine de millions d'années.

Un réseau au chevet des tortues

En Martinique, un Plan d'action* est conduit depuis plus de dix ans pour leur protection. Coordonné par l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage), il est mis en œuvre par le Réseau Tortues marines, qui regroupe des scientifiques, des associations environnementales, des clubs de plongée, des institutionnels, des gestionnaires d'aires protégées… Les actions menées sont diverses : pose de balises Argos-GPS pour le suivi satellitaire des tortues entre leurs aires d'alimentation et leurs zones de ponte, comptage des traces et des marquages nocturnes lors des activités de ponte, photo-identification, sensibilisation du public et des scolaires, et programmes de science participative en direction des adeptes du PMT.

Apporter sa contribution

Sur la plage de Grande Anse aux Anses d'Arlet, le club Plongée Passion propose un tel programme. Les moniteurs du club remettent aux participants un kit palmes-masque-tuba, une bouée de signalisation, un GPS pour localiser avec exactitude les individus et des plaquettes immergeables pour noter leurs observations. Formation et conseils pour une approche respectueuse sont prodigués. Place ensuite à la rencontre en mer, en allant simplement nager dans la baie ! Le site est très réputé pour la présence de tortues vertes notamment (certaines sont même sédentaires), qui se régalent des herbiers marins particulièrement denses ici. Elles seront peut-être marquées d'un numéro sur la carapace, porteront éventuellement une balise Argos sur le dos ; taille, activité, signes particuliers seront également à noter. La tortue imbriquée, elle aussi, est fréquemment observée en mer. La tortue luth, par contre, l'est rarement ; elle se rencontre surtout sur les plages.

Retour à la source


Les tortues marines passent la majorité de leur vie en mer. Elles ne fréquentent les plages qu’aux périodes de ponte. Aire d’alimentation en mer et aire de reproduction à terre peuvent être très éloignées, une tortue adulte pouvant parcourir jusqu'à deux mille kilomètres pour migrer de l'une à l'autre. Il faut dire qu’elles sont fidèles à leur lieu de ponte, qui n'est autre que celui où elles ont elles-mêmes éclos !

La tortue verte


Peu de chances de la voir en ponte sur une plage de l'île (une ou deux traces vues par an) ; les populations, malgré vingt ans de protection (depuis 1993), ne se sont toujours pas reconstituées. Les eaux de la Martinique sont par contre une zone d'alimentation appréciée des tortues vertes, et les observations sont fréquentes en mer. Environ 80 tortues vertes ont été numérotées par le réseau et 10 ont été équipées de balises Argos-GPS. Parmi ces dernières, certaines sont toujours aux Anses d'Arlet, d'autres sont parties vers d'autres contrées, Floride, Brésil ou Guinée-Bissau…

La tortue imbriquée

Comme la tortue verte, elle se rencontre fréquemment en mer, mais à sa différence, également pendant la saison de ponte, de mars à fin octobre (pic en juillet-août), sur des plages plutôt courtes et bordées de végétation dense. Cinq tortues porteuses de balises sont suivies par le réseau depuis août 2015, mais toutes ont depuis quitté l'île. Peut-être certaines vont-elles revenir pondre cet été…

La tortue luth


C'est la plus grosse des trois : 300 à 400 kg en moyenne (mais le maximum est proche de la tonne), pour une taille de 1,70 m à 2 m. Elle vit en pleine mer, loin des côtes, mais peut être observée sur les plages de l'île de mars à fin juillet (pic de ponte en mai-juin). Elle préfère creuser son nid sur une plage large, dans une grande profondeur de sable. Dix tortues luth ont été équipées en Guyane par le réseau.

Pour suivre par satellite les déplacements de Nicolette, Élise, Tina, et de toutes les autres tortues équipées de balises, et pour vous préparer au programme de science participative, branchez-vous sur le réseau ! : www.tortuesmarinesmartinique.org

* Projet européen initié par le CNRS IPHC en partenariat avec la DEAL Martinique, le Parc naturel régional de Martinique, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et les membres du Réseau tortues marines de Martinique. Mené en partenariat avec les institutions locales concernées, il s’inscrit dans les actions du Plan national d’action en faveur des tortues marines des Antilles françaises.



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.