Les dauphins roses menacés de disparition

Samedi 2 juillet 2016 à 12h30

Le dauphin blanc chinois, le "dauphin rose" à Hong-Kong est en danger : la population ne cesse de diminuer depuis des années.

Le dauphin blanc chinois, le "dauphin rose" à Hong-Kong est en danger : la population ne cesse de diminuer depuis des années.

Le dauphin blanc chinois (sousa chinensis), appelé à Hong Kong "dauphin rose" à cause de sa couleur, est admiré par les touristes qui vont les voir chaque jour au large de la côte septentrionale de l'île hongkongaise de Lantau. Ce dauphin est devenu en 1997 la mascotte officielle de la région semi-autonome lors de la cérémonie de rétrocession du territoire à la Chine. Mais bientôt, il n'y en aura plus, s'alarment les écologistes. La population de ces mammifères est depuis quelques dizaines d'années en "déclin rapide". Un projet de construction d'une troisième piste à l'aéroport Chek Lap Kok de Hong Kong pourrait être le coup de grâce.

"Si ce projet est mené à bien, le dauphin sera sans doute repoussé hors des eaux hongkongaises", affirme Samuel Hung, président de la Société de protection des dauphins de Hong Kong, qui se rend en mer au moins deux fois par semaine depuis 1997 pour étudier les cétacés. "C'est comme si on était en train de les acculer de plus en plus près de l'abîme et si on leur donne la pichenette finale, ils auront disparu à jamais. C'est le moment de réagir", dit-il. D'après Samuel Hung, il ne reste plus qu'une soixantaine d'individus dans les eaux de Hong Kong, contre 158 en 2003.

Destruction de l'habitat

"Le déclin du dauphin est dû à toute une série de facteurs, dont la surpêche et la pollution", souligne-t-il. Autre facteur important: "L'augmentation du trafic des ferries à grande vitesse." Les dauphins ont été repoussés vers les eaux de la Chine voisine ou sont morts, estime Samuel Hung. Les cétacés souffrent aussi de la construction depuis 2012 d'un pont de 50 kilomètres de long destiné à relier Hong Kong à Macao, capitale mondiale du jeu. Du village de Tai O, sur l'île de Lantau, point de départ des bateaux qui montrent aux touristes les fameux dauphins roses, on aperçoit l'immense ouvrage.

L'ONG environnementaliste WWF déploie depuis peu des volontaires sur ces bateaux afin de sensibiliser les touristes aux menaces qui pèsent sur les dauphins. "La pollution de l'air et de l'eau est assez grave, nous sommes inquiets pour la vie marine", commente Yeung Ka-yan, employée de banque de 30 ans. Elle revient d'une virée en mer infructueuse, un scénario qui pourrait se reproduire de plus en plus. "Nous sommes un peu déçus", dit son petit ami, un cuisinier de 26 ans.

Un nouveau désastre les attend

Wong Yung-kan, 67 ans, natif de Tai O où il a passé le plus clair de sa vie, pilote l'un de ces bateaux. Jadis, explique-t-il, les villageois n'aimaient pas les dauphins car ils se servaient dans les filets des pêcheurs, à une époque où la pêche était la plus grande ressource de Tai O.

"Maintenant, l'industrie de la pêche a reculé. Il a fallu qu'on se recycle et qu'on emmène les touristes voir les dauphins", dit-il. Ces expéditions représentent 10% des ressources touristiques de cette localité pittoresque. "Bien sûr que nous voulons qu'ils restent. Les touristes seront heureux et nous aussi", ajoute Wong Yung-kan. Il se veut moins pessimiste que les écologistes mais au cas où le pire deviendrait réalité, les habitants s'adapteront, juge-t-il.

"Si les dauphins s'éteignent, on ne pourra rien y faire. Nous trouverons un autre moyen pour survivre. Les gens savent s'adapter au changement."

Le ministère hongkongais de l'Agriculture, de la pêche et de l'environnement a expliqué dans un mail que l'impact d'une troisième piste d'atterrissage sur la population des cétacés avait été "évalué et pris en compte correctement". Pour compenser "la perte permanente" de leur habitat provoquée par les travaux de remblaiement destinés à gagner de l'espace sur la mer, les autorités "proposent un nouveau parc marin d'environ 2.400 hectares dans les eaux situées au nord du projet de troisième piste". Les écologistes disent que ce parc ne sera créé au mieux qu'en 2023, date d'achèvement prévue pour les travaux de remblaiement. "On ne sait pas si le dauphin pourra survivre jusque-là", dit Samuel Hung. "Nous suivons certains dauphins depuis près de 20 ans, ce sont de vieux amis. Ils ne savent pas qu'un nouveau désastre les attend."



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.