Sacs plastiques : enfin une interdiction en Outremer, pour protéger les animaux marins et les oiseaux

Lundi 4 juillet 2016 à 12h22

Les tortues, dauphins ou oiseaux sont les premières victimes des sacs plastiques jetables, des déchets non biodégradables qui envahissent aussi les racines des palétuviers et dont l'interdiction est entrée en vigueur vendredi.

Les tortues, dauphins ou oiseaux sont les premières victimes des sacs plastiques jetables, des déchets non biodégradables qui envahissent aussi les racines des palétuviers et dont l'interdiction est entrée en vigueur vendredi.

Cette interdiction est donc accueillie avec satisfaction dans les territoires d'Outremer, où évoluent ces animaux.

Miti, une petite tortue imbriquée (dite aussi tortue à écailles) de 10 kg a failli en faire les frais. A La Réunion, cette tortue connue de tous les apnéistes a été remise à la mer mardi, après plusieurs mois de soins, après avoir avalé un sac plastique dérivant dans l'eau, qu'elle avait confondu avec une méduse, comme beaucoup de ses congénères avant elle. La matière provoque des occlusions intestinales et l'animal finit souvent par mourir de faim après des semaines de souffrance.
"Presque toutes les tortues qui arrivent ont du plastique dans l'estomac", selon Stéphane Ciccione, directeur du centre de soins Kélonia, heureux de l'interdiction mais lucide. "Les gens sont responsabilisés, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg."

Même constat pour Emilie Dumont-Dayot, de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage de Martinique. Si l'interdiction des sacs jetables permet "de régler le problème des déchets plastiques à la source", elle rappelle que les tortues avalent toutes sortes d'autres déchets, comme celle qui avait ingéré une pelote de fil en nylon utilisée par les pêcheurs.

Même en petits morceaux, le sac plastique reste indigeste. Il se retrouve en microparticules dans l'estomac des tortues ou poissons, souligne Mariane Aimar, responsable pédagogique de l'Ecole de la mer, en Guadeloupe. Pour elle, il faudrait une concertation régionale dans toute la Caraïbe, pour en finir avec les sacs. "Si tout le monde arrête vraiment, on peut s'attendre à des effets dès l'année prochaine."
En Polynésie et Nouvelle-Calédonie, où l'environnement est une compétence locale et non nationale, l'interdiction des sacs plastiques n'est pas applicable, mais les autorités y réfléchissent.

"Les sacs ont un impact important sur la faune marine. Il faut trouver une alternative", insiste Matthieu Petit, biologiste responsable de la clinique des tortues de Moorea, en Polynésie. "Il faut qu'on bannisse le plastique des océans." Une nécessité aussi pour Marc Oremus, du WWF à Nouméa. Les sacs jetables sont "un fléau pour les cétacés, les tortues, les oiseaux", dit-il, évoquant ces deux baleines à bec échouées dans le sud de l'île, des sacs dans l'estomac. Ils dégradent aussi les mangroves en se coinçant dans les racines de palétuviers, souligne l'association environnementale Caledoclean.

A Mayotte, l'interdiction des sacs plastiques à usage unique est intervenue en 2006. Un arrêté préfectoral avait anticipé leur impact néfaste sur l'environnement, et notamment sur les espèces animales fréquentant le lagon.

Il ne reste dans l'île que les sacs plastiques alimentaires, plus fins, qui ne seront interdits qu'au 1er janvier 2017 dans toute la France. Mais déjà en 2014, "le spectacle de sacs plastiques accrochés aux racines de palétuviers était beaucoup moins fréquent", a salué l'association Les Naturalistes de Mayotte.

Du côté des commerçants, l'interdiction a été bien anticipée et n'est plus un sujet, souligne la Fédération des entreprises d'Outre-mer (Fedom). "Nous avons éliminé les sacs de caisse depuis très longtemps dans la plupart des enseignes", précise Alex Alivon, secrétaire général de la grande distribution en Martinique. "Ils ont été remplacés par les cabas payants et réutilisables et la clientèle s'en accommode très bien."

Dans l'ouest guyanais, les commerçants ont même devancé l'interdiction. Ils ne distribuent plus de sacs plastiques "depuis le 1er mars, parce que ça fait trop longtemps qu'on attend", explique Alain Chung, président de Saint Fa Foei Kon, association chinoise de Saint-Laurent du Maroni qui rassemble 150 points de vente. Il dit économiser "6.000 sacs par mois" dans ses deux supérettes. Selon lui, 30% de la population "commence à venir avec ses sacs", mais "les sachets" constituent encore un "point de discorde dans les magasins". Désormais, il propose les cabas, payants, ainsi que des sacs bio, à 10 centimes. Problème, le fournisseur de sac bio "est déjà en rupture depuis un mois".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.