Joyeux anniversaire au canal du Midi qui fête ses 350 ans !

Vendredi 8 juillet 2016 à 7h19

Lancé il y a 350 ans grâce à l'acharnement d'un visionnaire, le canal du Midi doit aujourd'hui concilier un succès touristique dopé par le classement à l'Unesco il y a 20 ans avec le souci de préservation du patrimoine.

Lancé il y a 350 ans grâce à l'acharnement d'un visionnaire, le canal du Midi doit aujourd'hui concilier un succès touristique dopé par le classement à l'Unesco il y a 20 ans avec le souci de préservation du patrimoine.

Le 7 octobre 1666, "Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France", ordonne la construction d'un "moyen de désenclaver le Languedoc et d'apporter une certaine richesse liée à un meilleur résultat pour le transport des marchandises et des passagers": c'est ainsi que le roi Soleil lance l'un des plus grands chantiers de l'Histoire pour relier "les deux mers Océane et Méditerranée" et réaliser l'ambition d'un homme, Pierre-Paul Riquet. L'ingénieur est alors "fermier des gabelles" : il recouvre la taxe sur le sel pour le compte du roi. L'or blanc, récolté aux bords de la Méditerranée, est à l'époque laborieusement transporté par voie terrestre sur des centaines de kilomètres. Riquet, "un très bon homme d'affaires", voit dans un canal le moyen de "gagner plus d'argent", résume Samuel Vannier, archiviste aux Voies navigables de France (VNF), qui gèrent le canal du Midi.

L'idée d'une jonction des deux mers ressurgit régulièrement depuis 1539, et le père de Riquet, un notable de Béziers, avait lui-même rejeté en 1618 un projet jugé irréalisable. Car le rêve de relier Toulouse à Sète (Hérault) se heurte à la difficulté de trouver l'eau pour maintenir une voie maritime. Pierre-Paul Riquet trouve la solution : il propose d'utiliser les cours de la Montagne noire, située à l'extrémité sud-ouest du Massif central. Le riche propriétaire du domaine de Bonrepos, près de Toulouse, offre en outre d'avancer les frais de construction. Les travaux débuteront en janvier 1667 pour ne s'achever qu'en juillet 1684, après six ans de retard et de nombreuses péripéties.

Un gouffre financier

Car le projet a bien failli ne pas aboutir. Fin 1678, au moment où Riquet aurait dû annoncer la fin des travaux, il doit reconnaître qu'il reste d'importants ouvrages à bâtir, en particulier un tunnel qu'il s'entête à vouloir creuser à travers une colline héraultaise. Ses détracteurs annoncent son échec, persuadés que ce bien nommé tunnel du Malpas (pour "mauvais passage") ne peut être percé. Colbert, qui gère les finances du roi, ordonne l'arrêt des travaux mais Riquet effectue malgré tout le percement et met Colbert devant le fait accompli : il a réussi. Le canal a cependant dépassé le budget initial de 70%. "Riquet va y investir sa fortune", explique M. Vannier, co-auteur du livre "Le Canal du Midi" (éditions Loubatières). Riquet meurt le 1er octobre 1680 à la tête de la seigneurie du canal du Midi mais il est ruiné, sans même avoir vu son rêve achevé. Car ce n'est qu'en 1681 que l'inauguration - encore partielle - aura lieu. Ses fils, eux, réussiront à faire fortune jusqu'à la venue du chemin de fer, au milieu du XIXe siècle.
L'Etat rachète le canal menacé d'abandon, en 1898. L'inauguration de l'Autoroute des deux mers, en 1979, achèvera de le rendre obsolète en tant que moyen de transport.

Aujourd'hui, "le canal du Midi est devenu une image, celle du rêve, du soleil, du patrimoine, encore renforcée par le classement à l'Unesco en 1996, qui a porté sa renommée au niveau international", explique Jacques Noisette, directeur de la communication aux VNF. Le tourisme fluvial a bondi de 40% de 1996 à 2000 mais "la coupe n'est pas encore pleine", assure M. Noisette, même si on atteint une limite. "Oui, le canal est victime de son succès", reconnaît-il.

L'ouvrage de 240 km de long sur 50 m de large doit être partagé non seulement entre les quelque 10.000 bateaux qui l'empruntent chaque année mais aussi avec le million de visiteurs qui fréquentent ses berges. "C'est un système de double pédalage assez délicat entre le développement économique et la préservation car c'est un patrimoine mais qui sert encore", rappelle M. Noisette


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.