L'Australie a une peur bleue du requin

Vendredi 8 juillet 2016 à 14h39

Depuis que Garry Meredith, surfeur et vétéran du secourisme en mer, s'est précipité au chevet d'un bodyboardeur mutilé par un grand requin blanc en Australie, il n'a pas pu remonter sur sa planche.

Depuis que Garry Meredith, surfeur et vétéran du secourisme en mer, s'est précipité au chevet d'un bodyboardeur mutilé par un grand requin blanc en Australie, il n'a pas pu remonter sur sa planche.

C'était il y a un an : Matt Lee s'est vidé de son sang après avoir été mordu aux deux jambes par un squale de quatre mètres. Il a survécu mais Gary Meredith est hanté par le souvenir de cette attaque survenue à Lighthouse Beach, plage de Ballina, localité pittoresque de la côte orientale australienne.

La plage et le surf sont un art de vivre à Ballina mais de nombreux habitants s'inquiètent de l'augmentation du nombre d'attaques de requins, qu'on voit de plus en plus fréquemment au large des côtes. "Après cette expérience, j'ai complètement arrêté le surf", raconte à l'AFP le sauveteur qui a aidé l'équipe médicale à contenir l'hémorragie. "J'y retournerai, un jour, mais je ne suis pas encore prêt".

D'après le zoo de Taronga de Sydney, qui recense les attaques de squales au large des côtes de l'île-continent, il y en a eu 22 en 2015, dont une mortelle, contre 11 en 2014 et 10 en 2013. Bon nombre d'entre elles se sont produites sur 60 kilomètres de côtes entre Evans Head et Byron Bay, en Nouvelle-Galles du Sud. Ballina, un pointbreak convoité, est situé au milieu.

La région, réputée pour ses plages de sable blanc et la rugosité de ses côtes, est un aimant à surfeurs mais la peur règne. Certains "bodyboardeurs ne veulent plus y retourner ou ne sont pas encore prêts à y retourner. Je crois qu'ils ont peur", souligne Gary Meredith. "Mais à côté de ça, il y a les irréductibles qui ont besoin de surfer tous les jours et qui vont prendre le risque".

Tadashi Nakahara, un surfeur japonais, est mort à Ballina en février 2015 après avoir eu les jambes arrachées par un grand blanc - une espèce protégée - et des voix se sont élevées pour demander l'abattage des squales. Mais le maire de Ballina, David Wright, ne veut pas en entendre parler. "Je pense que l'abattage d'animaux quels qu'ils soient est une façon préhistorique de gérer les choses", dit-il à l'AFP. "On ne tue pas" un être vivant uniquement "parce qu'on ne s'entend pas avec".

Mais il n'y a aucun consensus sur la façon de prévenir les attaques. Les gouvernements des différents Etats situés sur le long des quelque 30.000 kilomètres de côtes agissent en ordre dispersé. Les hameçons équipés d'appâts accrochés à des balises flottantes au large des plages sont critiqués par les défenseurs de l'environnement car ils tuent d'autres animaux marins.

En Australie occidentale, où plus d'une dizaine d'attaques mortelles se sont produites depuis 2000, les autorités ont dû abandonner leur politique controversée d'élimination des squales, au profit entre autres de patrouilles aériennes.

La Nouvelle-Galles du Sud utilise des méthodes douces pour réduire les possibilités de rencontres entre l'homme et l'animal, surveillance aérienne, barrières de protection en plastique... Mais ce n'est pas facile. A Ballina par exemple, deux de ces barrières ont été détruites par les courants.

D'après l'Université de Floride, 98 attaques de requins se sont produites en 2015, un record. L'île française de la Réunion a subi proportionnellement le plus d'attaques mortelles, avec deux sur six recensées dans le monde. Pour George Burgess, directeur de cette université qui recueille les statistiques sur le sujet depuis 1958, l'augmentation pourrait s'expliquer par la hausse des températures des océans due au changement climatique. Celle-ci a contribué à ce que les squales s'aventurent dans des régions plus au sud et plus au nord, élargissant les zones où ils vivent et se nourrissent. La croissance démographique est également en cause, juge-t-il, car davantage de gens se baignent.

Pour sa part, Rob Harcourt, spécialiste d'écologie marine à l'Université de Macquarie souligne que faute de données à long terme, il est difficile d'expliquer les attaques en série survenues en Australie. A Ballina, secouristes, pêcheurs et serveurs disent en tout cas qu'ils voient plus de requins qu'auparavant, et de plus en plus près du rivage. "On en a repéré très près dans l'écume, à 10 mètres - et encore - de la plage", dit Gary Meredith. "On nous a dit qu'ils cherchaient à manger".

Dave Pearson, fondateur de "Bite Club", un groupe de survivants à quelques centaines de kilomètres de là au sud de Ballina, a été attaqué en 2011 par un requin-bouledogue de trois mètres, qui l'a mordu au bras jusqu'à l'os. "Pour mes potes et moi, cela ne finit jamais", dit-il, expliquant qu'il faut se concentrer sur l'aide post-attaques. Celles-ci ont un coût "en termes de santé mentale, en kinésithérapie" et la communauté "doit fournir ces services".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.