"Instinct de survie": le requin est une caricature selon les scientifiques et les ONG

Mercredi 17 août 2016 à 7h10

Plus de 40 ans après "Les dents de la mer", le requin est le héros terrifiant du thriller "Instinct de survie", au grand dam de scientifiques et d'ONG qui dénoncent une vision caricaturale de cet animal moins meurtrier que les accidents de selfies.

Plus de 40 ans après "Les dents de la mer", le requin est le héros terrifiant du thriller "Instinct de survie", au grand dam de scientifiques et d'ONG qui dénoncent une vision caricaturale de cet animal moins meurtrier que les accidents de selfies.

Ce film signé Jaume Collet-Serra, en salles à partir de mercredi, relate l'attaque d'une jeune surfeuse (Blake Lively) par un grand requin blanc. "Hollywood, très certainement à la recherche d'un succès d'audience et financier, ressort une recette éculée: montrer le grand requin blanc comme un affreux chasseur de chair humaine", déplore Robert Calcagno, directeur général de l'Institut océanographique de Monaco.

Il y a 41 ans, quand est sorti le film de Steven Spielberg, "notre connaissance de la biologie des requins et des équilibres dans les océans était moins élaborée", rappelle-t-il. Aujourd'hui, "c'est vraiment caricaturer sciemment, en toute connaissance de cause, une espèce animale".

L'année 2015 a certes connu un nombre record d'attaques (98) mais elles n'ont fait que six morts, selon l'Isaf (International Shark Attack File), une banque de données basée à l'Université de Floride. Le précédent record était de 88 attaques, en 2000.

En moyenne, les attaques de requins, toujours très médiatisées, font une dizaine de morts par an.

A titre de comparaison, les crocodiles tuent chaque année un millier de personnes et les serpents 50.000, rappelle l'Institut océanographique. "Il y a eu plus de morts en 2014 à cause des selfies qu'à cause des requins: 14 contre 12", ironise Denis Ody, responsable du pôle Océans au WWF.

Seules cinq espèces de requins sur 500 sont dangereuses pour l'homme, dont le grand requin blanc, le requin-tigre et le requin-bouledogue, à l'origine de la plupart des accidents.

En fait, "le requin a plus peur de l'homme que le contraire, il n'a aucun intérêt à l'attaquer, ce n'est pas une proie", souligne M. Ody.

Surfeur ou otarie ?

Les requins se nourrissent essentiellement de poissons, contribuant ainsi à réguler leurs populations, et complètent éventuellement leur menu avec des crustacés, des mollusques, voire des tortues et des mammifères marins.

Quand un requin attaque un baigneur ou un surfeur, c'est souvent "une méprise", explique M. Ody. Il aura par exemple pris le surfeur sur sa planche pour une tortue ou une otarie.

Si les accidents se multiplient, c'est parce qu'"il y a de plus en plus d'amoureux des sports nautiques", ce qui augmente statistiquement le risque de rencontres entre le requin et l'homme, souligne Catherine Vadon, océanographe et maître de conférence au Muséum d'histoire naturelle. En outre, il n'est "pas sûr que les consignes de sécurité soient toujours respectées".

Selon Georges Burgess, de l'Université de Floride, cette augmentation du nombre d'accidents pourrait aussi s'expliquer par la hausse des températures des océans due au changement climatique: elle a contribué à ce que les requins élargissent les zones où ils vivent et se nourrissent.

Reste que dans le rapport homme-requin, les squales paient le plus lourd tribut: environ 100 millions de requins sont pêchés tous les ans, notamment pour leurs ailerons, utilisés pour une soupe très prisée en Asie, rappelle M. Calcagno. "De très nombreuses espèces ont vu leur population diminuer de 70-80%". "Si elle continue, la surpêche va nous mener dans quelques années à une extinction de plusieurs espèces de requin", avertit Mme Vadon. Ils "existent dans l'océan depuis 400 millions d'années, en quelques décennies, on va les faire disparaître".

Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), un quart des requins sont menacés d'extinction. Le requin-tigre, recherché pour ses dents vendues comme trophées, et le requin-marteau figurent parmi les plus menacés, précise Mme Vadon.

Il est urgent d'apprendre à "vivre avec les requins", résume M. Calcagno.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.