Les secrets des méduses

Mardi 16 août 2016 à 17h10

2016 est une année à méduses. Mauvais nouvelle non seulement pour nos vacances mais aussi pour le stock halieutique qui diminue avec la prolifération des méduses ! Pourtant les méduses sont des créatures fascinantes, aux vertus parfois insoupçonnées… Naustime.com vous propose une liste d’anecdotes surprenantes sur cet animal mystérieux.

2016 est une année à méduses. Mauvais nouvelle non seulement pour nos vacances mais aussi pour le stock halieutique qui diminue avec la prolifération des méduses ! Pourtant les méduses sont des créatures fascinantes, aux vertus parfois insoupçonnées… Naustime.com vous propose une liste d’anecdotes surprenantes sur cet animal mystérieux.

Les scientifiques ont découvert une méduse immortelle

Mesurant seulement quelques millimètres, la méduse turritospsis nutricula a pourtant une particularité extraordinaire. Elle est immortelle. En effet, elle naît sous la forme de polype, se transforme ensuite en méduse, mais elle peut également redevenir polype après sa maturité sexuelle, puis de nouveau méduse, et ainsi de suite, tel un Benjamin Button des fonds marins. Elle est seulement potentiellement immortelle, dans le sens qu’elle peut toujours être tuée par un prédateur ou être victime d’un accident par exemple. En réalité cette capacité d’inverser son processus de vieillissement résulte plus du clonage que de l’immortalité En redevant polype elle donne en fait naissance à un clone d’elle-même. Cette découverte pourrait être utile pour la recherche médicale et notamment pour la recherche sur le cycle de vie des cellules du corps humain.

Les méduses au service de la science

Une des protéines produites par une espèce de méduses, la GFP, a même fait l'objet d'un prix Nobel de chimie en 2008 ! En effet, l’aequorea victoria a la particularité de produire une protéine fluorescente verte. Cette protéine GFP a été découverte par le scientifique Osamu Shimomura dès 1962, mais ce n’est vraiment que vers la fin des années 80 que son potentiel scientifique est pleinement mis en œuvre. Le gène de cette protéine peut être fusionné in vitro aux gènes d’une protéine que l’on souhaite étudier, pour la rendre plus traçable. Cette protéine permet donc d’étudier l’évolution d’autres protéines, comme la croissance d’une tumeur. Plus récemment, le gène fluorescent a été inoculé à une chatte, rendue résistante au FIV, le Virus de l'immunodéficience féline (FIV), grâce à une modification génétique. Le gène fluorescent s’est associé au gène d’immunité contre le FIV. Lorsque la chatte a eu des chatons, certains d’entre eux étaient ainsi devenus fluorescents à la lumière UV, prouvant que l’immunité avait été transmise. Les méduses pourraient donc apporter des informations utiles dans la recherche contre le sida !

Les méduses sont comestibles

Enfin pas toutes ! Une variété de méduses venue de Chine, la rhopilemer esculenta, si vidée de son venin, est une excellente source de protéines et de glucides. Servies dans les restaurants en Asie et dans certains restaurant de la Capitale, elles se dégustent en salade ; et contrairement aux apparences, elles ne sont ni gélatineuses, ni visqueuses, mais plutôt croquantes ! Des étudiants japonais ont même créé des caramels au beurre salé à base de poudre de méduses !

Une méduse peut mesurer jusqu’à deux mètres 

La méduse cyanea capillata, aussi surnommée méduse à crinière de lion à cause de ses nombreuses tentacules en forme de chevelure, peut mesurer jusqu’à deux mètres de largeur et avoir des tentacules mesurant jusqu’à 30 mètres de longueur. C’est la méduse la plus grande du monde. On la rencontre surtout dans les eaux froides, dans le Nord de l’Atlantique, le Pacifique ou bien encore à l’ouest de la Baltique.
Et attention, en plus d’être géante, elle est aussi particulièrement dangereuse !

Les méduses ont un estomac mais pas de cerveau

Composée à 98% d’eau, les méduses n’ont ni cerveau, ni cœur, ni poumons. En revanche elles ont un estomac et même une bouche située sous leur ombrelle. Difficile d’imaginer la méduse manger quelque chose. Elle est pourtant bel et bien carnivore ! La méduse ne chasse pas sa proie mais attend que celle-ci tombe entre ses filets. Elle attrape ainsi ses proies (crevettes, petits crabes et autres crustacés) grâce à ses tentacules qu'elle paralyse ensuite avec son venin.

Certaines méduses peuvent tuer

Si les méduses que nous rencontrons sur les côtes françaises sont inoffensives, certaines méduses sont extrêmement dangereuses. Parmi elles notamment, les méduses-boîtes, reconnaissables par leur ombrelle en forme de cube. Au sein de ces méduses-boîtes on trouve plus particulièrement la chironex fleckeri, surnommée « l’animal le plus venimeux du monde ». Son venin peut provoquer un arrêt cardiaque entraînant la mort. On la trouve au Sud-Est de l’Asie, ainsi qu’en Australie. Encore plus inquiétant, contrairement aux autres méduses, elle ne se laisse pas dériver mais peut nager de son propre chef afin de chasser ses proies. Mais rassurez-vous les décès restent rares et la plupart des personnes intoxiquées, s’en sortent avec « seulement » une intense douleur.

Des méduses au service de la nanotechnologie

Nouvelle découverte sur les méduses : elles seraient dotées d’une grande capacité d’absorption des liquides ! Une université israélienne a en effet découvert qu’elles pourraient absorber de grandes quantités d’eau ou de sang. De quoi donner des idées aux industriels ! Une entreprise a donc décidé d’utiliser les chairs de méduses pour créer un composant que l’on pourrait retrouver dans les couches ou les protections hygiéniques ! En plus d’être très absorbant, ce composant serait bien plus biodégradable que les matériaux synthétiques actuellement sur le marché !

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.