Croisière de luxe dans l'Arctique : "un bras d'honneur à ce qu'il reste de la planète"

Vendredi 26 août 2016 à 6h28

C'était un voyage encore impossible il y a quelques années: naviguer entre le Pacifique et l'Atlantique par le passage du Nord-Ouest. Grâce, ou à cause, du changement climatique, une croisière de luxe vient de prendre le large dans l'Arctique.

C'était un voyage encore impossible il y a quelques années: naviguer entre le Pacifique et l'Atlantique par le passage du Nord-Ouest. Grâce, ou à cause, du changement climatique, une croisière de luxe vient de prendre le large dans l'Arctique.

Le Crystal Serenity a embarqué près de 1.700 personnes, dont un millier de passagers, pour une croisière sans précédent, s'aventurant là où autrefois la banquise ne fondait jamais. Ce voyage inaugural d'un mois a suscité enthousiasme, mais également critiques de la part d'organisations environnementales.

Parti de Seward en Alaska le 16 août, le bateau de croisière de 250 mètres de longueur doit rallier New York le 17 septembre, après avoir croisé près du Groenland. Il est chaperonné par le RRS Shackleton, un brise-glaces de ravitaillement britannique. C'est la première fois qu'un bateau de croisière de cette taille s'engage dans le mythique passage du Nord-Ouest, voie maritime d'environ 1.500 km rendue navigable avec la hausse des températures et la fonte des glaces. L'Arctique, l'un des derniers endroits préservés de la Terre, est désormais accessible.

Les passagers ont déboursé entre 22.000 et 120.000 dollars pour cette traversée inédite qui a nécessité trois ans de préparatifs pour éviter tout écueil notamment la mésaventure du Titanic. Chacun a également dû souscrire une assurance de 50.000 dollars en cas d'évacuation en urgence.

Le navire de 350 millions de dollars devrait atteindre les territoires du nord-ouest vendredi et terminer l'étape arctique de son périple le 4 septembre, avant de rallier New York. "Chaque aspect de ce voyage est absolument sans précédent dans l'industrie de la croisière de luxe, et quasiment dans l'industrie du voyage en général", a relevé Edie Rodriguez, patron de la compagnie Crystal, dans un communiqué.

Les croisiéristes peuvent se divertir avec des survols en hélicoptères de glaciers, d'ours polaires et autres sites naturels. Les treize niveaux offrent aussi un centre de remise en forme, un spa, des piscines, restaurants et boutiques de luxe. "C'est une entreprise formidable que de s'engager dans un voyage si historique, mais également un honneur d'être en mesure d'offrir aux voyageurs les plus perspicaces au monde l'opportunité de découvrir une région où si peu d'autres sont allés ou iront", a ajouté M. Rodriguez.

Mais tout le monde ne voit pas ce voyage d'un bon oeil. La société de croisières, prise à partie par les écologistes, est accusée de capitaliser sur la destruction de la planète.

- 'Abomination' -

Le site d'informations Slate a publié une critique cinglante, relevant que la croisière constituait un nouvel exemple d'une société obnubilée par la consommation qui ne recule devant rien. "C'est un voyage historique, qui marque l'ouverture d'une des dernières frontières de la Terre", a écrit le journaliste Will Oremus. "C'est aussi une abomination --un énorme, consommateur de diesel, déverseur de déchets, destructeur de banquise, bras d'honneur à ce qu'il reste de la planète", a-t-il dénoncé.

De son côté, l'une des responsables du Fonds mondial pour la nature (WWF) a reconnu que la compagnie de croisières avait pris des mesures pour limiter l'impact sur l'environnement, en particulier en n'utilisant pas de mazout lourd et en se délestant des eaux usées au-delà de 12 miles nautiques des côtes (22 km). Mais Elena Agarkova s'est inquiétée auprès de l'AFP pour la sécurité et la protection de la vie sauvage et des populations indigènes. "A l'heure actuelle, nous ne disposons pas de règlements adéquats pour réduire les risques sur la nature sauvage et sur les gens, pas plus que la capacité de réaction nécessaire en cas d'accident", a-t-elle souligné.

Selon elle, à mesure que le changement climatique s'installe et que le trafic maritime commercial et de loisirs augmente en Arctique, il convient que les gouvernements à titre individuel et collectif se mobilisent pour encadrer ces activités. "Les bateaux de croisières de la taille du Crystal Serenity sont en réalité de grandes villes", a-t-elle fait valoir. Avec 1.700 personnes à bord, "ils vont décharger des milliers de litres d'eaux usées". Même relâchés loin des côtes, ces déchets vont entrer chaque jour dans un écosystème quasi-immaculé. "Et, bien sûr, plus on aura de navires, plus grand sera l'impact et plus il y aura de déchets dans ces régions plutôt préservées".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.