Ces navires qui ont fait l’Histoire : le cuirassé Potemkine

Jeudi 25 août 2016 à 15h02

La sortie, il y a quelques jours du dernier Star Trek Sans limites, a donné à la Rédaction l’envie de se replonger dans l’histoire du cuirassé Potemkine. A priori, rien à voir ! Pourtant le célèbre bateau russe du siècle dernier, a inspiré la série de science-fiction, qui a donné son nom à l’un de ses vaisseaux spatiaux ! Et c’est loin d'être la première fois que le navire inspire les artistes ! Retour sur l’histoire d’un navire qui a fait l’Histoire.

La sortie, il y a quelques jours du dernier Star Trek Sans limites, a donné à la Rédaction l’envie de se replonger dans l’histoire du cuirassé Potemkine. A priori, rien à voir ! Pourtant le célèbre bateau russe du siècle dernier, a inspiré la série de science-fiction, qui a donné son nom à l’un de ses vaisseaux spatiaux ! Et c’est loin d'être la première fois que le navire inspire les artistes ! Retour sur l’histoire d’un navire qui a fait l’Histoire.

L’histoire du Potemkine est intimement liée au cinéma. En effet, le navire est l’élément central du film soviétique muet de Serguei Eisenstein : Le cuirassé Potemkine (1925). Dans ce film en noir et blanc, le cuirassé devient le symbole des inégalités sociales en Russie au début du XXème siècle. Ce film, conçu pour commémorer la révolution avortée de 1905, est considéré comme l’un des plus grands films de propagande au monde et a fait entrer le Potemkine à jamais dans la postérité.

Avant d’être l’objet d’un film, Le Potemkine, de son vrai nom, Kniaz Potiomkine Tavritcheski est avant tout un navire de guerre, un cuirassé en acier de la flotte russe. Destiné à être un héros de guerre, il hérité son nom de Grigori Potemkine, militaire russe du 18ème siècle.

Ce massif cuirassier en acier fait partie des cuirassés dits « pré-Dreadnought », construits entre 1890 et 1905 afin de remplacer les navires à coque en fer. Ce massif bateau de 113 mètres de long pour 21,75 mètres de large, comprend tous les éléments d’artilleries des cuirassés de la période : deux tourelles doubles, 16 canons de 152 capables de transpercer les coques des cuirassés ennemis et 5 tubes lance-torpilles de 380 mm.

Sa construction, qui débute en 1898, s’inscrit dans la stratégie d’expansion navale de la Russie pour s’imposer en Extrême-Orient face aux Japonais. Mais en 1905, lorsque le navire est mis à la mer, le contexte politique et militaire a déjà beaucoup évolué. Six ans plus tard, la guerre sino-japonaise bat son plein et la Russie est en déroute face aux Japonais. En août 1904 la flotte de Vladivostok est détruite et le 2 janvier 1905, Port Arthur capitule face au Japonais. Le Tsar Nicolas II est affaibli et c’est dans ce contexte tourmenté que la mutinerie du Potemkine va avoir lieu.

Le 27 juin 1905, la mutinerie éclate après qu’un matelot ait découvert que la viande servie à l’équipage était avariée. La situation dégénère rapidement sur le bateau. Les marins refusent de manger la viande avariée et se révoltent. Leur chef est assassiné par le commandant du bateau. En réponse, le commandant est tué, ainsi que certains des officiers, par les marins. C’est une escalade de violence. Le bateau accoste dans la ville d’Odessa, où les ouvriers sont eux même en grève et sévèrement réprimés par la cavalerie cosaque. Les mutins font alliance avec la population et s’insurgent dans la ville le 28 juin. Manifestations, pillages, incendies : la ville portuaire est en sang. L’état de guerre est proclamé. La sédition est durement réprimée et des milliers d’émeutiers sont tués par les cosaques.

La rumeur de l’arrivée de deux escadrons envoyés par le gouvernement pour couler le Potemkine, pousse le cuirassé à quitter la ville. Le Potemkine se rend en Roumanie pour éviter d'être arrêté par le gouvernement russe. Là bas, il est rebaptisé Saint-Pantéleimon. Il retrouvera son nom brièvement en mai 1917, avant de prendre le nom de « Combattants de la liberté » un mois plus tard. Il est détruit en 1919 après que des officiers aient sabordé le bateau à Sébastopol pour éviter aux bolcheviks de s’en emparer…

Fin tragique et injuste pour un bateau qui a eu un rôle clé dans l’Histoire du XXème siècle, en portant les germes de la révolution russe de 1917.

Lénine dira de lui qu’il est "le premier territoire invaincu de la Révolution."



L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.