La Méditerranée, mer des nacres

Dimanche 28 août 2016 à 14h46

La grande nacre de Méditerranée est le deuxième plus grand coquillage au monde après le bénitier tropical (Tridacna gigas) : elle peut atteindre 1,20 m de hauteur. Espèce endémique du bassin, connue depuis des siècles, convoitée, surexploitée, désormais protégée mais toujours menacée, la grande nacre continue de fasciner ; elle est aujourd'hui l'objet de toutes les attentions.

La grande nacre de Méditerranée est le deuxième plus grand coquillage au monde après le bénitier tropical (Tridacna gigas) : elle peut atteindre 1,20 m de hauteur. Espèce endémique du bassin, connue depuis des siècles, convoitée, surexploitée, désormais protégée mais toujours menacée, la grande nacre continue de fasciner ; elle est aujourd'hui l'objet de toutes les attentions.

Enfouie par sa pointe dans le sédiment, légèrement inclinée vers le courant les valves entrouvertes, la grande nacre filtre patiemment sa nourriture - particules planctoniques et matières organiques. Davantage, tout du moins, que la moule ou l'huître, qui avalent 100 et 40 litres d'eau par 24 heures quand elle filtre un peu plus de 6 litres. Elle ne devrait pas être dérangée, cachée dans l'herbier dense de posidonie, son biotope de prédilection. Qu'un prédateur survienne - la daurade royale (Sparus aurata) et le poulpe (Octopus vulgaris) sont les plus redoutables -, elle fermera instantanément ses deux valves articulées par un muscle puissant. De même à l'approche d'un visiteur en plongée ou en palmes-masque-tuba s'il manque de discrétion ; pour l'ancre d'un bateau s'abattant, c'est moins évident… Certains scientifiques pensent que le petit crabe pinnothère (parfois une petite crevette) qu'elle abrite et qu'elle nourrit la prévient du danger, d'autres estiment qu'il ne fait que profiter, quand il n'est pas considéré comme parasite.

Reine des bivalves

Pinna nobilis
est une espèce à l'hermaphrodisme alternant : elle est mâle et femelle, mais pas au même moment. L'activité sexuelle bat son plein en été, de juin à août, avec des émissions successives de gamètes pour une fécondation en pleine eau. Dans des conditions optimales, la grande nacre de Méditerranée peut vivre 40 ans et mesurer 1,20 m. À cet âge, sa coquille est un hôte de choix pour de nombreux organismes épibiontes (qui se servent d'une autre espèce comme support) : ascidies, algues, huîtres plates. Mais c'est compter sans de multiples menaces : en premier lieu la régression des herbiers à posidonie, son habitat, lui aussi endémique à la Méditerranée ; la destruction par les ancres de bateaux ; les rejets toxiques et la pollution en mer, qui impactent le recrutement annuel des jeunes par destruction des larves ; le chalutage ; le prélèvement par les plongeurs… Autant dire que les vieux spécimens sont devenus rares.
Le plus grand coquillage de Méditerranée a toujours fasciné. Par sa grandeur, sa couleur fauve apparentée à l'or, l'intérieur de ses valves délicatement nacré, ses prétendus pouvoirs. Son byssus - les filaments par lesquels elle s'ancre au substrat - fut largement exploité de l'Antiquité au Moyen-Âge pour confectionner tissus, gants, bas, vêtements, tandis que sa nacre servait à la fabrication de boutons. On utilisait aussi le byssus pour soulager les infections ORL, ou l'on prêtait à l'animal des vertus aphrodisiaques et l'on s'en délectait.

Protection fragile

L'espèce est protégée en France depuis 1992. Elle l'est également aux niveaux européen et international*. Mais notre monde moderne ne l'épargne pas plus. Les aménagements du littoral et le mouillage forain de plaisance (dans les posidonies !) nuisent fortement à cette espèce de petits fonds. Le chalutage est un autre fléau, global. Bon gré mal gré, la grande nacre conserve sa place au sein des herbiers.

Les études sur Pinna nobilis ont commencé au début des années 1970, avec les premiers inventaires d'espèce réalisés dans le Parc national de Port-Cros. Aujourd'hui, les suivis écologiques sont réguliers sur une majeure partie du littoral méditerranéen français (en Méditerranée occidentale, l'Espagne, l'Italie, la Tunisie, la Croatie sont également impliqués) : au Cap d'Agde (Site Natura 2000 Posidonies du Cap d'Agde), dans les eaux peu profondes du Parc marin de la Côte Bleue, autour de l'île des Embiez… La Réserve marine de Cerbère-Banyuls conduit actuellement un programme avec le Criobe (Centre de recherches insulaires et observatoire de l'environnement) : cartographie, mesures, prélèvements génétiques sont effectués. Sur 2 600 m2 d'herbiers prospectés dans la baie de Peyrefite, plus de 400 grandes nacres ont été inventoriées et 260 prélèvements ont pu être effectués sur les spécimens adultes. La réserve enregistre aussi de forts recrutements ces dernières années, notamment sur la côte rocheuse des Albères, avec quatre fois plus de jeunes individus (taille inférieure à 24 cm) recensés que d'adultes (81 % - 19 %). Elle n'est pas la seule : les Réserves naturelles de Scandola ou des Bouches de Bonifacio en Corse, le Parc national de Port-Cros, voient aussi s'épanouir de jeunes nacres dans leurs herbiers ; mais une fois de plus, il s'agit là d'aires marines protégées. Sur ces deux îles, les efforts portent sur les programmes de réimplantation. L'opération est longue et délicate : il faut capter les larves de la grande nacre, les élever dans des casiers en mer, à l'abri des prédateurs… Si tout va bien, au bout d'un an, les jeunes Pinna pourront être réimplantées en bordure d'herbier. Là où elles doivent être.

* La pêche, le ramassage, le transport et la vente de grandes nacres sont interdits sur l’ensemble du bassin méditerranéen.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.