Energy Observer, le "Solar Impulse des mers", prépare son tour du monde

Lundi 12 septembre 2016 à 11h31

Du soleil et de l'eau, une pincée de vent, de l'hydrogène : Energy Observer, premier bateau écologique propulsé aux énergies renouvelables et à l'hydrogène, espère rééditer sur les eaux le tour du monde historique de l'avion Solar Impulse.

Du soleil et de l'eau, une pincée de vent, de l'hydrogène : Energy Observer, premier bateau écologique propulsé aux énergies renouvelables et à l'hydrogène, espère rééditer sur les eaux le tour du monde historique de l'avion Solar Impulse.

"Nous allons être le tout premier navire doté d'une chaîne de production d'hydrogène autonome", explique le Français Victorien Erussard, l'un des deux porteurs de ce projet, qui devrait être mis à flot en février 2017. A l'heure actuelle, le multicoque attend, sur le chantier naval de Saint-Malo, dans l'ouest de la France, ses panneaux solaires, ses éoliennes et sa "chaîne de production" d'hydrogène.

Une fois équipés, "nous alimenterons nos batteries avec l'énergie solaire et éolienne si le temps le permet, et ces batteries alimenteront ensuite nos moteurs électriques", explique Victorien Erussard, 37 ans, officier de marine marchande et coureur au large. Mais, "s'il n'y a pas de vent, de soleil, ou la nuit, c'est l'hydrogène stocké et fabriqué par électrolyse de l'eau, grâce aux panneaux solaires et aux deux éoliennes, qui prendra le relais", ajoute le capitaine.

Le catamaran, une ancienne bête de course qui a remporté en 1994 le trophée Jules Verne (un tour du monde à la voile en équipe et sans escale), a été racheté 500.000 euros et rallongé de six mètres, à 30,5 mètres, pour les besoins du projet, parrainé par l'écologiste Nicolas Hulot. "C'est le premier projet de ce type vraiment accompli, ambitieux et tourné vers le futur que je soutiens", déclare à l'AFP l'ancien envoyé spécial du président François Hollande pour la protection de la planète. Pour lui, le projet est "très prometteur en matière de transport maritime, Energy Observer va faire la démonstration qu'on peut avoir une grande autonomie, qu'on peut stocker et trouver de l'énergie quand il n'y a plus de vent, plus de soleil".

L'exploit d'Energy Observer réside en effet dans la production et le stockage in situ d'hydrogène, fabriqué à partir d'énergies renouvelables et non d'énergies fossiles, comme c'est le cas aujourd'hui à 96%. "L'hydrogène n'est pas un carburant mais une manière de stocker l'énergie", précise Jérôme Delafosse, 45 ans, le second porteur du projet. "Au lieu d'avoir des batteries, nous remplissons des bouteilles d'hydrogène à haute pression et cet hydrogène pourra alimenter nos piles à combustible et produire de l'électricité", explique ce réalisateur de documentaires, également écrivain et scaphandrier professionnel.

Tour du monde en 6 ans

Conçu en partenariat avec une équipe d'architectes navals et l'institut de recherche CEA-Liten de Grenoble (centre-est), dédié aux technologies des énergies nouvelles, ce petit bijou de technologies vertes, qui a coûté 4,2 millions d'euros, sera testé en temps réel lors d'une expédition autour du monde prévue à partir de février 2017.

Alors qu'une dizaine d'ouvriers s'activent sur le chantier pour gommer les aspérités de sa coque, Energy Observer sera, à terme, "truffé de capteurs", véritable laboratoire ambulant pour le CEA-Liten.

Pour la directrice de cette institution, Florence Lambert, il s'agit d'un "super challenge". "Energy Observer est emblématique de ce que seront les réseaux énergétiques de demain, avec des solutions qui pourront même être déployées d'ici cinq ans", souligne-t-elle. "Il s'inscrit dans une nouvelle logique de stockage d'énergie. A titre d'exemple, les maisons de demain pourront intégrer un stockage d'hydrogène produit l'été et réutilisé l'hiver". Et comme le souligne le chef de projet au CEA-Liten, Didier Bouix, l'hydrogène "permet de stocker, à masse équivalente, 20 fois plus d'énergie" que les batteries, qui restent toutefois complémentaires.

Le tour du monde d'Energy Observer est prévu pour durer six ans. Après une prudente traversée de la Méditerranée, le catamaran s'aventurera sur l'Atlantique et le Pacifique. Au total, 101 escales sont programmées, de Cuba à Nouméa en passant par Goa, chacune associée à une thématique.

S'il reste à trouver des financements pour cette longue expédition, notamment pour mettre en place une exposition itinérante, l'équipe se dit "confiante". Et renvoie vers l'histoire de son mentor l'avion Solar Impulse, qui a réalisé "ce qu'on disait impossible", un tour du monde en volant jour et nuit à l'énergie solaire.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.