Sur l'île norvégienne d'Hitra, des saumons d'élevage moins nocifs pour l'océan

Mercredi 28 septembre 2016 à 7h07

Une quinzaine d'immenses filets circulaires flottent dans la paisible baie d'Hitra, une île sur la façade ouest de la Norvège : chacun renferme quelque 120.000 saumons élevés en tentant de minimiser les multiples impacts sur la nature de la florissante aquaculture nationale.

Une quinzaine d'immenses filets circulaires flottent dans la paisible baie d'Hitra, une île sur la façade ouest de la Norvège : chacun renferme quelque 120.000 saumons élevés en tentant de minimiser les multiples impacts sur la nature de la florissante aquaculture nationale.

"On ne peut pas dire qu'avec un million de tonnes de poissons produits dans le pays, il n'y a pas d'impact", convient Henri Lapeyrère, responsable du marché français pour l'entreprise de production Leroy, lors d'une visite d'un site d'élevage avec les équipes du WWF.

Comme toute l'aquaculture, l'élevage de saumons a des conséquences sur l'environnement : développement de parasites, dispersion de traitements (chimiques et antibiotiques) dans l'eau de mer, concentration de déjections, consommation de poissons de fourrage, fuite de saumons d'élevage dans l'océan...

La Norvège, qui a su pleinement profiter de l'engouement pour le saumon de l'Atlantique, est le premier producteur mondial de "salmo salar".

Sur une production mondiale de 2,3 millions de tonnes, elle "produit 1,2 million de tonnes, dont 95% sont exportés", indique Karoline Andaur de WWF Norvège. Un chiffre multiplié par deux entre 2005 et 2014. L'ONG souhaiterait d'ailleurs que les producteurs norvégiens s'en tiennent là et "améliorent leurs pratiques avant de grossir davantage".

Sous la pression d'ONG et de consommateurs plus exigeants, certains adoptent déjà des pratiques plus durables. "La société Leroy est parvenue à un impact limité, bien maîtrisé", assure Henri Lapeyrère.

A bord de la plateforme flottante regroupant une salle de contrôle informatisée, des cales chargées de tonnes de farines animales et végétales et une confortable pièce à vivre pour le personnel, le responsable de la ferme Ole Eskerod explique : "Les poissons sont là depuis un an, ils pesaient une centaine de grammes en arrivant et avoisinent aujourd'hui les trois kilos. D'ici décembre ou janvier, ils feront 5-6 kg et pourront être abattus".

- Label pour 'verdir' les pratiques -

"Cette ferme de Leroy a les meilleures pratiques que l'on peut exiger aujourd'hui", confirme Selim Azzi, responsable pêche durable au WWF France. "Ce qui ne doit pas éluder l'impact des fuites de poissons, le problème persistant des poux de mer (des parasites) et les conséquences sur les fonds marins", s'empresse-t-il d'ajouter.

A la surface des filets géants, les saumons font d'interminables concours de saut: "Ils ne sont pas les uns sur les autres, les filets font 50 mètres de diamètre et 30 mètres de profondeur", se félicite Henri Lapeyrère. En conformité avec les 97% d'eau pour 3% de poissons exigés par le gouvernement norvégien.

Comme d'autres producteurs norvégiens (Marine Harvest, SalMar, Cermaq, Norway Royal Salmon, etc), Leroy va au-delà de la réglementation nationale en répondant aux exigences du label délivré par Aquaculture stewarship council (ASC).

Part limitée de protéines animales dans la nourriture, traçabilité des farines et huiles végétales, réduction des traitements, limitation du taux de mortalité, de phosphate dans l'eau... Les critères sont nombreux "mais à la portée des producteurs", affirme Barbara Janker du label ASC.

L'industrie a encore du chemin à faire : "30% des élevages norvégiens sont ASC", précise-telle. "Grâce aux vaccins que nous administrons à chaque saumon, nous n'utilisons quasiment plus d'antibiotiques", explique Henri Lapeyrère. Dans un souci de préservation des ressources, "nous avons considérablement réduit les ingrédients d'origine marine - petits poissons réduits en farine - dans la nourriture", poursuit l'éleveur. "Aujourd'hui, 65% d'ingrédients sont d'origine végétale (soja et huile de palme notamment). Il y a 10-15 ans, c'était l'inverse".

Selon Barbara Janker, "la maitrise du développement des poux de mer est le plus difficile pour les industriels". Pour lutter contre ce parasite, "le diflubenzuron est interdit par l'ASC", se félicite Selim Azzi, "alors que la Norvège le tolère". A la place de cet insecticide, interdit dans l'Union européenne, de petits poissons "nettoyeurs" sont utilisés. Un traitement chimique peut exceptionnellement être appliqué.

"Le label donne de la crédibilité à nos pratiques", confie Henri Lapeyrère, dont l'entreprise a 20% de ses sites certifiés et vise les 100% en 2020. Un impératif économique car "en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas, la demande pour les produits labellisés ASC est déjà très forte".


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.