L'Ocean Warrior : nouvelle arme de Sea Shepherd contre les baleiniers japonais

Lundi 3 octobre 2016 à 17h00

Drapeau noir à tête de mort hissé en haut du mât, étrave aiguisée et menaçante, pont solide couleur de béton... Aussi rapide qu'un navire de guerre, l'Ocean Warrior est la nouvelle arme ultime de l'ONG Sea Shepherd pour combattre les chasseurs de baleine japonais en Antarctique.

Drapeau noir à tête de mort hissé en haut du mât, étrave aiguisée et menaçante, pont solide couleur de béton... Aussi rapide qu'un navire de guerre, l'Ocean Warrior est la nouvelle arme ultime de l'ONG Sea Shepherd pour combattre les chasseurs de baleine japonais en Antarctique.

"Nous avons désormais un navire qui peut surpasser n'importe quel bateau de braconnage en haute mer", sourit avec satisfaction le capitaine et directeur exécutif de Sea Shepherd Global Alex Cornelissen. "Maintenant, nous pouvons aller partout où ils vont et même nous enfuir s'ils deviennent trop agressifs."

Cela fait près de quarante ans que l'organisation de protection de la vie sous-marine lutte contre les activités illégales de pêche. Et trente ans que navires d'activistes et baleiniers "jouent au chat et à la souris" dans les immenses étendues maritimes.

Lors d'opérations menées jusqu'à épuisement du carburant, les bénévoles du célèbre défenseur des océans Paul Watson partent patiemment à la recherche de ces braconniers, préférant couper le chauffage à bord que d'abandonner leur quête.

"Dès l'instant où on les aperçoit enfin, tout le monde à bord est excité! On oublie la fatigue et on se concentre sur notre objectif: les arrêter", raconte avec passion le capitaine, assis aux commandes dans un fauteuil futuriste digne d'un vaisseau spatial. "Tous les sacrifices, rater Noël, être loin de sa famille, en valent soudain la peine."

Les défenseurs de l'environnement tentent alors, à l'aide de leur propre appareil, de bloquer le chargement de l'animal marin depuis le bateau à harpon sur le navire-usine, chargé de le découper en morceaux et de mettre sa chair en boîtes avant de la livrer sur la côte à Tokyo. Car, malgré le moratoire mondial de 1986, le Japon continue de chasser et vendre de la viande de baleine en détournant une clause qui tolère la recherche létale sur les mammifères.

Après un an de suspension due à une décision de la Cour internationale de justice (CIJ), jugeant que l'activité était détournée à des fins commerciales, les chasseurs de cétacés de l'archipel ont repris le chemin de l'Antarctique fin 2015. Quelques 333 petits rorquals (ou baleines de Minke) ont été tués lors d'une récente expédition.

Maintenant les activistes de Sea Shepherd lanceront en décembre la onzième campagne de défense des baleines dans l'océan Austral.

Après avoir jeté l'ancre dans le port d'Amsterdam, le flambant neuf Ocean Warrior, financé par la loterie nationale néerlandaise Postcode (code postal) à 8,3 millions d'euros, préparera depuis Melbourne en Australie l'opération Nemesis. Du nom de la déesse grecque de la vengeance et de la justice. "Parfois, les baleiniers que nous suivions parvenaient simplement à nous semer grâce à leur vitesse plus élevée, ce qui nous faisait perdre des semaines précieuses", explique le capitaine. Mais avec ses quatre moteurs, le "guerrier des océans" peut atteindre une vitesse de plus de vingt-cinq noeuds (55 km/heure) face à des opposants voguant à vingt noeuds. "Nous avons demandé les plus gros moteurs qu'ils avaient", crie Alex Cornelissen dans la salle des machines, où ronflent d'étincelants engins aussi grands que des voitures.

Long de 54 mètres et équipé d'une piste d'atterrissage pour hélicoptère, le huitième bateau de la flotte de l'ONG possède une arme secrète: sur le pont, un grand canon rouge peut créer un brouillard d'eau occultant la vue des braconniers ou envoyer un puissant jet les empêchant de monter à bord.

Au fil du temps, les affrontements en mer sont devenus de plus en plus musclés. Les chasseurs japonais n'hésitent pas à emboutir volontairement les navires de Sea Shepherd ou à employer des armes. Comme ce jour où, poussant le bateau d'activistes contre leur propre vaisseau de réapprovisionnement en carburant, ils ont lancé des grenades incapacitantes, raconte Alex. De son côté, Sea Shepherd dresse la longue liste des abordages, sabordages et mises hors d'état de nuire de baleiniers. Mais les vrais pirates, ce sont eux, assure encore le capitaine: "des navires militaires vont défendre les puits de pétrole, nous défendons la planète contre une opération illégale!" Et dans ce combat qui se joue à un contre un au milieu des mers, l'Ocean Warrior change la donne pour l'ONG qui estime avoir déjà sauvé 5.000 baleines des harpons japonais en dix ans.

"J'ai de l'espoir", affirme le capitaine Cornelissen. "Nous avons vu les chasseurs de baleine s'affaiblir. Et ils continueront à sombrer parce que nous continuerons à leur rendre la vie impossible là-bas en Antarctique."


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.