La technologie pour scruter les ouragans

Vendredi 7 octobre 2016 à 17h19

La science et la technologie permettent aujourd'hui de scruter le coeur des ouragans en temps réel et de faire des prévisions fiables plusieurs jours à l'avance, expliquent des scientifiques tout en reconnaissant qu'une part d'incertitude subsiste.

La science et la technologie permettent aujourd'hui de scruter le coeur des ouragans en temps réel et de faire des prévisions fiables plusieurs jours à l'avance, expliquent des scientifiques tout en reconnaissant qu'une part d'incertitude subsiste.

Utilisant deux avions, deux drones militaires reconvertis (Global Hawks), des ballons et des satellites qui surveillent en continu les cyclones sous divers angles, "ces observations nous disent vraiment ce qui se passe au moment présent", explique Frank Marks, patron de la division de la recherche sur les ouragans à l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA). "Et ces observations sont extrêmement utiles pour améliorer notre capacité de prévision", assure-t-il dans un entretien avec l'AFP.

Toutes les données recueillies sont aussitôt transmises dans les centres de traitement et injectées dans les modèles d'ordinateurs qui produisent une prévision au Centre national des ouragans situé à Miami, en Floride. "Notre capacité à faire des prévisions fiables s'est drastiquement améliorée au cours des 35 dernières années", ajoute-t-il.

Au début de sa carrière en 1980, une projection ne dépassait pas deux jours, comparativement à cinq jours il y a quinze ans, et jusqu'à sept jours aujourd'hui, note Frank Marks.

De meilleures prévisions aident les autorités à mieux évaluer la nécessité d'évacuer les populations, souligne l'expert alors qu'il s'apprête à effectuer dans la nuit de jeudi à vendredi un nouveau vol d'observation de huit heures de l'ouragan Matthew. Selon la Nasa, près de 100 millions d'Américains vivent à moins de 80 km d'une côte et sont donc potentiellement exposés à la puissance des ouragans.

Si les projections sur la trajectoire de ces dépressions géantes se sont nettement améliorées ces dernières décennies, les prévisions portant sur leur puissance ont moins progressé, précise Scott Brawn, un météorologue du Centre Goddard des vols spatiaux de la Nasa dans le Maryland. On n'explique pas vraiment les mécanismes qui produisent dans 5% de ces tempêtes tropicales, une soudaine accélération de leur intensité.

Le 30 septembre, Matthew est ainsi passé en l'espace de 18 heures de la catégorie 1 à la catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson, a-t-il relevé. "Même si la science était parfaite avec toutes les bonnes équations, on ne peut pas prévoir une accélération de la puissance des cyclones car il y a apparemment des facteurs aléatoires impossibles à mesurer comme l'état initial de l'atmosphère", explique Owen Kelley, un chercheur du centre Goddard. "Dans certains cas, cela peut invalider les prévisions", ajoute-t-il reconnaissant qu'il s'agit "d'une faiblesse" du système dont on a pris conscience il y a seulement dix ans.

Il a aussi observé que parfois les prévisions sur le moment et l'endroit où un ouragan va toucher la côte restent incertaines jusque dans les dernières heures, comme dans le cas de Matthew. "Il se dirige vers la côte selon un angle très oblique et une légère inflexion pourrait lui faire toucher les terres plus tôt et plus loin de l'endroit prévu", avait relevé Owen Kelley alors que Matthew se rapprochait des côtes de Floride.

Le rôle du réchauffement climatique dans la formation des ouragans de grande puissance, dont le nombre a augmenté ces dix dernières années, n'est pas notable, juge quant à lui Frank Marks. Il a expliqué que cet accroissement correspondait en fait à des cycles naturels actifs et inactifs d'une trentaine d'années liés à l'oscillation nord-atlantique, un phénomène touchant le système climatique du nord de l'océan Atlantique.

Ainsi les années 1940 et 1950 ont connu des ouragans de grande puissance tandis que les décennies 70 et 80 ont été très calmes, a rappelé le scientifique de la NOAA. "Je n'ai pas constaté de signaux notables du réchauffement climatique dans mes observations des ouragans ces 35 dernières années", a-t-il dit suggérant que la période est probablement trop courte. "Les signaux du réchauffement sont beaucoup plus forts dans l'Arctique mais apparemment nettement plus subtils dans les tropiques", a-t-il ajouté.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.