Le peuple du canal du Midi perpétue 350 ans de vie sur l'eau

Lundi 10 octobre 2016 à 15h07

Un choix de vie qu'ils ne changeraient pour rien au monde : sous les platanes ou bercés sur leur bateau par le clapotis de l'eau, les habitants du canal du Midi l'ont adopté pour sa douceur de vivre, avec le souci de protéger un patrimoine vieux de 350 ans.

Un choix de vie qu'ils ne changeraient pour rien au monde : sous les platanes ou bercés sur leur bateau par le clapotis de l'eau, les habitants du canal du Midi l'ont adopté pour sa douceur de vivre, avec le souci de protéger un patrimoine vieux de 350 ans.

Le silence à peine froissé par le passage des vélos et des rollers sur les berges ombragées, Emma Tissier prend le thé avec son compagnon anglais sur leur péniche de 29 mètres. Ici, à Ramonville, le port-sud de Toulouse, "on n'est ni à la campagne, ni à la ville, on est totalement déconnectés du monde urbain". "L'eau apaise", renchérit, à 150 km de là, Anne-Marie Gourgues. "C'est un trait d'union, on se ressource comme ça", ajoute la septuagénaire qui a choisi il y a 36 ans le cadre bucolique du Somail (Aude) pour installer la librairie familiale sur les berges du canal. "C'est magique de vivre ici", s'exclame Gaston Degois, 25 ans, gérant d'une petite épicerie sur l'eau. "C'est un mode de vie que je ne changerai pour rien au monde", abonde Mariance Martinel, qui a ouvert une chambre d'hôte sur sa péniche. Ils étaient hier mariniers, bateliers et éclusiers, vivant du fret et de l'activité du canal, qui s'étire sur 240 km de Toulouse à la Méditerranée. Ils sont aujourd'hui salariés de grandes entreprises, fonctionnaires ou artistes qui l'ont choisi pour le charme de ses berges, à l'écart du tumulte de la ville. La plupart sont "pénichards" sédentaires, arrivés par vagues dans les années 1990-2000. "Il y a de tout: des babacools, des gens qui travaillent à Airbus, des Français, des Néerlandais...", résume Jean-Yves Delmas, président-fondateur de l'ATUV (association toulousaine des usagers de la voie d'eau), sur sa péniche rose et turquoise amarrée à Gardouch (Haute-Garonne). Dans tous les cas, "il y a une vision écolo un peu poussée, un respect pour le canal, c'est notre cadre de vie, on y tient", s'exclame l'ancien directeur commercial, pieds nus, bermuda déchiré, sur son pont inondé de soleil. Produits détergents et peintures biodégradables, stations d'épuration autonomes, nettoyage des déchets ou entretien des berges : même si "on nous prend pour des saltimbanques, on est attentif à notre environnement", confirme Emma, 40 ans, graphiste indépendante. Elle évoque la lumière douce qui filtre à travers le feuillage, le jeu des canards sur l'eau, mais aussi les nuisances qui peu à peu abiment son cadre de vie et celui de ses jeunes enfants. Il y a tous les bateaux-promenade et les péniches de location qui passent à toute vitesse et érodent les berges, enchaîne son compagnon anglais Caspard Galsworthy, 55 ans, pilote-mécanicien qui "rafistole des bateaux poubelles" après avoir fait lui-même du "promène-couillons" sur le canal. Depuis 350 ans, "le canal vit et se métamorphose, c'est dans l'air du temps", ajoute Claudine Wytrowa, la patronne d'une péniche-épicerie, qui a fait ce choix de vie après un "burn-out". A partir du classement du canal au patrimoine de l'Unesco, il y a vingt ans, "tout est allé plus vite pour le développement du canal", témoigne Nelly Gourgues, qui a pris la succession de la librairie du Somail. "Maintenant, des péniches du monde entier s'arrêtent", dit-elle, déversant des hordes d'Anglais, Allemands, Néerlandais ou Russes dans les rayonnages de 35.000 livres. "Il y a eu une explosion des touristes", abonde Joël Barthes, 61 ans, dont 34 sur le canal. La peau tannée par le soleil, l'éclusier-sculpteur s'attache à embellir son écluse de Puicheric (Aude) qu'il orne de ses sculptures en bois et ferraille. Elles s'animent et entonnent des chansons de Brassens au passage des bateaux. "Pendant onze ans, j'ai tourné les manivelles. Avant les éclusiers avaient le ventre plat et de gros biceps, on se faisait respecter", dit-il. "L'hiver, on faisait le débroussaillage. On utilisait nos tronçonneuses pour élaguer, des sacs de sable pour refaire les berges, on y mettait beaucoup de nous". Avec l'automatisation des écluses et l'arrivée d'entreprises privées chargées de travaux et de l'abattage des platanes là où ils étaient malades, "c'est un état d'esprit qui n'est plus là", regrette-t-il. "C'est pour ça que je me suis mis à décorer"... Alors partir ailleurs ? pas question, dit-il, "il faudra envoyer les CRS".

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.