L’étanchéité des appareils

Mardi 18 octobre 2016 à 6h45

Des normes définissent l’étanchéité des appareils. Mais les constructeurs, à de rares exceptions, se contentent d’indiquer un code IP sans commentaires. Pas évident, dans ce cas, de connaître le degré d’étanchéité. Pour vous éclairer, nous vous donnons en clair la correspondance de ces codes.

Tramontane

Des normes définissent l’étanchéité des appareils. Mais les constructeurs, à de rares exceptions, se contentent d’indiquer un code IP sans commentaires. Pas évident, dans ce cas, de connaître le degré d’étanchéité. Pour vous éclairer, nous vous donnons en clair la correspondance de ces codes.

La norme IP : un standard international

Elle se rapporte à la protection liée à l’étanchéité qui est un point important sur un bateau. Sa mise en place remonte à 1989. Elle définit la protection en ce qui concerne les intrusions dans un appareil, qu’elles soient solides, par exemple, la poussière ou liquides. Le format retenu est un standard international mis en place par la CEI (Commission Electrotechnique Internationale). Il comporte toujours deux lettres IP (Indice de Protection) et deux chiffres qui indiquent la conformité. Le premier chiffre concerne la poussière, le deuxième l’étanchéité à un liquide. Sur certains produits où aucun critère d’étanchéité à la poussière n’est rencontré, le premier chiffre est remplacé par un X. C’est souvent le cas sur le matériel nautique, par exemple, nous trouvons IP X4. Le 4 correspond à l’étanchéité. Le tableau suivant résume ces protections.

Les indices de protection


Premier chiffre : 0 - Deuxième chiffre : 0 - Protection poussière et corps solide : Aucune - Protection liquide : Aucune
Premier chiffre : 1 - Deuxième chiffre : 1 - Protection poussière et corps solide : Corps solides supérieurs à 50 mm - Protection liquide : Chutes de gouttes d'eau verticales
Premier chiffre : 2 - Deuxième chiffre : 2 - Protection poussière et corps solide : Corps solides supérieurs à 12,5 mm - Protection liquide : Chutes de gouttes d'eau obliques (15°)
Premier chiffre : 3 - Deuxième chiffre : 3 - Protection poussière et corps solide : Corps solides supérieurs à 2,5 mm - Protection liquide : Chute d'eau de pluie jusqu'à 60° de la verticale
Premier chiffre : 4 - Deuxième chiffre : 4 - Protection poussière et corps solide : Corps solides supérieurs à 1 mm - Protection liquide : Projection d'eau de toutes directions
Premier chiffre : 5 - Deuxième chiffre : 5 - Protection poussière et corps solide : Partiellement de la poussière - Protection liquide : Jets d'eau à 2,5 m débit de 1,51 L/min
Premier chiffre : 6 - Deuxième chiffre : 6 - Protection poussière et corps solide : Totalement de la poussière - Protection liquide : Jets importants à 2,5 m débit 100 L/min
Premier chiffre : 7 - Deuxième chiffre : 7 - Protection poussière et corps solide : Totale - Protection liquide : Immersion 1 m sous l'eau
Premier chiffre : 8 - Deuxième chiffre : 8 - Protection poussière et corps solide : Totale - Protection liquide : Hermétiquement fermé
Premier chiffre : 9 - Deuxième chiffre : 9 - Protection poussière et corps solide : Totale - Protection liquide : Hermétiquement fermé

Comme nous le voyons sur ce tableau, sur certains points la norme est incomplète. C’est le cas pour le temps d’exposition cependant certains constructeurs le précisent.

S’équiper sur un bateau

Pour les produits portables, utilisés en extérieur comme dans le cockpit ou l’annexe, le produit doit être étanche ou équipé d’une housse étanche. Lorsque l’on reçoit une vague, de la pluie ou des embruns, on n’est pas dans des conditions de ruissellement ou de gouttes de pluie. Si on ne souhaite pas utiliser une housse ce qui n’est pas toujours très pratique, il faut s’orienter vers un produit étanche IPX7. Cette norme correspond à une étanchéité totale à un mètre sous l’eau. Les constructeurs précisent le temps de cette immersion qui est généralement de 30 minutes. Si nous prenons une VHF portable, le modèle le mieux adapté est non seulement un qui répond à la norme IPX7 mais aussi qui flotte. En cas de chute à la mer, on a une chance de la récupérer. Etanche à l’immersion, c’est bien mais si la VHF tombe à l’eau, on ne la récupère pas.
Pour les répétiteurs de cockpit, peu d’appareils étanches si ce n’est en façade. Il faut veiller lors de l’installation à faire la découpe suivant le gabarit fourni et à mettre un joint d’étanchéité.
Les appareils à l’abri dans le bateau n’ont pas besoin d’être étanches, mais s’ils restent à bord, ils doivent être conçus pour une utilisation en atmosphère salin. Les appareils grand public (ordinateur, télévision, radio, etc.) doivent être rangés dans un endroit sec et être hivernés à terre si possible. Si un produit prend de l’eau de mer, il faut rapidement le rincer à l’eau douce et le sécher. Mais, bien souvent, il reste des traces de sel qui, au bout de quelques mois, attaquent les circuits et il n’est pas récupérable. Les appareils dits étanches au ruissellement, à la pluie doivent être considérés comme non étanches. Il faut se référer à la norme IP.


L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.