Les méduses prennent leurs aises dans les océans

Lundi 24 octobre 2016 à 6h47

Belles, toujours un peu mystérieuses, très résistantes aux changements environnementaux, les méduses prolifèrent à certains endroits du globe. Un phénomène qui reflète l'impact de l'homme sur les océans et qui risque d'empirer, prévient la spécialiste Jacqueline Goy.

Belles, toujours un peu mystérieuses, très résistantes aux changements environnementaux, les méduses prolifèrent à certains endroits du globe. Un phénomène qui reflète l'impact de l'homme sur les océans et qui risque d'empirer, prévient la spécialiste Jacqueline Goy.

Depuis ses débuts à Villefranche-sur-mer, dans les Alpes-Maritimes, la biologiste Jacqueline Goy a passé trente ans à ausculter les méduses, ces animaux appartenant au plancton et composés de 98% d'eau. "Il existe environ un millier d'espèces de méduses, mais une vingtaine pose des problèmes aujourd'hui, les autres sont discrètes", explique la scientifique.

Désormais, tourisme et pêche pâtissent de leur présence trop envahissante, mais aussi de nombreuses installations : systèmes de refroidissement d'installations nucléaires, usines de dessalement, fermes piscicoles. En octobre 2013, une centrale nucléaire suédoise a ainsi arrêté son plus puissant réacteur car des méduses avaient endommagé les filtres dans les canalisations.

Des êtres simples mais bien armés pour la vie

Les méduses, dont la taille "varie d'un millimètre à plus de 6 mètres de diamètre, sont des êtres venimeux, mais le venin est propre à chaque espèce, la poignée d'espèces mortelles étant cantonnée au nord de l'Australie", explique la scientifique. Ailleurs, comme la Pelagia noctiluca en Méditerranée devenue ces dix dernières années la terreur des baigneurs, elles peuvent être très urticantes.

Dotées d'une anatomie simple, se déplaçant au gré des courants, les méduses sont présentes dans les océans depuis des centaines de millions d'années. "Cela fait partie des premiers fossiles, elles servent d'ailleurs de marqueurs des côtes", souligne Jacqueline Goy. Malgré une durée de vie courte (de deux semaines à quelques mois pour la plupart), les méduses sont des championnes de l'adaptation. En cas de nourriture abondante, elles peuvent manger jusqu'à la moitié de leur poids en une journée, mais elles peuvent aussi jeuner, et même manger leurs propres gonades pour survivre en cas de disette prolongée.

La surpêche en cause

"Les méduses ont tout supporté, elles savent s'adapter", résume Jacqueline Goy. Si bien qu'aujourd'hui, ces animaux semblent coloniser toujours un peu plus les océans : la Pelagia noctiluca s'est installée dans le nord de la Méditerranée ; les côtes de la Namibie sont désormais infestées de méduses, les mers Noire, de Béring et du Japon sont touchées, et des fjords norvégiens ne sont pas épargnés. Si des phénomènes de prolifération soudaine sont répertoriés de longue date, ils apparaissent aujourd'hui dans de nouveaux endroits ou deviennent plus fréquents dans d'autres. "On se plaint d'avoir des méduses mais on fait tout pour", avance la biologiste.

"La pullulation telle qu'on l'a constate est un symptôme des déséquilibres que l'homme impose aux océans depuis quelques décennies", affirme Robert Calcagno. "La cause première, c'est la surpêche", explique le directeur de l'Institut océanographique monégasque. "La surpêche enlève des prédateurs des méduses comme les anchois, sardines, maquereaux, et par ailleurs ces prédateurs étant moins nombreux, le zooplancton est plus abondant et les méduses prolifèrent grâce à l'abondance de nourriture", détaille-t-il. "En Namibie, des zones très riches en poissons ont été surexploitées, les méduses ont proliféré, c'est l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire", renchérit Jacqueline Goy.

En cause également la pollution aux nitrates et aux phosphates qui entraine une prolifération du phytoplancton, et donc du zooplancton, et la présence grandissante de déchets plastiques, qui deviennent en pleine mer des supports sur lesquels, à leur stade précoce (kyste), elles peuvent se fixer.

Le réchauffement des océans, à un rythme jamais enregistré, est aussi un facteur favorable aux méduses, tandis que l'acidification accrue des mers les laisse indifférentes, contrairement à de nombreuses espèces marines. "Il faut agir pour éviter un basculement complet des océans au profit des méduses", concluent les auteurs, et éviter ainsi une gélification des mers.

 

L'équipe
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade
Geoffroy Langlade est le directeur des contenus chez Figaro Nautisme. Il est également réalisateur et producteur de programmes tv & web dans le domaine du sport, de l'art de vivre et du nautisme. C’est également et surtout, un fan de motonautisme avec plus de 500 tests de bateaux à moteur ou yachts à son actif, à travers le monde, de Cannes à La Rochelle en passant par Istanbul ou Miami. Un métier passionnant qui lui permet de naviguer sur quelques unes des plus belles unités de la planète…
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau
Nathalie Moreau est l'atout voyage et évasion de l'équipe, elle est passionnée de croisières et de destinations nautiques. En charge du planning rédactionnel du site figaronautisme.com et des réseaux sociaux, Nathalie suit de très près l'actualité et rédige chaque jour des news et des articles pour nous dépayser et nous faire rêver aux quatre coins du monde. Avide de découvertes, vous la croiserez sur tous les salons nautiques et de voyages en quête de nouveaux sujets.
Sophie Savant Ros
Sophie Savant Ros
Sophie Savant-Ros, architecte de formation et co-fondatrice de METEO CONSULT est entre autres, directrice de l'édition des « Bloc Marine » et du site Figaronautisme.com. Sophie est passionnée de photographie, elle ne se déplace jamais sans son appareil photo et privilégie les photos de paysages marins. Elle a publié deux ouvrages consacrés à l'Ile de Porquerolles et photographie les côtes pour enrichir les « Guides Escales » de Figaro Nautisme.
Norbert Conchin
Norbert Conchin
Norbert Conchin est originaire de Paris mais très vite il prend le large pour découvrir le monde. Un premier voyage aux Antilles sur un Ketch puis un tour du monde dans la Marine lui donne le goût de la navigation. Il prend le chemin des côtes normandes pour exercer sa passion de la voile et de la régate. Décidé à vivre de sa passion, il travaille à partir de 1996 pour différents supports de la presse nautique avant de collaborer au Figaro Nautisme depuis 2017.
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements. De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux
François Tregouet
François Tregouet
Depuis toujours, François est passionné de voile en général et de multicoques en particulier. En croisière ou en course, de l’Europe à l’Australie, il ne les délaisse que lorsque le règlement l’exige : Mini-transat, Fastnet, Giraglia… Jamais rassasié de nouveautés, il a assisté à la plupart des salons sur les cinq continents. Depuis 2018 il se consacre entièrement à la rédaction et à l’information, notamment pour Figaro Nautisme.
Eric Mas
Eric Mas
Eric Mas est l'un des fondateur de METEO CONSULT – La Chaîne Météo. Éminent spécialiste de météo, Eric est également un marin passionné qui a routé les plus grands skippers sur toutes les eaux du globe : VDH lors du premier Vendée Globe, Philippe Jeantot, Jean Maurel, Michel Desjoyeaux, Francis Joyon, et tant d'autres. Actuellement il participe au projet de Lalou Roucayrol sur son multi 50.
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son Targa 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
Sophie Liman
Sophie Liman
Sophie est la dernière recrue de l'équipe de rédaction. Passionnée de loisirs nautiques et de voyages au bout du monde, Sophie est curieuse et dynamique, à l'affut des derniers évènements, bons plans, infos, bonnes adresses, mais ce n'est pas tout ! Douée pour le montage vidéo, elle est derrière la plupart de nos sujets multimédia et elle assure également l'animation des réseaux sociaux de Figaro Nautisme.
Thomas Darbois
Thomas Darbois
Passionné depuis son enfance par toutes les formes de glisse et par la mer, Thomas a longtemps vécu dans le nord de la Floride aux Etats-Unis. Une expérience qui lui a permis de découvrir l'univers du bateau à moteur et du catamaran à travers plusieurs essais et croisières notamment dans les Caraïbes. Il contribue régulièrement à la rédaction de Figaro Nautisme.